RUSSIE/ DEFENSE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : renforcement économique et avancées technologiques 5.0

« Russie/ Economie/ Vladimir Poutine veut intégrer le top 5 des économies mondiales : Le président russe veut intégrer le top 5 des économies mondiales. Il a affirmé, ce jeudi, que son pays possédait « les forces requises » pour cela. Vladimir Poutine a affirmé ce jeudi vouloir que la Russie intègre le club des cinq premières puissances économiques mondiales, assurant que le pays possède « les forces requises » pour cela. « Nous avons besoin d’intégrer une autre ligue économique. Nous avons les forces requises pour occuper la cinquième place (mondiale) en matière économique. »

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Moscow city"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russian advanced hypersonic missiles, President Putin,"

1 – Défense et sécurité : La Russie va déployer des missiles capables d’atteindre des « centres de décision » ennemis

Cette décision est une réponse au déploiement par les États-Unis de nouveaux systèmes en Europe. Vladimir Poutine a averti ce mercredi que la Russie comptait déployer des missiles capables d’atteindre « les territoires où se trouvent les centres de décision ». Cette décision est une réponse au déploiement par les États-Unis de nouveaux systèmes en Europe. « La Russie n’a pas l’intention de déployer la première de tels missiles en Europe, a déclaré le président russe. S’ils sont déployés et livrés sur le continent européen, cela envenimera gravement la situation et créera de graves menaces pour la Russie », relevant que certains missiles pouvaient atteindre « Moscou en 10–12 minutes ».

Résultat de recherche d'images pour "Russian advanced hypersonic missiles, 2018, 2019"

_ Menace contre « les centres de décision »

« Je vais le dire clairement et ouvertement : la Russie sera contrainte de déployer des armements qui pourront être utilisés non seulement contre les territoires d’où peut provenir une menace directe, mais aussi contre les territoires où se trouvent les centres de décision d’usage de missiles nous menaçant », a-t-il poursuivi.

Résultat de recherche d'images pour "Russian advanced hypersonic missiles, 2018, 2019"

_ Missiles « hypersoniques »

Vladimir Poutine a accusé les États-Unis d’utiliser des « accusation imaginaires envers la Russie pour motiver leur sortie unilatérale », estimant qu’ils « auraient dû dire les choses honnêtement ». « Nous sommes prêts aux négociations sur le désarmement mais nous ne comptons pas frapper à une porte close. Nous attendrons que nos partenaires reconnaissent la nécessité d’un dialogue sur une base d’égalité », a-t-il averti.

Le président russe a ensuite longuement détaillé les progrès dans la conception des nouvelles armes, notamment les missiles « hypersoniques » présentés en détail l’an dernier dans son discours au Parlement. Il a appelé les Américains à « calculer la portée et la vitesse de nouveaux armements à venir ». « Nous ne demandons que cela : qu’ils calculent et que seulement après ils prennent leurs décisions susceptibles de créer de nouvelles menaces sérieuses pour notre pays et qui conduiront, évidemment, à des représailles de la Russie », a-t-il averti.

Publié le 20/02/2019/ Par SudOuest.fr avec AFP.

https://www.sudouest.fr/2019/02/20/la-russie-va-deployer-des-missiles-capables-d-atteindre-des-centres-de-decision-ennemis-5837787-4803.php?fromsar=true/

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Moscow city"

———————————-

Image associée

2 – Missiles hypersoniques, drones sous-marins invisibles : les nouvelles armes russes

Voici les nouvelles armes vantées par le président russe Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse mercredi. Ils sont « invincibles », « hypersoniques », d’une portée illimitée ou indétectables par des radars : un an après avoir fait sensation en présentant la nouvelle génération de missiles russes, Poutine a détaillé mercredi les avancées de ces programmes

Résultat de recherche d'images pour "russian new technologies, Avangard"

  • Avangard, missile hypersonique

Les missiles hypersoniques russes Avangard (« avant-garde » en russe) sont capables de changer de cap et d’altitude et « pratiquement invincibles ». Ils volent en moyenne à une vitesse de Mach 20 (l’unité de mesure de la vitesse du son, 24696 km/h). La production en série de ces missiles, testés avec succès en décembre 2018, a déjà commencé, a annoncé Poutine mercredi. Leur vitesse a alors atteint Mach 27 (33339 km/h) et touché une cible située à environ 6 000 km, selon le ministère russe de la Défense.

Résultat de recherche d'images pour "russian new technologies, Sarmat"

  • Sarmat, le missile intercontinental

Le missile lourd balistique intercontinental de cinquième génération Samart est censé surmonter toute sorte de systèmes de défense antimissile. D’un poids dépassant 200 tonnes, ce missile est plus performant que son prédécesseur – le missile Voïevoda d’une portée de 11 000 km – et « n’a pratiquement pas de limites en matière de portée« , selon Poutine. « Le Sarmat est capable de viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud. »Poutine

 Image associée

  • Poséidon, drone sous-marin invisible

Le ministère russe de la Défense a dévoilé mercredi les premières images vidéo des essais de ce drone sous-marin à propulsion nucléaire. Le premier sous-marin porteur de ces drones doit être mis à l’eau dès le printemps, a annoncé Vladimir Poutine devant les parlementaires, insistant sur sa « portée illimitée ». Le Poséidon est capable de se déplacer à plus d’un kilomètre de profondeur, à une vitesse de 60 à 70 noeuds, tout en restant invisible pour les systèmes de détection, selon une source au sein du complexe militaro-industriel russe, citée par l’agence officielle TASS.

Résultat de recherche d'images pour "russian new technologies, Peresvet"

  • Peresvet, le laser de combat top-secret

Les caractéristiques techniques des systèmes laser de combat Peresvet (« très clair » en russe) sont classées secrètes. Selon des médias russes, ces systèmes mobiles sont en train d’être testés. Vladimir Poutine a annoncé qu’ils seraient prêts au combat en décembre.

Résultat de recherche d'images pour "russian new arms, Kinjal"

  • Kinjal, un « poignard » hypersonique pour l’aviation 

Testés avec succès en 2018, les missiles hypersoniques Kinjal (« poignard » en russe) ont atteint, lors des essais, toutes les cibles d’un taille d’une voiture à une distance de plus de 1 000 km, selon le ministère russe de la Défense. 

Résultat de recherche d'images pour "russian new technologies,Bourevestnik"

  • Bourevestnik, un missile à portée illimitée

D’une « portée illimitée » selon le président, et capables de surmonter quasiment tous les systèmes d’interception, les missiles de croisière Bourevestnik (« oiseau de tempête » en russe) à propulsion nucléaire sont en train d’être testés par l’armée russe. Leurs caractéristiques techniques sont pour l’heure classées secrètes.

Résultat de recherche d'images pour "russian new technologies, Zircon,"

  • Zircon, le missile marin

Actuellement à l’essai, le missile hypersonique Zircon (du nom d’un minéral utilisé par la joaillerie) vole à Mach 9 (11113 km/h), avec une portée de plus de 1 000 km, pour atteindre des cibles maritimes comme terrestres. Il peut être transporté par des bateaux de surface comme par des sous-marins, selon Poutine.  

Publié le 20/02/2019/ Par SudOuest.fr avec AFP/

https://www.sudouest.fr/2019/02/20/missiles-hypersoniques-drones-sous-marins-invisibles-les-nouvelles-armes-russes-5838172-4803.php/

Résultat de recherche d'images pour "Russian advanced hypersonic missiles, 2018, 2019"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Internet, Russian advanced informatic, Russia, 2018, 2019"

3 – Electronique/ informatique : Internet « souverain », Poutine veut isoler pour mieux contrôler

 Le président russe, Vladimir Poutine, a signé, mercredi, la loi pour créer un Internet « souverain ». Un projet censé mieux protéger le pays contre les cyberattaques, mais qui permet surtout de surveiller les internautes plus efficacement.

 La Russie va construire son Internet “souverain”, aussi appelé “RuNet”. Le président russe, Vladimir Poutine, a promulgué, mercredi 1er mai, la loi pour un Internet “sûr et durable” qui doit permettre d’isoler le réseau russe du reste du monde pour, officiellement, le protéger des attaques informatiques de puissances étrangères. Mais les défenseurs de la liberté d’expression dénoncent un texte liberticide offrant au Kremlin des nouveaux outils pour museler toute opposition au pouvoir en place.

Résultat de recherche d'images pour "russian advanced electronic, russia"

La loi n°608767-7 prévoit de nationaliser progressivement Internet dans le pays. Moscou veut, d’un côté, établir son propre registre de noms de domaine [DNS] que les opérateurs internet seront obligés d’utiliser à partir de 2021. Aujourd’hui, cette sorte de grand annuaire des adresses internet, géré par l’Icann, l’organisation qui fait office de gouvernement mondial de l’Internet, est le même pour tous, partout dans le monde. Mais Moscou dénonce ce système en place, qu’il accuse d’être sous influence de Washington. À partir de 2021, les Russes auront donc leur propre annuaire d’adresses pour tous les sites internet.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, russian sovereign internet"

_ Pour protéger Moscou contre Trump ?

Les autorités russes veulent aussi contrôler l’acheminement des données internet dans le pays. La loi charge ainsi Roskomnadzor, le gendarme russe des télécommunications, d’indiquer aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) par quels nœuds ils sont autorisés à faire passer leur trafic. Ces nœuds sont des infrastructures physiques – souvent des immeubles – qui agissent comme des carrefours pour le flux des données. 

Et cet organisme fera aussi installer des dispositifs mouchards dans chacun de ces nœuds qui “lui permettront de surveiller tout le trafic, et de fermer ces installations à distance, ce qui lui donnera de facto un panneau de contrôle pour couper des régions, voire le pays entier d’internet”, souligne Damelya Aitkhozhina, spécialiste de la Russie pour l’ONG Human Rights Watch, contactée par France 24.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, russian sovereign internet"

Officiellement, ce nouvel Internet “souverain” a été élaboré pour protéger la Russie contre les nouvelles ambitions américaines dans l’espace cyber, souligne le Moscow Times. En ocbore 2018, Donald Trump a affirmé que les États-Unis utiliseraient leur arsenal d’armes informatiques (virus, logiciels d’espionnage) de manière plus agressive. Grâce à cette nouvelle loi, Moscou pourrait rapidement fermer le réseau en Russie pour éviter qu’une attaque informatique atteigne ses infrastructures critiques.

Mais pour la plupart des experts, ce n’est qu’un prétexte. Vladimir Poutine flirte avec l’idée d’un “Internet souverain” depuis au moins 2015, rappelle un rapport de la Defense Intelligence Agency, l’agence américaine de renseignements militaires. En outre, “se couper du monde n’a jamais empêché d’être attaqué. Le virus Stuxnet, qui a paralysé le programme nucléaire iranien en 2010, avait été introduit dans le système informatique de centrale nucléaire coupé de l’Internet”, rappelle Georg Carl, spécialiste des réseaux informatiques à l’Université de Munich, interrogé par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, russian sovereign internet"

_ Une censure à la sauce chinoise ?

La loi n°608767-7 marque “surtout le passage d’une logique de contrôle des contenus à une logique de maîtrise de l’infrastructure”, explique Julien Nocetti, expert de l’internet en Russie à l’Institut français des relations internationales (IFRI), contacté par France 24.

Ce spécialiste rappelle que jusqu’à récemment, Moscou avait multiplié les textes – contre le piratage, les contenus “pornographiques” – pour essayer de censurer le web et surveiller ce qui se disait en ligne. Sans grand succès : des services comme la messagerie très sécurisée Telegram rendaient ces tentatives de surveillance peu efficaces. La nouvelle loi permettra, au moins, aux autorités de contrôler qui peut avoir accès à des services comme Telegram.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, banks, financial, moscow, headquarter"

Certains médias ont comparé le nouvel “internet souverain” russe à la très sophistiquée censure des autorités chinoises qui contrôlent à la virgule près ce que les internautes peuvent écrire et lire en ligne. La loi permet ainsi à Roskomnadzor de prendre “toutes les mesures nécessaires” pour faire face à toute “menace imminente” sur Internet, sans “pour autant définir ce qu’est une menace imminente, ce qui signifie que les autorités pourront, probablement, agir avec une très grande latitude pour censurer le réseau”, craint Damelya Aitkhozhina.

Mais ce parallèle avec la Chine est en partie trompeur, d’après Andrei Soldatov, auteur de “Le Web rouge : la guerre du Kremlin contre Internet”. “cette loi n’est pas là pour permettre de bloquer l’accès à Facebook ou Google, ça le Kremlin peut déjà le faire. Elle servira surtout à couper du réseau certaines régions touchées par des mouvements sociaux”, explique-t-il au Moscow Times.

Résultat de recherche d'images pour "putin, russia, internet, advanced informatic, russian electronic"

_ La question du financement

Conscient du risque liberticide, des milliers de Russes avaient manifesté à Moscou contre cette loi en mars 2019. Quelques semaines plus tard, une dizaine d’ONG, dont Human Rights Watch, ont publié une lettre ouverteappelant le pouvoir russe à abandonner son projet. Vladimir Poutine est passé outre cette contestation.

Mais tout espoir n’est pas perdu pour les opposants à cette loi. Personne ne sait, en effet, comment Moscou compte réaliser son “internet souverain”. Surtout dans les délais fixés par Vladimir Poutine, qui veut que les infrastructures soient prêtes le 1er novembre 2019. “Pour un territoire aussi vaste que la Russie, c’est un défi logistique qui semble difficile à réaliser”, résume Julien Nocetti.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, banks, financial, moscow, headquarter"

C’est aussi une question de financement. Et pas seulement pour construire les infrastructures. Roskomnadzor aura besoin de moyens conséquents pour gérer ses nouvelles prérogatives de grand censeur en chef capable d’isoler entièrement le pays du “World Wide Web”. Il faudra dépenser 20 milliards de roubles (273 millions d’euros) pour faire face aux dépenses immédiates d’embauches, de construction et de rénovations d’infrastructures, d’après une note du Conseil d’experts économiques de Russie, cité par le quotidien économique russe Kommersant.

Une addition qui pourrait rapidement s’envoler, par la suite, à cause des dépenses de recherche et développement, de maintenance, souligne le Conseil d’experts russe qui estime qu’une facture d’1,7 milliard d’euros est tout à fait envisageable. “Il faut aussi prendre en compte le fait que ce genre de grand chantier, en Russie, génère de la corruption et devrait entraîner des frais supplémentaires pour les opérateurs qui vont, probablement, les répercuter sur le consommateur”, affirme Julien Nocetti.

Première publication : 02/05/2019/ Dernière modification : 02/05/2019/ Texte par :

Sébastian SEIBT

https://www.france24.com/fr/20190502-internet-souverain-russie-censure-chine-poutine-runet/

Résultat de recherche d'images pour "Internet, Russian advanced informatic, Russia"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russie, système antiaérien S-500 Prometey"

4 – Défense et sécurité : Plus haut, plus loin: que sait-on du nouveau système antiaérien S-500 Prometeï ?

Ce sera le premier système au monde à pouvoir abattre des fusées en orbite proche de la Terre à une altitude de 100 kilomètres. D’ici le milieu des années 2020, le ciel de la Russie sera protégé par des systèmes de défense antiaérienne S-500 Prometeï équipés de missiles hypersoniques, dernier-né du groupe Almaz-Anteï. Contrairement à la plupart des nouveautés de l’industrie de défense russe, le développement du S-500 se déroule dans une atmosphère de secret absolu.

Résultat de recherche d'images pour "putin, russian advanced electronic, russia, new s500 missiles"

La raison principale de tout ce mystère est le rôle clé que jouera le complexe dans la défense de la Russie. Au XXIe siècle, l’armée russe projette de pouvoir défendre le pays sur des orbites proches de la Terre.

Le système antimissile S-500 sera en mesure de frapper des missiles et des avions ennemis à une altitude supérieure à 100 kilomètres. De nos jours, aucun des systèmes de défense antiaérienne existants ne peut atteindre de telles cibles, alors qu’il est connu qu’au cours du nouveau millénaire, des armes apparaîtront même plus haut, en orbite basse de la Terre. Le S-500 sera le premier système de défense antimissile au monde capable de protéger le pays des menaces émanant de l’espace.

Résultat de recherche d'images pour "russian advanced electronic, russia, new s500 missiles"

_ Principes de fonctionnement

Dans le cadre du nouveau système de défense aérienne a été développé un missile guidé d’ultra-longue portée appelé 40N6. Sa principale caractéristique est la possibilité de toucher des cibles dans l’espace grâce à une tête de guidage fondamentalement nouvelle. Grâce à elle, la fusée pourra déterminer de manière indépendante des cibles dans l’espace, les verrouiller et les détruire. Auparavant, toutes ces actions étaient effectuées par un radar équipé d’un système de défense aérienne. Désormais, une partie des fonctions du radar peut être remplie par le missile lui-même en cas de perte de communication avec le sol.

Parallèlement, les systèmes radar continueront d’être livrés avec le S-500, mais chacun d’entre eux sera adapté à une tâche spécifique. Par exemple, un radar sera chargé de rechercher des avions et des hélicoptères ; le second – des missiles de croisière qui fondent vers la cible en contournant le relief du terrain ; le troisième – des missiles balistiques qui descendent de plusieurs kilomètres d’altitude et le quatrième – des cibles ennemies dans l’espace proche.

Résultat de recherche d'images pour "russian advanced electronic, russia, new s500 missiles"

Les concepteurs expérimentent diverses ogives pour le 40N6, mais les résultats de leurs expériences ne sont pas encore publiés et le secret est total concernant le type d’ogives qui seront utilisées et à quelles fins. Le bloc d’accélération du 40N6 sera en mesure de voler jusqu’à sa cible à une vitesse hypersonique allant jusqu’à Mach 9 (10 800 km/h). Selon les données de sources ouvertes, le complexe S-500 Prometeï est d’ores et déjà capable de détruire des objets à une distance de 500 kilomètres minimum.

À titre de comparaison, le « plafond » actuel de la version précédente de ce système de défense antimissile (S-400 Triumph) est de 600 km. Quelle sera la portée maximale définitive duS-500 ? Ce n’est pas divulgué pour le moment.

Résultat de recherche d'images pour "système américain MIM-104 Patriot"

_ En quoi diffère-t-il des autres systèmes?

La principale différence entre le S-500 et tous les analogues étrangers est la possibilité de « voir » et d’abattre des cibles à 360 degrés. Dans le même temps, son plus proche concurrent, le système américain MIM-104 Patriot, ne peut fonctionner et « regarder » que dans une direction prédéterminée avec un angle de 180 degrés. « Redéployer » les lanceurs Patriot et les mettre en ordre de combat prendra environ une demi-heure. Un laps de temps excessif lorsque des roquettes volant à des vitesses de plusieurs milliers de kilomètres par heure s’abattent sur vous.

En outre, la portée maximale du système américain est de 200 kilomètres, tandis que même au stade actuel le S-500 peut d’ores et déjà frapper sur 500 kilomètres.

SCIENCES & TECH 22 MARS 2019 IGOR ROZIN

https://fr.rbth.com/tech/82590-systeme-s500-russie/

Résultat de recherche d'images pour "russian advanced electronic, russia, new s500 missiles"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Congo, Rosatom, Nuclear"

5 – LE CONGO SE LANCE DANS LE DÉVELOPPEMENT DU NUCLÉAIRE CIVIL

Le géant du nucléaire russe Rosatom a rendu public la signature d’un accord-cadre avec le gouvernement congolais portant sur le développement du nucléaire civil et la construction prochaine d’une centrale nucléaire.

Ce nouveau partenariat, conclu mardi 13 février 2018 à Moscou entre ROSATOM et le Ministère de la Recherche Scientifique et des Innovations Technologiques de la République du Congo, permettra à ce pays d’Afrique centrale de stabiliser sa production d’électricité et de sécuriser son approvisionnement.

RÉDIGÉ PAR : LA RÉDACTION/ lundi 19 fév 2018/

https://lenergeek.com/2018/02/19/congo-nucleaire-rosatum/

Résultat de recherche d'images pour "Congo, Rosatom, Nuclear"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Rosatom, Nuclear, Asian states"

6 – Russie/ Energie nucléaire : l’Asie du sud-est s’intéresse au marché porteur du nucléaire russe

 Après le lancement, au mois de mai 2018, de la première centrale nucléaire flottante par la Russie, de nombreux pays ont fait part de leur intérêt pour cette nouvelle technologie. En Asie du Sud-Est, l’une des seules régions au monde où l’énergie nucléaire n’a pas encore été développée, plusieurs pays comme l’Indonésie et les Philippines voient dans cette innovation une solution à leurs problèmes énergétiques.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Rosatom, Nuclear, Indonesia,"

  • Centrale nucléaire flottante : un marché émergent

En lançant la première centrale nucléaire flottante il y a deux semaines, la Russie a pris une longueur d’avance sur les autres pays qui s’intéressent aux centrales nucléaires mobiles. Grâce à ce nouveau type de réacteurs nucléaires transportables, la Russie a pour ambition de séduire des pays soucieux de développer leur énergie nucléaire. En seulement deux semaines, plusieurs pays d’Asie du Sud-Est ont déjà fait part de leur intérêt pour cette technologie.

Et pour répondre à leurs attentes, la Russie est prête à consentir de gros efforts financiers. Alors même que les négociations n’ont pas encore officiellement commencé, Rosatom, l’entreprise russe qui a lancé la centrale nucléaire flottante, a déjà annoncé qu’il était disposé à louer les futurs exemplaires de sa centrale aux pays qui en feraient la demande.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Rosatom, Nuclear, Thailand"

  • Nucléaire en Asie du Sud-Est : la longue attente

Le cas de la centrale de Bataan illustre bien le problème : faute de moyens financiers et d’expertise dans ce domaine, les pays d’Asie du Sud-Est n’ont pas encore eu la possibilité de développer l’énergie nucléaire. Pourtant, plusieurs pays tels que le Vietnam, le Myanmar (Birmanie), la Thaïlande, les Philippines et l’Indonésie ont actuellement de gros besoins énergétiques qu’ils ont du mal à couvrir avec l’énergie fossile.

Au total, une dizaine de pays de cette région pourraient être intéressés par la centrale nucléaire flottante russe. D’après Rosatom, les Philippines et l’Indonésie envisagent sérieusement de déployer des centrales flottantes au large de leurs côtes.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Rosatom, Nuclear, Philippines"

Le gouvernement de Manille a déjà signé fin 2017 un accord de développement portant sur le nucléaire avec le gouvernement russe. Gerardo Erguiza, le secrétaire d’état adjoint à l’énergie, n’a pas caché son penchant pour cette solution : « nous avons besoin d’une source d’énergie fiable et peu coûteuse, le nucléaire est idéal. »

Et même la centrale nucléaire de Bataan pourrait trouver une seconde jeunesse grâce à la Russie. En début d’année 2018, le gouvernement philippin a demandé à des experts en nucléaire russe d’effectuer un audit de la centrale. D’après les conclusions de l’audit, et malgré l’âge de la centrale, elle pourrait finalement être mise en service et produire enfin de l’énergie d’ici 2020.

RÉDIGÉ PAR : LA RÉDACTION/ 18 juin 2018

https://lenergeek.com/2018/06/08/asie-du-sud-est-nucleaire-russe/

Image associée

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Nuclear, Rosatom, Belarus"

7 – Le Bélarus construit sa centrale nucléaire

Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl qui a durement touché un large pan de son territoire, le Bélarus construit sa première centrale nucléaire, conçue et financée par la Russie, sous l’oeil inquiet mais impuissant de la Lituanie voisine.

Dans le nord-ouest du Bélarus et à une quinzaine de kilomètres de la frontière lituanienne, le chantier de la centrale d’Ostrovets entre dans sa phase finale : les deux réacteurs, d’une capacité de 1.200 mégawatts chacun, s’allumeront respectivement dès 2019 et 2020.

Le Figaro.fr avec AFP/ Mis à jour le 26/11/2017/ Publié le 26/11/2017

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/11/26/97002-20171126FILWWW00041-le-belarus-construit-sa-centrale-nucleaire.php/

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Nuclear, Rosatom, Belarus"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Nuclear, Rosatom, China, President Putin, President XI, 2018, 2019"

8 – ROSATOM VA CONSTRUIRE QUATRE RÉACTEURS NUCLÉAIRES EN CHINE

Signés vendredi 8 juin 2018 à l’occasion d’une visite du Président russe Vladimir Poutine à Pékin, ces contrats prévoient notamment la construction de quatre unités munies de réacteurs Gen 3+ VVER-1200, d’une capacité de 1.200 mégawatts, dont deux à la centrale nucléaire existante de Tianwan et deux à celle de Xudabao, actuellement en construction.

« Nous avons développé un cadre pour la conception et la construction conjointes sur le site de Tianwan par des spécialistes russes et chinois. Nous continuons à construire ensemble les unités Gen 3+ les plus modernes de Chine », a ajouté l’agence russe. Un autre contrat prévoit la fourniture par la Russie d’équipements, de carburant et de services pour un projet chinois de réacteur rapide.

Résultat de recherche d'images pour "China, Rosatom, Nuclear, Tianwan nuclear plant, 2018, 2019"

A l’instar de la France (via le groupe EDF et le chantier du réacteur EPR de Taishan par exemple), la Russie coopère dans de nombreux projets nucléaires chinois, et confirme ainsi son rôle de premier plan sur le marché du nucléaire chinois. Symbole de cette coopération, la centrale nucléaire de Tianwan serait à ce jour « la plus grande installation utilisée dans la coopération économique russo-chinoise », selon Rosatom.

Lundi 11 juin 2018/

https://lenergeek.com/2018/06/11/rosatom-russe-reacteurs-nucleaires-chine/

Résultat de recherche d'images pour "Russia, Nuclear, Rosatom, China"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russia, banks, financial, moscow, headquarter"

9 – Russie/ Economie : Vladimir Poutine veut intégrer le top 5 des économies mondiales

Le président russe veut intégrer le top 5 des économies mondiales. Il a affirmé, ce jeudi, que son pays possédait « les forces requises » pour cela. Vladimir Poutine a affirmé ce jeudi vouloir que la Russie intègre le club des cinq premières puissances économiques mondiales, assurant que le pays possède « les forces requises » pour cela.

Résultat de recherche d'images pour "Russia, agriculture, russia, mega plants, agriculture, russia"

« Nous avons besoin d’intégrer une autre ligue économique. Nous avons les forces requises pour occuper la cinquième place (mondiale) en matière économique. Et je pense que nous le ferons », a-t-il affirmé lors de sa grande conférence de presse annuelle. La Russie a besoin de réaliser « une percée, nous avons besoin de faire un bond en matière d’innovation technologique. Sans ça, notre pays n’a pas de futur », a-t-il ajouté.

Résultat de recherche d'images pour "Moscow, new malls, business, Russia"

La Russie figure à la 12e place des économies mondiales, selon un récent classement de la Banque mondiale. Vladimir Poutine a souligné que le pays connaissait une croissance de 1,7 % sur les 10 derniers mois, prévoyant une hausse de 1,8 % sur l’année mais assurant qu’après 2020, la croissance annuelle en Russie atteindrait les 3 %. Selon lui, une hausse « mineure »des revenus réels a également eu lieu en Russie après « une longue pause ».

Résultat de recherche d'images pour "Moscow, new malls, business, Russia"

_ « Les finances se renforcent, les réserves d’or augmentent »

Le président russe a estimé le niveau d’inflation « acceptable » dans le pays, tout en prédisant une courte période de hausses des prix en 2019 du fait de la hausse de la TVA prévue l’année prochaine. Celle-ci sera de 20 % à partir du 1er janvier 2019, contre 18 % actuellement.

Concernant le niveau réel des salaires, leur hausse atteindra environ 7 % en Russie en 2018, a-t-il précisé. « Les finances se renforcent, les réserves d’or augmentent », a-t-il ajouté en faisant la liste des indicateurs économiques russes.

Ouest France avec AFP/ 21/12/2018

https://www.ouest-france.fr/europe/russie/vladimir-poutine/russie-vladimir-poutine-veut-integrer-le-top-5-des-economies-mondiales-6142369/

Résultat de recherche d'images pour "kamaz, vehicles, new plants, kamaz, russia, putin"

———————————-

Résultat de recherche d'images pour "Russia, China, advanced technologies, 2018, 2019"

10 – Russie/ Chine/ Relations internationales : Poutine et Xi Jinping affichent leur solidarité face à Washington

Vladimir Poutine et Xi Jinping ont montré vendredi un front commun pour critiquer la domination économique américaine lors du principal rendez-vous des affaires russes, affichant une étroite relation économique. Le Forum international économique de Saint-Pétersbourg 2019, a donné l’occasion à Moscou et Pékin de faire étalage de leur rapprochement de ces dernières années, dans la politique comme dans les affaires.

Résultat de recherche d'images pour "China, new technologies, Huawei, telecom"

_ Moscou accueille Huawei

Devant les investisseurs réunis dans l’ancienne capitale impériale, M. Poutine a pris la défense de la Chine, condamnant lors de la session plénière du forum les tentatives de « chasser » des marchés mondiaux le géant chinois des télécoms Huawei, soupçonné d’espionnage par les autorités américaines. « On qualifie déjà ça, dans certains milieux, de première guerre technologique de l’époque numérique », a poursuivi M. Poutine, alors que la Russie a signé un important contrat avec Huawei pour le développement dans le pays de la 5G. Xi Jinping a pour sa part assuré vouloir partager « avec tous ses partenaires » cette technologie.

Résultat de recherche d'images pour "China, new technologies, Huawei, telecom"

Accusant Washington « d’étendre sa juridiction au monde entier », M. Poutine a enfin appelé à « repenser le rôle du dollar (…) qui s’est transformé en instrument de pression de son pays émetteur sur le reste du monde ». Le président russe a également critiqué les tentatives américaines de « torpiller » le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui doit acheminer du gaz russe en Europe via la Baltique. 

Le rapprochement entre Moscou et Pékin se trouve renforcé par les mesures prises par les Etats-Unis à l’encontre des deux pays, sous forme de sanctions ou de guerre commerciale. Interrogé sur les tensions commerciales Pékin-Washington, Poutine a répondu par un « proverbe chinois », selon lequel « quand deux tigres se battent dans la vallée, le singe malin s’assied et regarde comment cela se termine ».

Il n’a pas caché de quel côté penche sa préférence dans ce bras de fer, réservant tous les honneurs à Xi Jinping qui avait reçu un accueil fastueux mercredi sous les ors du Kremlin et qu’il avait accompagné au zoo de Moscou voir deux pandas prêtés par la Chine, ou en mini-croisière sur le fleuve traversant la capitale. 

Au delà des démonstrations d’amitié, la Chine a envoyé une délégation de 1.000 personnes à Saint-Pétersbourg et une moisson d’accords ont été signés, dont un vendredi entre des compagnies maritimes russes et chinoises pour le développement commun de routes de transport dans l’Arctique.

Résultat de recherche d'images pour "putin, Xi, economic forum, saint petersbourg, 2019"

_ Une alliance déséquilibrée

Mais malgré une importante progression de l’entente économique entre les deux géants ces dernières années tandis que les relations se dégradaient entre Moscou et les Occidentaux, elle reste fortement déséquilibrée: l’économie russe pèse à peine le PIB d’une province chinoise. Selon les experts de Capital Economics, les liens économiques Chine-Russie sont « faibles » derrière la rhétorique des dirigeants, et leur relation essentiellement politique.

Bien que le commerce entre les deux pays ait atteint l’an dernier un record à plus de 100 milliards de dollars, ce mouvement est surtout dû « à une augmentation du prix du pétrole que la Russie envoie en Chine ».

Parmi les projets majeurs liant Moscou et Pékin figure le gazoduc Power of Siberia, qui allie les géants russe Gazprom et chinois CNPC et doit livrer du gaz russe à la Chine à partir de décembre 2019. L’UE reste le premier investisseur en Russie, loin devant les Etats-Unis et la Chine. Selon les analystes de Capital Economics, la Chine ne compte que pour « 0,6% des investissements directs en Russie et que les entreprises russes ont été incapables de se tourner vers » le géant asiatique pour compenser les sanctions occidentales. 

Néanmoins Moscou, en froid avec les Occidentaux, a grand besoin d’attirer des investissements étrangers, comme l’a rappelé jeudi Vladimir Poutine, notamment dans un contexte de ralentissement économique en début d’année et de baisse de popularité du président russe.

Résultat de recherche d'images pour "putin, Xi, economic forum, saint petersbourg, 2019"

Au début de son quatrième mandat l’année dernière, il a annoncé d’ambitieux « projets nationaux » de plusieurs centaines de milliards d’euros qu’il s’agit désormais de financer, malgré le climat des affaires tendu. Ce dernier a été aggravé par l’arrestation en février d’hommes d’affaires occidentaux – l’Américain Michael Calvey et le Français Philippe Delpal – dans une affaire de fraude qu’ils dénoncent comme étant à charge. Interrogé sur leur cas, Poutine a insisté sur la présomption d’innocence et reproché aux services de sécurité de s’immiscer trop dans le monde économique.

Avec AFP/ Par Euronews  avec AFP• Dernière MAJ: 07/06/2019

https://fr.euronews.com/2019/06/07/poutine-et-xi-jinping-affichent-leur-solidarite-face-a-washington/

Résultat de recherche d'images pour "Russia, China, advanced technologies, space, defense, s400, Russia, China,"

———————————-

Image associée

 

A propos de l'auteur

Moi meme

Soyez le premier à réagir à "RUSSIE/ DEFENSE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : renforcement économique et avancées technologiques 5.0"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.