TECHNOLOGIES AUTOMOBILES : développement, avancées technologiques et améliorations (énergie, pollution, motorisation, endurance…)

angela-merkel-vladimir-putin-vw-0

 

« Pollution/ l’Inde interdit la vente de 800.000 véhicules : L’Inde a interdit mercredi la vente de plus de 800.000 nouveaux véhicules ne respectant les nouvelles normes d’émissions polluantes, disant privilégier la santé publique par rapport aux bénéfices des entreprises. La Cour suprême a mis un coup d’arrêt à la vente ou l’immatriculation de véhicules – principalement des motos mais aussi des camions et des véhicules à trois roues – qui ne correspondent pas aux nouvelles normes de protection de l’environnement BS-IV, imposant des moteurs plus propres.

Cette nouvelle réglementation entre en vigueur le 1er avril. Cette décision devrait affecter 824.000 véhicules aux anciennes normes qui n’étaient pas encore vendus ou immatriculés, selon des chiffres de la société des fabricants automobiles indiens. « La santé des gens est beaucoup, beaucoup plus importante que les intérêts commerciaux des fabricants ou les pertes qu’ils sont susceptibles de connaître », ont déclaré les juges MB Lokur et Deepak Gupta dans leur décisions. »

 

Résultat de recherche d'images pour "india, vehicles pollution, 2016, 2017"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "india, vehicles pollution, 2016, 2017"

 

1 – Pollution : l’Inde interdit la vente de 800.000 véhicules

 

L’Inde a interdit mercredi la vente de plus de 800.000 nouveaux véhicules ne respectant les nouvelles normes d’émissions polluantes, disant privilégier la santé publique par rapport aux bénéfices des entreprises. La Cour suprême a mis un coup d’arrêt à la vente ou l’immatriculation de véhicules – principalement des motos mais aussi des camions et des véhicules à trois roues – qui ne correspondent pas aux nouvelles normes de protection de l’environnement BS-IV, imposant des moteurs plus propres. Cette nouvelle réglementation entre en vigueur le 1er avril.

 

Cette décision devrait affecter 824.000 véhicules aux anciennes normes qui n’étaient pas encore vendus ou immatriculés, selon des chiffres de la société des fabricants automobiles indiens. « La santé des gens est beaucoup, beaucoup plus importante que les intérêts commerciaux des fabricants ou les pertes qu’ils sont susceptibles de connaître », ont déclaré les juges MB Lokur et Deepak Gupta dans leur décisions. Des millions de nouveaux véhicules motorisés circulent chaque année sur les routes d’Inde, qui compte plusieurs des villes les plus polluées du monde. En 2014, New Delhi avait été désignée comme la capitale la plus polluée de la planète par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les concentrations de particules en suspension y sont plusieurs dizaines de fois au-delà des niveaux recommandés.

 

Image associée

 

Devant la plus haute instance judiciaire de l’Inde, les entreprises indiennes avaient soutenu qu’elles devraient bénéficier « d’un délai raisonnable pour écluser le stock existant », légalement produit avant le 31 mars. Un argument rejeté par les juges, qui ont estimé que les fabricants automobiles avaient choisi « de ne rien faire et ont échoué à prendre des mesures pro-actives efficaces » à l’approche de la date limite du 1er avril.

Cinquième marché automobile mondial, l’Inde a annoncé son intention de passer directement des nouvelles normes BS-IV aux normes encore plus strictes BS-VI d’ici avril 2020, en sautant l’étape intermédiaire BS-V. La pollution de l’air est désormais responsable chaque année en Inde de 1,1 million de décès prématurés, un nombre en forte progression depuis 25 ans, selon un récent rapport.

 

29/03/2017/ New Delhi, 29 mars 2017 (AFP)/ © 2017 AFP/ Modifié le 30/03/2017 / Publié le 30/03/2017/

 

http://www.lepoint.fr/automobile/actualites/pollution-l-inde-interdit-la-vente-de-800-000-vehicules-30-03-2017-2116017_683.php

 

Résultat de recherche d'images pour "india, vehicles pollution, 2016, 2017"

 

————————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "france, auto pollution, paris"

 

2 – Pic de pollution: Les véhicules les plus polluants interdits de circuler à Paris et Lyon

 

SANTE/ Une semaine seulement après l’introduction des vignettes anti-pollution Crit’Air, Paris et Lyon interdisent, ce lundi, la circulation aux véhicules les plus polluants… Après un épisode de pollution intense en décembre, l’Hexagone est de nouveau touché depuis ce week-end, avec une météo combinant froid, anticyclone et absence de vent. Pour la première fois, la circulation différenciée est mise en place ce lundi à Paris et à Lyon.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, vehicles pollution, paris, lyon, 2016, 2017"

 

_ Qui peut rouler à Paris ?

Autour de la capitale et dans la petite couronne sont interdits de circulation, selon la classification des vignettes Crit’Air, sous peine d’une amende de 22 euros :

. Les véhicules non classés (pour la plupart dont l’immatriculation est antérieure à 1997).

. Les véhicules de classe 5 (immatriculation entre 1997 et 2001) ne peuvent pas circuler dans le périmètre de l’A86.

. Les véhicules de la classe 1 à 4 selon la baromètre Crit’Air ainsi que les véhicules « zéro émission moteur » peuvent rouler dans ce périmètre.

 

En parallèle, les autorités recommandent le covoiturage et de prendre les transports en commun. Les tickets seront moins chers dans les transports en commun avec l’instauration d’un forfait jour à 3,80 euros.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, auto pollution, Lyon, Villeurbanne"

 

_ Qu’en est-il à Lyon et Villeurbanne ?

A Lyon et Villeurbanne, où les vignettes anti-pollution ne sont pas encore obligatoires, la préfecture met en place un double système de circulation alternée et différenciée :

. Les véhicules avec une plaque paire ne peuvent pas circuler.

. Les véhicules dotés de vignette verte (zéro émission) ou de la classe 1 à 3 sont en revanche autorisés à rouler.

 

Résultat de recherche d'images pour "france, auto pollution, Lyon, Villeurbanne"

 

_ Il va falloir lever le pied…

Le seuil d’alerte à la pollution par les particules fines s’est étendu fortement en Rhône-Alpes. « La situation anticyclonique devrait perdurer, toujours favorable à l’accumulation de la pollution. La persistance sur certaines zones conduit au passage en niveau d’alerte », souligne Air Rhône-Alpes.

. En Bourgogne, le seuil d’alerte à la pollution aux particules a été déclenché dans l’Yonne, la Nièvre et la Saône-et-Loire, a fait savoir Atmosf’air Bourgogne, qui n’annonce pas plus d’amélioration qu’en Rhône-Alpes pour le début de semaine.

. Partout, ces dépassements de seuils d’alerte engendrent des réductions de vitesse sur les routes de 20 km/h, des interdictions de brûlage de déchets verts ainsi que les feux de cheminées d’appoint ou d’agrément. . A Grenoble, les grands axes d’accès sont réduits à 70 km/h après les derniers péages en direction de la métropole alpine.

 

20 Minutes avec AFP/ Publié le 23.01.2017/ Mis à jour le 23.01.2017/

 

http://www.20minutes.fr/societe/1999979-20170123-pic-pollution-vehicules-plus-polluants-interdits-circuler-paris-lyon

 

Résultat de recherche d'images pour "france, auto pollution, Lyon, Villeurbanne"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "Elon Musk, heavy electric vehicle, tesla, Elon Musk,"

 

3 – Elon Musk dévoile un teaser à la Carpenter de son futur camion électrique

 

Si, à l’occasion d’une conférence TED qui s’est tenue jeudi 28 avril, Elon Musk a dévoilé une image du futur Tesla Semi, on en apprend que très peu sur ce futur semi-remorque. Elon Musk déclare simplement que ce camion électrique, qui se conduit « comme une voiture de course », disposera d’une grande autonomie.

 

Après avoir annoncé une présentation du camion Tesla Semi pour septembre, Elon Musk dévoile la première image de celui-ci lors d’une conférence TED qui s’est tenue le 28 avril. De nuit, tous phares éclairés, le Semi de Tesla reste toujours aussi mystérieux et le cliché pourrait servir d’affiche à un film du maître John Carpenter. On imagine déjà le Tesla Semi arpenter les différentes contrées américaines. Elon Musk l’affirme ce camion sera résistant à toute épreuve et disposera d’une grande autonomie. Surtout, Tesla veut prouver qu’aujourd’hui un camion électrique peut avoir plus de couple qu’un diesel tout en disposant d’une capacité de charge très élevée. Mais aucun chiffre, ni même aucune estimation n’est donnée par le milliardaire.

 

Amusé, le patron de Tesla précise qu’il a déjà conduit le prototype du Semi et que c’est un camion « surprenant » qui « se conduit comme une voiture de course ». S’il est géant, le camion de Tesla est aussi très agile, précise Elon Musk. Il faut maintenant attendre septembre pour en apprendre plus. Le Tesla Semi disposera-t-il des mêmes logiciels de conduite autonome que les voitures ? Et surtout, sera-t-il aussi surprenant qu’annoncé ?

 

Léna Corot Constructeurs , Camions et poids lourds , Tesla / Publié le 03/05/2017

 

Résultat de recherche d'images pour "tesla, advanced auto recharge"

 

*****

 

Résultat de recherche d'images pour "Elon Musk, Carpenter, heavy electric vehicle, tesla, Elon Musk,"

 

Le poids lourd électrique de Tesla dévoilé en septembre

 

Tesla dévoilera en septembre son premier poids lourd électrique baptisé « Tesla Semi » et travaille aussi sur un projet de pick-up, a annoncé jeudi le directeur général du constructeur américain, Elon Musk. « La présentation du camion Tesla Semi bien partie pour septembre. L’équipe a fait un boulot formidable », a-t-il écrit dans un tweet, suivi peu après d’un deuxième : « Un pick-up dévoilé dans les 18 à 24 mois. »

 

Elon Musk avait fait savoir l’an dernier que Tesla travaillait sur de nouveaux projets de véhicules électriques, le Tesla Semi mais aussi une « nouvelle sorte de pick-up », un bus pour les transports publics et un SUV compact. Le constructeur de la Silicon Valley prépare en attendant le lancement au deuxième semestre de sa berline Model 3, destinée au marché de masse, et renforce ses capacités de production pour atteindre son objectif d’assembler 500 000 voitures par an en 2018.

 

A Wall Street, l’action Tesla grimpe de 3,5% à 307,30 dollars à une heure de la clôture en réaction aux tweets d’Elon Musk. Le titre, en hausse de 41% depuis le début de l’année, a atteint de nouveaux records cette semaine et Tesla a même brièvement dépassé General Motors par sa capitalisation boursière, malgré les 10 millions de voitures que vend annuellement GM. Tesla n’a toujours pas réalisé de bénéfice en 14 ans d’existence mais son cours de Bourse est porté par ses perspectives de croissance, expliquent les traders.

 

Pour Reuters, Noel Randewich, Véronique Tison pour le service français/ Constructeurs , Camions et poids lourds , Innovations Auto , Tesla / Publié le 13/04/2017/ Mis à jour le 14/04/2017/ Infos Reuters SAN FRANCISCO Reuters/

 

http://www.usinenouvelle.com/article/en-images-elon-musk-devoile-un-teaser-a-la-carpenter-de-son-futur-camion-electrique.N535149

 

Résultat de recherche d'images pour "Elon Musk dévoile un teaser à la Carpenter de son futur camion électrique"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "advanced automatic vehicle, intelligent vehicle, 2016, 2017"

 

4 – Les technologies automatisées prennent la route

 

Des chercheurs financés par l’UE ont réalisé d’importants progrès dans les tests de technologies automatisées qui pourraient rendre plus sûrs les automobiles et d’autres véhicules routiers. L’équipe du projet ADAPTIVE s’est assurée que ces innovations prennent pleinement en compte les besoins du conducteur, le cadre juridique actuel ainsi que les coûts d’homologation. Les succès de ce projet vont maintenant alimenter un projet pilote extrêmement ambitieux financé par l’UE, qui débutera cet automne. Il permettra de mieux comprendre comment les véhicules automatisés peuvent être intégrés efficacement à l’infrastructure de transport européenne.

 

Résultat de recherche d'images pour "technologies automatisées vehicles, 2016, 2017"

 

_ Une technologie inspirée par l’humain

Un objectif clé du projet ADAPTIVE était de mettre en évidence l’importance du facteur humain dans toute solution automatisée. « Nous devons accepter l’idée que nous aurons encore longtemps affaire à des conducteurs humains », déclare Aria Etemad du groupe de recherche de Volkswagen, coordinateur du projet. « Nous devons donc construire des véhicules plus intelligents en termes de détection de leur environnement, tout veillant à ce que cette intelligence fusionne avec celle du conducteur. »

 

Ce concept a influencé la nature des innovations testées, et le projet a élaboré un code de pratique prenant en compte le facteur humain. Ce guide étape par étape sur la façon de concevoir un système automatisé sera mis en œuvre dans les futures initiatives financées par l’UE. Le projet a fait progresser l’aspect technique de l’automatisation du véhicule en testant des combinaisons de capteurs: caméras ultrasoniques, radars et dispositifs de balayage à laser. M. Etemad et son équipe ont cherché à exploiter la capacité de l’automatisation à réaliser des tâches susceptibles de rendre la conduite plus sûre. Par exemple, des informations issues de la queue d’un embouteillage pourraient être envoyées aux véhicules se trouvant encore à quelques minutes, ce qui permettrait de réduire la congestion et de limiter les risques d’accidents.

 

Résultat de recherche d'images pour "technologies automatisées vehicles, 2016, 2017"

 

« Les scénarios généraux que nous avons testés comprenaient le stationnement à faible vitesse, la conduite urbaine à vitesse moyenne et la conduite à haute vitesse sur l’autoroute, jusqu’à 130 km/h », explique-t-il. « L’un des scénarios sur lequel nous nous sommes penchés concernait la convergence des véhicules sur une autoroute. Nous avons démontré comment un camion circulant sur l’autoroute peut communiquer avec une voiture cherchant à entrer sur cette autoroute à partir d’une bretelle afin de créer un espace suffisant, et vice versa. » Le projet a également étudié comment créer un tunnel de secours pour permettre aux véhicules d’urgence de passer.

 

Résultat de recherche d'images pour "automobiles régulateur de vitesse adaptatif"

 

_ Une planification à long terme

Un autre élément important sur lequel le projet a fourni des résultats tangibles concerne le développement de nouvelles méthodes pour les tests et l’évaluation. « Cela constitue un énorme progrès », déclare M. Etemad. « Si, par exemple, vous développez une nouvelle solution de régulateur de vitesse adaptatif, vous devez faire des essais sur 2 millions de kilomètres. Pour les solutions de conduite automatisées, l’obtention d’une approbation peut nécessiter des essais sur 100 millions de kilomètres. Il est clair que cette exigence est trop onéreuse, et nous avons donc identifié des logiciels de simulation qui pourraient aider le secteur. »

 

Image associée

 

ADAPTIVE a également identifié certains aspects légaux devant être réformés, comme la Convention de Vienne de 1968. Cette convention stipule que les conducteurs doivent garder en permanence le contrôle de leur véhicule. L’adaptation et l’harmonisation de l’infrastructure légale sont essentielles pour que les véhicules automatisés puissent prendre la route. Les résultats de ce projet révolutionnaire de 42 mois, qui doit s’achever en juin 2017, seront maintenant utilisés dans le prochain projet L3PILOT. Cette initiative, qui est le plus important projet de ce type financé par l’UE, testera 100 véhicules automatisés dans 12 pays européens. « Il reste beaucoup de travail à accomplir », déclare M. Etemad. « Nous devons tester les capteurs dans des situations critiques, par exemple les radars dans la neige et les caméras dans le brouillard. »

 

Grâce à un examen attentif des problèmes légaux, techniques, humains et économiques qui entourent le transport automatisé, le projet ADAPTIVE a permis d’obtenir une excellente vue d’ensemble des défis auxquels doit faire face la mobilité automatisée. L’objectif est maintenant de tirer parti de ce travail pour rapprocher encore plus le secteur de la commercialisation.

 

Posté par Redbran le Mardi 23/05/2017

 

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=16308

 

Résultat de recherche d'images pour "automobiles régulateur de vitesse adaptatif"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "mercedes, advanced vehicle, intelligent vehicle, mercedes, 2017"

 

5 – Mercedes investit 7 milliards dans la technologie verte

 

Au cours d’un atelier technologique organisé à Stuttgart, le Prof. Dr. Thomas Weber, membre du conseil d’administration de Daimler AG et grand patron du département Recherche & Développement de Mercedes-Benz, a expliqué que Daimler comptait investir 4,5 milliards d’euros supplémentaires dans la R&D dont la moitié sera affectée à la poursuite du développement de la technologie verte relative, surtout, aux voitures, camionnettes, poids lourds et bus. Cet investissement se concentre sur l’optimalisation de l’efficacité des moteurs à combustion, l’augmentation de la capacité et l’efficacité des véhicules en partie électrifiés ou hybrides ainsi que sur la volonté d’arriver à une conduite zéro-émission plus pratique au moyen de batteries ou de voitures à piles à combustibles.

 

Les moteurs à combustion – et notamment le diesel – constituent  un sujet de discussion, affirme le Prof. Dr. Weber : « L’opinion publique est continuellement trompée avec des demi-vérités et des points de vue qui reposent rarement sur une base scientifique. Ceci jette non seulement une ombre sur la technologie ICE (moteurs à combustion) mais on oublie aussi souvent que les diesels plus propres et efficaces ainsi que les moteurs à essence continueront à jouer un rôle déterminant pendant des années encore dans nos tentatives de réduire les émissions de CO2 et de mieux respecter l’environnement. »

 

Résultat de recherche d'images pour "mercedes, future, diesel (OM 654), mercedes, 2017"

 

_ Nouveau diesel dans tous les modèles

Le nouveau diesel (OM 654), déjà introduit dans la nouvelle Classe E, génère déjà une réduction considérable des émissions de NOx nocifs – contrairement au CO2 – pour l’homme et l’animal. Ce diesel répond d’ores et déjà à la norme EU que l’on pourra contrôler plus précisément au moyen d’un cycle de test WLTP et qui entrera en vigueur en 2017, complétée ou non par des cycles de test RDE (mesures des émission Real Drive). Même suite à un test indépendant réalisé par DEKRA, il est clair que ce diesel associe ses faibles (par rapport à ses prestations) et spectaculaires chiffres de CO2 aux valeurs d’émissions de NOx, CH et CO, que les moteurs à essence supposés (encore plus) écologiques selon les tests NEDC se confrontent à la dure réalité WLTP. Que de ce fait, le diesel ronronne comme un écho venu du futur proche, comme nous l’avons déjà dit. Mercedes le confirme aujourd’hui. Et pas seulement dans le cycle de test WLTP car le nouveau moteur OM 654 va vite apparaître dans toutes les voitures et camionnettes de MB.

 

Résultat de recherche d'images pour "mercedes, future, Filtre à particules, mercedes, 2017"

 

_ Filtre à particules désormais nécessaire pour l’essence

En 2017, Mercedes lancera une nouvelle génération de moteurs à essence. Pour la première fois, un moteur 6 cylindres bénéficiera d’un starter/generator intégré. La tension de service de cette électrification partielle atteint 4 Volts et pour la première fois, la tension de bord va également être amenée à ce niveau de potentiel. Mercedes a déjà développé pour cela une nouvelle batterie 48 Volts à refroidissement liquide. La différence au niveau de la tension de service entre des voitures conventionnelles (12 V) et la technologie hybride assistée par l’électricité (48 V) est ainsi supprimée. Et ce qui met aussi fin à des décennies d’ampérages trop élevés propres à la tension de bord de 12 Volts. En l’amenant à 48 Volts, on va réduire ces courants (Ampères) jusqu’à 4x, comme le prouve la loi d’Ohm.

 

Les nouveaux moteurs à essence, un développement de 3 milliards d’euros, seront aussi dotés d’un filtre à particules. Car – et nous l’avons déjà écrit plusieurs fois – les moteurs à essence causent la formation de particules. Dans les procédures de test WLTP, ils ne pourront pas cacher plus longtemps le fait qu’en termes d’émissions de NOx, ils peuvent même être plus nocifs que les diesels pourtant pointés du doigt pour cela. Les études – connues de la Commission européenne et de la plupart des anti-diesels crédules – nous avaient déjà prévenus en 2013. Elles vont à l’encontre des facteurs glorifiant constamment le moteur à essence et qui sont toujours restés dans le champ du radar médiatique. Avec de nouveaux moteurs à bougies, en partie électrifiés et – comme un diesel – dotés d’un traitement des gaz d’échappement adapté, Mercedes met un terme à une politique défaillante.

 

concept-eq-12-w820xh328-cutout

 

_ Plug-In Hybrides

Avec l’arrivée du GLC Coupé 350e’ 4Matic et de la E 350e, la gamme plug-in Hybrid (PHEV) s’étend à nouveau. La gamme en partie électrifiée compte désormais 13 modèles, ce qui permet à Mercedes de disposer aujourd’hui de l’offre PHEV la plus importante. Les premiers résultats du développement hybride seront présentés dès 2017. Avec les nouvelles batteries Li-Ion, les transmissions PHEV 9-Gtronic optimalisées, une nouvelle génération d’e-moteurs (synchrones à aimants permanents) et des programmes logiciels optimalisés, on a réussi à augmenter l’autonomie électrique, à réduire à nouveau la consommation de carburant fossile et, de plus, à comprimer la consommation d’énergie. Une S-500 e face liftée est annoncée pour 2017. Avec un rayon d’action électrique de 50 km et la possibilité de recharger la batterie sans fil.

 

Résultat de recherche d'images pour "mercedes, GLC Fuel Cell , Plug-in Hybrid, mercedes, 2017"

 

_ GLC Fuel Cell comme Plug-in Hybrid

Mercedes présentera au Salon de Paris (septembre prochain) un preview technologique d’une structure de base développée spécifiquement pour les véhicules avec batterie. Avec de nouvelles batteries plus compactes, qui laissent entrevoir des rayons d’action de 500 km pour une voiture du segment moyen. Ceci expliquera notamment pourquoi l’investissement massif dans l’e-mobilité concerne également une filiale à 100 %, en l’occurrence Deutsche Accumotive, spécialiste dans le développement de batteries. Mercedes tire aussi son savoir-faire en interne via NuCellSys, un leader mondial dans la recherche et le développement de piles à combustible pour application mobile. Sans oublier des joint-ventures avec Bosch, EM-motive (e-moteurs), Ford (fuel cel stacks (AFCC) et H2 Mobility GmbH pour l’optimalisation d’une infrastructure relative à l’approvisionnement d’hydrogène.

 

La mobilité zéro émission ne se limite donc pas chez MB aux véhicules avec batterie. Après la Classe B F-cel et le bus Citaro FuelCell-hybrid, on travaille aujourd’hui à Stuttgart sur la prochaine génération de modules FC. Ils sont aujourd’hui 30 % plus compacts et voient leur capacité augmenter de 40 %. De plus, leur coût baisse car il y a jusqu’à 90 % de platine en moins. Nous avons déjà pu découvrir le GLC F-Cell à Stuttgart. Le premier modèle de production à bénéficier de la dernière technologie FC sera commercialisé dès 2017. Sachez que le GLC F-Cell sera doté d’une prise ! Car un hybride Plug-In Fuel-Cel. La batterie prévoit un e-rayon d’action de 50 km et peut être rechargée à domicile ou au travail. La pile à combustible alimentée par hydrogène confère au GLC F-Cell un rayon d’action de 500 km. Durée de ravitaillement du réservoir d’hydrogène ? 2,5 minutes.

Une nouvelle étape importante vers la mobilité zéro émission a ainsi été franchie. Et on ne parle plus d’un avenir lointain… Le GLC F-Cell sera chez le concessionnaire dès l’an prochain.

 

Par Ferre Beyens  /  June 12, 2016

 

http://www.link2fleet.com/mercedes-investit-7-milliards-dans-la-technologie-verte/

 

Image associée

 

———————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "china, automakers, new plants, robots, 2017"

 

6 – Les constructeurs automobiles chinois s’imposent peu à peu

 

La Chine est devenue le premier marché de véhicules au monde. Alors que s’ouvre le salon de Shanghaï, les constructeurs étrangers se ruent sur place mais font face à une concurrence de plus en plus rude de leurs homologues chinois. Le chiffre parle. L’an dernier, pour dix voitures vendues en Chine, quatre avaient été fabriquées par des constructeurs chinois, tandis que six étaient des produits de constructeurs étrangers. Or il y a cinq ans à peine, les constructeurs chinois n’avaient que des miettes du marché national, largement dominé par les étrangers. « On a vu ces dernières années une accélération des fabricants chinois », constate Jean-Michel Vallin, patron de la région Asie pour l’équipementier Faurecia.

 

Présent en Chine depuis 2008, il a vu les constructeurs chinois changer à grande vitesse : « Quand je suis arrivé, les marques chinoises fabriquaient des produits assez bas de gamme, en retard sur les spécifications européennes pour les émissions de CO2, la sécurité ou la qualité perçue. Mais il y a eu un tournant en 2013-2014 : ils ont alors développé des produits nettement plus attractifs, tout en étant moins chers que les véhicules occidentaux. »

 

Résultat de recherche d'images pour "china, auto makers, 2016"

 

_ Le succès fulgurant des SUV

Résultat : En 2016, trois fabricants chinois se sont fait une place dans le top 10. L’un d’entre eux, Baojun, était encore un inconnu il y a quelques années. « Il a réussi à progresser grâce à un seul modèle qui marche très bien », constate Cédric du Chéné, responsable de la planification produit du groupe français PSA. Il s’agit d’un petit SUV (4×4 urbain) à prix très accessible, un type de véhicule inexistant en Chine il y a 4 ans, et qui représente aujourd’hui 45 % du marché automobile du pays.

Les Chinois se sont précipités vers les SUV. De plus, les clients qui achètent leur première voiture sont de plus en plus des habitants des villes moyennes, au centre ou au sud du pays. Ceux-là sont plus sensibles au prix, et ont donc donné l’avantage à des marques chinoises.

Alors que s’ouvre mercredi 19 avril, à Shanghaï, le salon de l’automobile, tous les constructeurs aiguisent leurs armes. La bagarre est d’autant plus vive que la Chine est l’eldorado de l’industrie automobile mondiale. Il s’est vendu l’an dernier dans le pays 22 millions de voitures particulières, un chiffre en progression de 18 %. C’est depuis 2008 le premier marché automobile du monde. Mais avec la baisse des incitations fiscales qui se produit cette année, les achats de voitures neuves devraient ralentir, pour aller en 2017 vers une croissance de 5 %.

 

Résultat de recherche d'images pour "china, auto makers, PSA, C5 aircross, 2016, 2017"

 

_ La réplique de PSA : le C5 aircross

La compétition s’en trouve donc encore renforcée. Le groupe français PSA a fait les frais de cette offensive chinoise. Il a connu un net recul en Chine en 2016 : il y a vendu 616 000 véhicules l’an dernier contre 731 000 en 2015. Il tente d’y répondre en lançant en Chine un nouveau modèle Citroën, le C5 aircross. Il s’agit d’un SUV de 4 mètres de long qui doit permettre au constructeur de revenir dans le cœur du marché chinois. Ce même modèle n’arrivera en Europe qu’en 2018 seulement.

« Les performances réalisées ici ne sont pas acceptables, nous devons mieux faire », regrette Carlos Tavarès, le président du directoire du groupe PSA, présent à Shanghaï pour l’occasion. Et il explique : « Le marché chinois change très vite et nous devons nous adapter. On avait auparavant une croissance dans tous les compartiments du marché. On se trouve aujourd’hui avec un marché de pays mature, qui tend à se rapprocher des pays européens. »

 

Résultat de recherche d'images pour "china, auto makers, 2016"

 

_ L’eldorado des voitures électriques

De plus, les autorités chinoises incitent fortement les habitants des grandes villes à aller vers des véhicules électriques. D’ores et déjà, la Chine est le pays qui achète le plus de voitures électriques au monde. Il s’en est vendu 392 000 l’an dernier en Chine. Or ce marché est entièrement aux mains de constructeurs chinois. Ils se nomment BYD ou Geely et sont des constructeurs privés de nouvelle génération.

Sur ce segment du marché, les constructeurs étrangers ne sont pas présents – l’allemand Volkswagen a annoncé mardi qu’il introduira l’an prochain sa première voiture 100 % électrique en Chine. L’électrification du parc qui va augmenter dans les années à venir devrait cependant profiter aux constructeurs chinois.

 

Par ailleurs, la compétition qui se déroule actuellement sur le marché chinois entre constructeurs nationaux et étrangers va vite se déplacer ailleurs dans le monde. « Great Wall, l’un des plus gros constructeurs chinois, construit actuellement une usine en Russie qui aura une capacité de 150 000 véhicules par an », indique Cédric du Chéné. D’autres se lancent sur le marché sud-américain. Pour l’heure, ils ne visent pas le marché européen.

 

****

 

Résultat de recherche d'images pour "china, auto makers, 2016"

 

Les dix premières marques vendues en Chine en 2016

1. Volkswagen (Allemand) 3 millions de véhicules, 13,7 % de part de marché
2. Honda (Japonais) 1,2 million, 5,4 %
3. Hyundai (Coréen) 1,2 million, 5,4 %
4. Buick (Américain) 1,2 million, 5,4 %
5. Toyota (Japonais) 1 million, 4,8 %
6. Nissan (Japonais) 1 million, 4,63 %
7. Changan (Chinois) 976 000, 4,45 %
8. Great Wall (Chinois) 957 000, 4,36 %
9. Ford (Américain) 951 000, 4,34 %
10. Baojun (Chinois) 755 000, 3,44 %

**

 

Alain Guillemoles (à Shanghai), le 19/04/2017/ Mis à jour le 19/04/2017/

 

http://www.la-croix.com/Economie/Monde/Les-constructeurs-automobiles-chinois-simposent-2017-04-19-1200840554

 

Résultat de recherche d'images pour "china, auto makers, 2016"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Shanghai autoshow, china automakers, china automakers, 2017"

 

7 – A Shanghai, la démonstration de force des géants chinois de l’automobile

 

Les constructeurs étrangers sont de plus en plus concurrencés par les marques locales. Quasi absentes à l’international, celles-ci détiennent désormais 43 % du marché chinois, le premier au monde. Le temps où n’importe quelle voiture se vendait en Chine est révolu. A l’instar de BMW, Mercedes ou Nissan, les constructeurs étrangers vont profiter du Salon de l’auto de Shanghai, qui ouvre ses portes au public vendredi, pour présenter des modèles adaptés aux clients chinois. Mais ils ne seront pas les seuls. Le Salon sera l’occasion d’une démonstration de force des acteurs chinois : sur les 155 nouvelles voitures présentées, 71 porteront le logo de marques locales !

 

Peu connus hors de Chine, des constructeurs comme Great Wall, Geely et Chang’an sont en pleine ascension chez eux. L’an dernier, 43 % des ventes, sur ce qui est devenu le premier marché automobile au monde avec 24 millions de voitures particulières vendues, étaient de marque chinoise. Une montée en puissance qui pénalise des acteurs comme PSA et accentue la pression sur les prix.

 

La Chine compte aujourd’hui autour de 90 marques locales. La plupart sont à 100 % chinoises, même si certaines ont été développées en partenariat avec des constructeurs étrangers. «  L’émergence de marques nationales était déjà une priorité clairement définie par les autorités chinoises il y a plus de dix ans », explique Jean-François Dufour, analyste chez Montsalvy Consulting. «  L’idée était – et est toujours – que les constructeurs chinois s’affranchissent des coentreprises nouées avec les étrangers. »

Si Volkswagen et General Motors ont encore la préférence des consommateurs chinois, «  les constructeurs locaux ont, ces derniers temps, renforcé leur gamme et, avec l’aide de fournisseurs internationaux, les modèles sont vraiment bien meilleurs qu’auparavant », constate Namrita Chow, analyste chez IHS. «  Des groupes comme Great Wall, Chang’an et Geely ont particulièrement bien anticipé la montée en puissance des SUV en proposant des modèles de bonne qualité à des prix intéressants », remarque Stéphane Noël, directeur Asie de Plastic Omnium Auto. Great Wall a écoulé 580.000 exemplaires de son Haval6 l’an dernier, le modèle de SUV le plus vendu en Chine.

 

Résultat de recherche d'images pour "china vehicles, Haval, Great Wall"

 

_ Un déficit d’image en train de se résorber

Avec Haval, Great Wall est désormais la deuxième marque chinoise derrière Chang’an, un constructeur public de Chongqing, dans le centre du pays. Multipliant les lancements de nouveaux modèles, Chang’an connaît une très forte croissance en jouant la carte des villes moyennes avec des voitures peu coûteuses. «  Les marques locales sont bien positionnées pour profiter de la croissance du marché, qui se joue à l’intérieur du pays », explique François Jaumain, associé chez PwC.

 

Toutes n’ont pas adopté la même stratégie : «  Certaines marques locales ont décidé de monter en gamme, comme GAC, Great Wall et Geely, mais d’autres n’ont pas fait ce choix, comme BAIC », constate Stéphane Noël. Constructeur historique de Pékin, BAIC s’est peu développé sur les SUV, privilégiant les mini-vans pas chers et très utiles dans les campagnes. De même, toutes n’ont pas réussi. «  Les marques réellement propres de SAIC issues du rachat de MG Rover n’ont jamais réussi à décoller », pointe Jean-François Dufour. « Quant à FAW, il n’est pas parvenu à ressusciter sa marque haut de gamme Hongqi sur un créneau dominé par les Allemands. »

 

Les ventes sous marque locale sont encore ultraminoritaires chez les trois premiers constructeurs chinois, SAIC, Dongfeng et FAW, qui ont multiplié les joint-ventures (JV) avec des étrangers. « Les marques locales ont très nettement amélioré la qualité perçue de leurs véhicules depuis trois ans, et certaines sont tout à fait comparables aux marques européennes, mais il leur reste parfois à faire des progrès sur les prestations dynamiques (moteur, confort, châssis…) », explique Stéphane Deblaise, vice-président du programme produits chez Dongfeng Renault.

Reste que le déficit d’image et d’innovation dont ont longtemps souffert les marques chinoises est en train de se résorber. Et si ces dernières peinent toujours à l’international, Pékin a bien l’intention de créer des champions mondiaux dans l’électrique, où les places restent à prendre. C’est d’ailleurs par la technologie que certaines marques ont choisi de se différencier, à l’instar de BYD, le « Tesla chinois ».

 

Frédéric Schaeffer, Les Echos/ Envoyé spécial à Shanghai/ Frédéric Schaeffer / Le 20/04 2017

 

https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0211988361116-a-shanghai-la-demonstration-de-force-des-geants-chinois-de-lautomobile-2080900.php

 

Résultat de recherche d'images pour "chinese automakers, new plants, industrial robots, china"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Audi e-tron Sportback, Audi e-tron Sportback, shanghai autoshow, intelligent vehicle, 2016, 2017"

 

8 – L’Audi e-tron Sportback illumine Shanghai

 

Dans un salon de Shanghai qui fait la part belle aux modèles électriques, Audi présente un concept-car original. Il devrait être lancé en 2019, pour rivaliser avec la Tesla Model S. Beaucoup de constructeurs ont choisir de présenter un ou plusieurs modèles électriques au salon de Shanghai. Ce n’est pas un hasard. La Chine est en pointe en matière de véhicules électriques. On compte 150.000 stations de recharge à travers le pays et un programme d’installation de 100.000 stations supplémentaires sera achevé d’ici à la fin 2017. Shanghai était prédestiné à être très électrique.

 

Résultat de recherche d'images pour "Tesla, advanced projet, intelligent vehicle, Tesla, 2016, 2017"

 

_ Audi e-tron Sporback, Tesla dans le viseur

Audi a logiquement choisi Shanghai pour présenter sa première grande berline électrique, sous la forme d’un concept-car baptisé « e-tron Sportback ». Elle est équipée de trois moteurs électriques, un sur l’essieu avant, deux sur l’arrière, le tout développant 320 kW ( 435 chevaux) avec la possibilité, dans un mode libre, d’atteindre 370 kW (503 chevaux). Ces moteurs sont alimentés par une batterie lithium-ion de 95 kWh, ce qui lui offre une autonomie de 500 km. Son couple de 800 Nm lui permet d’accélérere de 0 à 100 km/h en 4,6 secondes.

 

Ce modèle est équipé d’impressionnantes roues de 23 pouces à six branches. Avec 4,90 m de longeur, 1,98 m de largeur et une hauteur de 1,53 m, il s’appuie sur un empattement de 2,93 m. Cela le place tout près de l’A7, la grande berline d’Audi. Il fait valoir un coffre de 550 litres. La version production de cette e-tron Sportback sera révélée en 2018, alors que la commercialisation est prévue pour 2019. Sa cible est évidemment la Tesla Model S. 

 

Résultat de recherche d'images pour "I.D. CROZZ, advanced projet, intelligent vehicle, I.D. CROZZ"

 

_ I.D. CROZZ, la bonne idée de VW

Après avoir présenté son I.D., concept-car de voiture électrique, au Mondial de l’Auto à Paris, Volkswagen a dévoilé un nouveau projet de SUV sportif électrique, le I.D. CROZZ. Ce modèle compact à quatre roues motrices délivre la puissance de 225 kW, monte jusqu’à 180 km/h en pointe et peut couvrir 500 km en cycle NEDC sur une seule charge. La batterie peut récupérer 80% de son énergie en une demi-heure, grâce à un système de charge rapide de 150 kW DC. Ce modèle se met de lui-même en mode entièrement autonome, lorsque l’on touche le badge VW pendant trois secondes au centre du volant.

 

Résultat de recherche d'images pour "skoda, Skoda, advanced projet, intelligent vehicle"

 

 _ Skoda s’y met

Le SUV électrique de Skoda est plutôt séduisant. Toutes les marques du groupe Volkswagen s’y mettent : après Volkswagen et Audi, Skoda présente à Shanghai un concept-car électrique, le VisionE, SUV Sportif qui utilise la même plateforme que l’I.D. Crozz. Il dispose de deux moteurs électriques développant 225 kW, qui lui offrent la transmission intégrale, pour une vitesse de pointe de 180 km/h. Ses batteries, logées dans le plancher, lui permettent d’afficher une autonomie de 500 km. Long de 4,68 m, ce modèle privilégie les porte-à-faux courts et, grâce à un empattement de 2,85 m, peut offrir un espace intérieur confortable. Il propose la conduite autonome à trois niveaux possibles.

 

Résultat de recherche d'images pour "Volvo, Volvo, advanced projet, intelligent vehicle, 2016, 2017"

 

_ Volvo choisit la Chine

Constructeur suédois, Volvo a choisi de construire et développer sa première voiture électrique en Chine. Il est vrai que la firme scandinave, rachetée en 2010 par le Chinois Geely, compte déjà deux usines en Chine. Volvo utilisera la plateforme CMA (Compact Modular Architecture) conçue pour les modèles compacts. Il devrait voir le jour assez vite et entrer en production en 2019. 

 

Publié le 23/04/2017 / Mis à jour 23/04/2017 / Thierry Vautrat.

 

http://www.sudouest.fr/2017/04/23/l-audi-e-tron-sportback-illumine-shanghai-3390281-4736.php

 

Résultat de recherche d'images pour "china, china, shanghai autoshow, intelligent vehicle, 2016, 2017"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, vehicle, Borac, Borac"

 

9 – Ces voitures fabriquées en Afrique vont-elles conquérir le continent ?

 

La frénésie des constructeurs automobiles à investir en Afrique n’a jamais été aussi palpable. Renault-Nissan, Peugeot, et même certaines marques chinoises et allemandes ne veulent pas rater l’essor que connaît l’Afrique en matière d’achat de voitures. Pourtant, quelques constructeurs locaux résistent encore à ce tsunami d’investissements et d’importations, et cherchent à développer des véhicules Made in Africa. Voici un tour d’horizon ce qui se fait le mieux sur le continent en matière de construction automobile.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa, vehicle, Fulgura"

 

_ La Fulgura

C’est Abdessalam Laraki, designer marocain, qui est à l’origine de la conception de cette voiture exotique. D’abord diplômé en design automobile à l’école Franco Sbarro en Suisse, il se tourne ensuite vers le design des matériels de sport au Art Center Europe. Après une riche carrière de conception navale (yachts, bateaux de luxe, etc.), il se lance le défi en 2000 de fabriquer la première voiture marocaine : la Laraki Fulgura. Une voiture présentée pour la première fois au salon de l’automobile de Genève en 2004. La Fulgura sera construite à 99 exemplaires numérotés.

 

Image associée

 

_ La Borac

Suite à ce succès, Abdessalam Laraki et son équipe lancent un second modèle nommé Borac en 2005. Équipée d’un moteur Mercedes-Benz V12 de 6.0L, la Borac délivre 540 chevaux et avale le 0-100km/h en 4,5 secondes. Sa production devait démarrer en 2011 mais le design final n’a jamais été révélé.

 

Résultat de recherche d'images pour "african automakers, Epitome, Epitome"

 

_ L’Epitome

En 2013, Abdessalam Laraki lance la sublime Epitome : un monstre de 1200 chevaux qui pèse plus de 1,2 tonnes. Présenté lors du Concours d’Élégance de Pebble Beach, ce modèle utilise le même chassis que la Chevrolet Corvette C6. Vendue aux alentours de 2 millions de dollars, l’Epitome ne sera produite qu’à neuf exemplaires. Sur son compte Instagram, le rappeur d’origine marocaine French Montana a fièrement annoncé qu’il figurait parmi les acquéreurs.

 

Résultat de recherche d'images pour "african automakers, izis, izis , Wallyscar"

 

_ L’Izis, le rêve tunisien

En 2007, Zied Guiga, un entrepreneur tunisien, créé Wallyscar, un constructeur automobile, made-in-Tunisia et basé à La Marsa. En 2008, Wallyscar créé la surprise au salon de l’automobile de Paris avec son modèle Izis, dont l’aspect rappelle celui des Jeeps américaines. Il ne sort qu’une centaine de véhicules par an des usines Wallyscar pour l’instant. Toutefois, ces voitures sont vendues bien au-delà des frontières de la Tunisie et notamment au Quatar, en France, en Espagne et à Panama !

 

Résultat de recherche d'images pour "african automakers, Izis II, Izis II, Wallyscar"

 

_ L’Izis II

En 2016, Wallyscar annonce la commercialisation de l’Izis II. Vendue pour environ 11000 euros, l’Izis II est équipée d’un moteur Peugeot 3 cylindres qui délivre 72 ch. Ce coupé décapotable est économique et peut atteindre les 158 km/h.

 

Résultat de recherche d'images pour "african automakers, Innoson, innoson, africa"

 

_ La Innoson, une voiture 100% Nigériane

La Innoson est la première voiture Nigériane lancée par l’homme d’affaires Innocent Chukwuma. La société de fabrication Innoson Vehicle Manufacturing produit ce modèle avec des pièces 100% nigérianes, d’où son exclusivité. Ce véhicule est commercialisé depuis 2014. Aujourd’hui, Innoson emploie 7000 personnes au Nigéria et produit 10 000 véhicules par an, une capacité qui devrait augmenter à 50 000 par an. Le constructeur de cette voiture a annoncé ses intentions de faire connaître la marque bien au-delà des frontières du Nigéria. Une aubaine pour le Nigéria, dans un contexte de chute des revenus liés au pétrole.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa vehicles, african automakers, Kantaka, Kantaka"

 

_ Kantaka, une voiture qui promet

Kantaka est un 4×4 construit au Ghana et ambitionne de devenir un concurrent sérieux aux SUV européens et américains. Une voiture aux lignes épurées et qui n’a rien à envier aux célèbres SUV américaines. Les premières ventes ont débuté en 2015. Le succès fut tel que la police du Ghana a commandé ces bolides flambants neufs.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa vehicles, african automakers, Kiira EV SMACK, Kiira EV SMACK"

 

_ La Kiira EV SMACK

Cette voiture qui nous vient tout droit de l’Ouganda et plus spécialement de Kiira Motors Corporation (KMC), développée à la base par des étudiants, vous fera penser à un mélange entre une Lancia et une Mazda. Mais derrière son look « japonais » se cache une voiture hybride configurée pour obtenir des résultats en fonction de l’apport énergétique. Une belle prouesse technologique pour une équipe pleine d’ambition.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa vehicles, african automakers, Z-One, Z-One"

 

_ La Z-One

Encore une voiture au look très “James Bond”. Elle sort de l’usine de la compagnie sud-africaine Perana Performance Group et a été présentée au public en 2009. Elle emprunte le chassis de la Corvette. Selon le site de l’entreprise, les ventes seront limitées à 999 exemplaires par an en Europe.

 

Résultat de recherche d'images pour "africa vehicles, african automakers, Turtle, Turtle"

 

_ La Turtle, la voiture africaine 100% recyclée

Loin des modèles qui visent le haut de gamme, la Turtle, voiture made in Ghana, est fabriquée par des artisans qui se sont lancés le défi de construire un véhicule à partir de pièces de récupération. Il s’agit là d’une véritable leçon de civisme et d’inventivité dans une région impactée lourdement par les déchets. La Turtle pourrait constituer une alternative intelligente pour les populations des régions africaines qui pourront se doter de moyens de transports à petit budget. Après avoir été symboliquement inaugurée en octobre 2013 par Otumfuo Nana Osei Tutu II, le 16ème roi des Ashantis, la voiture a ensuite été présentée à Pau, en France, en marge du festival des cultures électroniques.

 

Par Sam/ 29/12/2016

 

http://www.afrizap.com/voitures-africaines/

 

Résultat de recherche d'images pour "africa vehicles, african automakers, innoson, africa"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "PSA, renault, afrique, industries automobiles, 2016, 2017"

 

10 – PSA veut redevenir le roi du Moyen-Orient et de l’Afrique

 

Après les deux accords d’implantation en Iran et la nouvelle usine au Maroc, PSA vise aussi l’Algérie. Le « dossier est bouclé ». Mais le groupe attend le feu vert hypothétique des autorités d’Alger.

 

Après l’Iran et le Maroc, l’Algérie ? Jean-Christophe Quémard, le directeur de la zone Moyen-Orient-Afrique de PSA, vient à peine de signer l’accord pour la réintroduction de Citroën en Iran et de valider l’achat du terrain de Kénitra (Maroc) qu’il se dit prêt à sauter une nouvelle fois dans un avion. Pour aller signer l’accord définitif d’implantation à Oran (Algérie), où le constructeur « a bouclé son dossier » et « n’attend plus que le feu vert du gouvernement ». Vieux routier de l’Afrique avec les Peugeot 404, 504 (pick-up notamment) et de l’Iran avec notamment les adaptations locales de la 405, PSA repart à l’assaut. Après un passage à vide qui l’a fait quasiment sortir de ces marchés. Carlos Tavares, président de PSA, mise beaucoup sur cette région. Dans son plan « Push to pass », il compte ainsi y quadrupler les volumes du groupe à 700.000 unités annuelles à l’horizon 2021. Vaste gageure.

 

Résultat de recherche d'images pour "PSA, renault, afrique, industries automobiles, 2016, 2017"

 

Pour commencer, à partir du second semestre 2017, des petites Peugeot 208, 2008 (dérivé « SUV ») et berlines à quatre portes 301 devraient déjà  sortir de la co-entreprise à 50-50 de PSA avec Iran Khodro près de Téhéran. Les volumes envisagés sont de 100.000 voitures dans une première tranche, puis de 200.000 dans une deuxième. Dont une partie pour l’export. Investissement: 400 millions d’euros sur cinq ans. L’accord avait été signé en janvier dernier lors de la venue à Paris du président iranien Hassan Rohani. Iran Khodro était déjà le partenaire historique de PSA avant la rupture de 2012, quand PSA s’était brutalement retiré d’Iran sous l’injonction de l’américain GM, son éphémère allié qui exigeait que le français se conformât à la ligne dure de Washington envers le pays.

 

Peugeot jouit d’une très belle réputation sur place. D’ailleurs, Iran Khodro continue de produire avec des pièces locales et de contrefaçon chinoises des anciennes Peugeot 206 et surtout 405 hors licence. Il s’en est vendu 333.000 l’an dernier en Iran, soit une part de marché de 30%. Ces chiffres ne sont pas comptabilisés dans les ventes de PSA. Fin 2017, début 2018, PSA ajoutera en Iran la production des Citroën avec son allié local Saipa. L’accord a été signé jeudi dernier. A travers un investissement de plus de 300 millions d’euros sur cinq ans, trois petits modèles de la marque aux chevrons seront produits à Kashan (entre Téhéran et Ispahan). Citroën compte ainsi fabriquer 150.000 voitures vers 2021 sur place. A cette date, c’est donc 350.000 véhicules Peugeot et Citroën  qui devraient être produits sur place par PSA. Sans parler donc de la poursuite de la fabrication des 206 et 405.

 

Résultat de recherche d'images pour "PSA, Kénitra"

 

_ En 2019 démarrera le site de Kénitra

Au Maroc, Carlos Tavares avait signé à la mi-juin 2015 un accord avec le Roi du Maroc Mohammed VI, pour le démarrage d’une fabrication de Peugeot et Citroën sur place. Le président du directoire de PSA veut y fabriquer dès 2019 des Peugeot 301 et Citroën C-Elysée d’entrée de gamme. 90.000 véhicules sont prévus annuellement dans l’usine de Kenitra, au nord de Rabat, avec la possibilité de doubler à terme les volumes. Enfin, à Oran (Algérie), PSA planifie la fabrication de 25.000 véhicules par an, uniquement pour le marché local. Mais les autorités d’Alger n’arrivent pas à se décider, vu l’état de léthargie dans lequel est plongé le pays avec la fin de règne du président Abdelaziz Bouteflika. Par ailleurs, Peugeot assemble des véhicules en Ethiopie et au Nigéria. Mais il s’agit de tout petits volumes (un millier par an escompté en Ethiopie).

 

Image associée

 

_ Internationalisation encore insuffisante

Ces efforts sont louables, surtout dans la région Moyen-Orient-Afrique où Peugeot a une légitimité historique. PSA pâtit encore aujourd’hui d’un déficit d’internationalisation par rapport à ses principaux concurrents. Trop européo-centré, le constructeur tricolore écoule encore 62% de ses véhicules en Europe. Un pourcentage extrêmement important. On est encore loin de l’objectif de 50% hors du Vieux continent naguère fixé par l’ancien patron Philippe Varin. Signe de son « intercontinentalisation » insuffisante, le constructeur tricolore produit encore les deux-tiers  de ses voitures particulières et utilitaires légers en Europe. Contre 50% seulement pour le groupe Renault

 

Le 22.07.2016/ Mis à jour le 22.07.2016/

 

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/psa-veut-redevenir-le-roi-du-moyen-orient-et-de-l-afrique_421462

 

Résultat de recherche d'images pour "peugeot PSA industries, new plants"

 

————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "peugeot PSA industries, new plants"

Résultat de recherche d'images pour "future, industries, human against robots"

 

 

 

A propos de l'auteur

Moi meme

Soyez le premier à réagir à "TECHNOLOGIES AUTOMOBILES : développement, avancées technologiques et améliorations (énergie, pollution, motorisation, endurance…)"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié