AFRIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : Ici en Afrique, tous les prétextes sont bons pour détruire ou pour faire la guerre

violent-protest

 

Conflits et guerres en Afrique et échec du dialogue politique : Des faits politiques, économiques, sociaux ou religieux graves et extrêmement préoccupants ne dégénèrent pas en conflits ou en guerre en occident ou dans certains pays, car les institutions établies, les pouvoirs et oppositions politiques, mettant en œuvre l’intérêt du pays, trouvent dans les ressorts profonds du dialogue et du compromis, des éléments pour résorber dans la paix et la justice, toutes ces contradictions hautement sérieuses. C’est important et il faut le souligner.

 

Ici en Afrique, malheureusement, ces préoccupations plurielles et souvent avérées qui suivent, débouchent fatalement sur des conflits graves ou des guerres. Les compromis et discussions entre les acteurs de la crise sont rares et les fractures sont inévitables. Ces préoccupations contribuent ainsi à entretenir des déstabilisations politiques, des crises économiques et sociales et à consolider la pauvreté et le sous-développement. Ces « damnés de la terre », sans le savoir eux-mêmes, sont des acteurs des souffrances de leurs propres peuples, avec qui ils partagent du reste la même la damnation.

 

Ces arguments et prétextes qui suivent, doivent cesser de conduire aux crises et aux guerres et constituer plutôt des horizons de combats à vaincre, pour consolider la paix, le développement et la prospérité. Le dialogue entre toutes les parties (pouvoir et oppositions) est l’arme des forts, a dit un sage africain. Ce sont des faibles qui se battent chaque jour.

 

 Résultat de recherche d'images pour "Guerre civile au Soudan du Sud, pétrole, sud soudan, guerre" Résultat de recherche d'images pour "south nigeria, oil, crisis,"

 

Ces arguments et prétextes, qui conduisent aux conflits et aux guerres en Afrique, à résorber par le dialogue, sont : crime d’être un partisan de la Russie, de la Chine, des USA ou de la France ; faits graves de corruption, de népotisme ou de tribalisme ; pillages et vols des richesses du pays par quelques familles ; zones de production des richesses du pays maintenues dans le sous-développement et la pauvreté ; aspirations des populations non prises en compte dans les zones de production pétrolière ; utilisation d’exutoires humains (pouvoir ou oppositions) pour provoquer des violences et des guerres ; modification unilatérale et sans raison des règles électorales établies ; échec dans l’organisation des élections et refus de démissionner malgré cet échec ; usage de la guerre et des crises pour obtenir des résultats politiques ; institutions électorales ouvertement non crédibles ; fraudes électorales ; absence d’alternance politique malgré la volonté de changement des peuples ; confiscation du jeu politique ; dictatures des oppositions en conflits permanents avec les pouvoirs ; refus du dialogue politique ; mauvaise gouvernance politique ou économique ; réformes importantes faiblement discutées et passage en force ; hautes compétences techniques ou financières non mises au service du pays pour des raisons politiques ; haines atroces de l’autre pour des raisons religieuses, ethniques ou culturelles ; conflits fonciers mal gérés ; avènement du terrorisme islamique à grande échelle et permis de tuer des innocents pour atteindre des objectifs politiques ou religieux ; oubli et marginalisation de certaines régions ou ethnies (mal aimées) dans le processus de développement ; échec du développement local et refus d’envisager des solutions alternatives efficaces ; condamnation des jeunes à l’exil pour y trouver du travail ; chômage anormalement élevé et inadmissible pour un pays en construction ; gouvernance mauvaise et problématique ; mécontentement général et grognes des populations étouffées et non pris en compte, etc.   

 

 Abidjan, mis à jour  le 11/12/2016.

 

Par la rédaction : www.paixetdeveloppment.net/; www.paixetdeveloppement.com/; www.paixetdeveloppement.org/

 

Afficher l'image d'origine

 

———————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "union africaine, Côte-d’Ivoire, élections, 2016"

 

 

 

Soyez le premier à réagir à "AFRIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : Ici en Afrique, tous les prétextes sont bons pour détruire ou pour faire la guerre"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié