http://www.pipopatat.nl canda goose outlet http://www.desmidsehemmen.nl canada goose sale canada goose belgie canadagooseoutlet.at

COREE DU SUD/ POLITIQUE/ RELATIONS INTERNATIONALES : M. Moon Jae-In, nouveau Président élu de la Corée du Sud

626acb9e66f84a12b2293525f846f3cb_18

 

« Corée du Sud/ l’économie et la diplomatie, priorités du nouveau président : Le nouveau président sud-coréen de centre gauche, Moon Jae-in, a pris officiellement ses fonctions mercredi. Sa mission : apaiser les tensions avec la Corée du Nord et tourner la page de l’affaire de corruption qui a secoué le pays. (…) La campagne s’est largement focalisée sur l’économie, la Corée du Nord étant passée à l’arrière-plan. Le futur locataire de la « Maison Bleue » veut réformer les chaebols, ces conglomérats familiaux comme Samsung ou Hyundai qui contrôlent l’économie et dont le scandale Park Geun-hye a mis en lumière les travers. Il souhaite aussi créer 500 000 emplois par an. Il devra pour cela constituer des alliances, son parti comptant 119 des 299 élus à l’Assemblée nationale. »

 

Résultat de recherche d'images pour "Moon Jae-in, south korea, president, 2017" Résultat de recherche d'images pour "south korea, maps, 2017"

 

——————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "Moon Jae-in, south korea, president, 2017"

 

1 – Corée du Sud : le progressiste, militant des droits de l’homme, Moon Jae-in, élu président

 

Cet ancien avocat spécialisé dans les droits de l’homme remplace Park Geun-Hye, destituée à la suite d’un scandale de corruption. La Corée du Sud a désigné mardi 9 mai Moon Jae-in comme douzième président. Le candidat du Parti démocratique de centre gauche a obtenu 40,2 % des suffrages, soit 11,4 millions de voix. Le pays organisait des élections anticipées après la destitution de Park Geun-hye, l’ancienne présidente mêlée à un scandale de corruption et d’abus de pouvoir.

 

« Je serai le président de tous les Sud-Coréens », s’est-il exclamé devant ses partisans sur la place Gwanghwamun à Séoul où des millions de Sud-Coréens s’étaient massés plusieurs mois durant pour exiger le départ de Park Geun-HYe. « C’est une grande victoire (…) pour créer un pays de justice (…) où les règles et le bon sens prévalent », a ajouté l’ancien avocat. Le conservateur Hong Joon-pyo, issu du parti de la présidente déchue, est arrivé loin derrière avec 25,2 % des suffrages, suivi du centriste Ahn Cheol-soo avec 21,5 %.

 

Résultat de recherche d'images pour "nord korea, south korea, seoul, pyongyang"Résultat de recherche d'images pour "seoul city"

 

_ L’économie plus déterminante que la Corée du Nord

La participation a dépassé 77 %. Ce taux, le plus élevé depuis 20 ans pour une élection présidentielle, s’explique en partie par le climat de tensions dans le pays. La population est lassée du coût de la vie, du chômage grandissant, d’une croissance en baisse et de la proximité entre la classe politique et les grands patrons. Dans la campagne, les considérations économiques l’ont emporté sur les relations avec la Corée du Nord qui restent compliquées. Le président Moon est justement partisan d’un dialogue avec le voisin, ce qui pourrait amorcer un changement majeur de politique après dix ans de gouvernements conservateurs.

 

« Nous félicitons le président-élu Moon Jae-In et nous nous associons au peuple sud-coréen dans la célébration de sa transition politique pacifique et démocratique », a réagi la Maison Blanche, dans un communiqué. Moon Jae-IN a fait part de son intention de prendre ses distances avec les Etats-Unis, son allié historique. Dans un récent entretien avec le Washington Post, il estimait que Séoul devait « jouer un rôle de meneur sur les questions concernant la péninsule coréenne ».

 

Résultat de recherche d'images pour "Moon Jae-in arrested" Résultat de recherche d'images pour "south korea political violence"

 

_ Arrêté à deux reprises

Avocat et défenseur des droits de l’homme âgé de 64 ans, militant démocrate sous la dictature, il a prêté serment lors d’une cérémonie dépouillée organisée au siège de l’Assemblée nationale. « Je vais rendre ce pays juste et uni, a-t-il déclaré devant ses partisans rassemblés vers minuit. Je serai un président au service de tous ceux qui n’ont pas voté pour moi. » Né le 24 janvier 1953, Moon, étudiant en droit dans les années 1970, a été arrêté à deux reprises lors des manifestations pour la démocratie sous la dictature de Park Chung-hee, le père de Park Geun-hye, et de son successeur, Chun Doo-hwan.

 

De 2003 à 2008, il a été conseiller du président Roh Moo-hyun, dont le mandat a été marqué par une tentative de rapprochement avec le Nord symbolisé par l’ouverture du parc industriel intercoréen de Kaesong en 2004 et par le sommet de 2007 avec le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-il. C’est le suicide de son mentor en 2009, impliqué dans une affaire de corruption après la fin de son mandat, qui l’a conduit à briguer une fonction élective, remportant en 2012 un siège de député à Busan mais échouant à l’élection présidentielle la même année.

 

Le Monde.fr avec AFP/ 10.05.2017/ Mis à jour le 10.05.2017/

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/05/10/moon-jae-in-nouveau-president-sud-coreen_5125158_3216.html

 

Résultat de recherche d'images pour "Moon Jae-in, south korea, president, 2017"

 

—————————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "Moon Jae-in arrested"

 

2 – Corée du Sud : l’économie et la diplomatie, priorités du nouveau président

 

Le nouveau président sud-coréen de centre gauche, Moon Jae-in, a pris officiellement ses fonctions mercredi. Sa mission : apaiser les tensions avec la Corée du Nord et tourner la page de l’affaire de corruption qui a secoué le pays. Moon Jae-In, un ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme, a commencé mercredi 10 mai au matin son mandat de président de la Corée du Sud. Ce scrutin anticipé avait été organisé pour remplacer l’ancienne présidente, Park Geun-hye, au centre d’une énorme affaire de concussion qui a provoqué sa chute. En cause notamment, une confidente de l’ombre de l’ex-présidente, Choi Soon-sil, accusée d’avoir profité de son influence pour extorquer des dizaines de millions de dollars à de grands groupes. L’élection a eu lieu sur fond de tensions aiguës avec la Corée du Nord.

 

Selon les résultats définitifs de la commission électorale nationale, M. Moon, 64 ans, candidat du Parti démocratique de centre gauche favorable à une forme de dialogue avec Pyongyang, a obtenu 13,4 millions de voix, soit 41,1 % des suffrages. Son plus proche rival, le conservateur Hong Joon-pyo, issu du parti de la présidente déchue, est arrivé loin derrière, avec 24,03 % des voix, suivi du centriste Ahn Cheol-soo (21,4 %). « Je serai le président de tous les Sud-Coréens », s’est exclamé M. Moon devant ses partisans sur la place Gwanghwamun, à Séoul, où des millions de citoyens s’étaient massés plusieurs mois durant pour exiger le départ de Park Geun-hye.

 

Résultat de recherche d'images pour "south korea political violence"

 

_ Dialogue avec la Corée du Nord, plus de distance avec les Etats-Unis

La campagne s’est largement focalisée sur l’économie, la Corée du Nord étant passée à l’arrière-plan. Le futur locataire de la « Maison Bleue » veut réformer les chaebols, ces conglomérats familiaux comme Samsung ou Hyundai qui contrôlent l’économie et dont le scandale Park Geun-hye a mis en lumière les travers. Il souhaite aussi créer 500 000 emplois par an. Il devra pour cela constituer des alliances, son parti comptant 119 des 299 élus à l’Assemblée nationale.

 

Mais après dix ans de règne conservateur, la victoire de M. Moon pourrait signifier un changement de politique vis-à-vis de Pyongyang et de l’allié et protecteur américain. M. Moon prône le dialogue avec la Corée du Nord afin de désamorcer les tensions et de l’inciter à négocier. Il veut aussi plus de distance avec les Etats-Unis. « Si besoin, je partirais tout de suite à Washington, a-t-il déclaré. Je me rendrai également à Pékin et Tokyo, et même à Pyongyang si les conditions sont réunies. »

 

Moon a déclaré qu’il mènerait des « négociations sérieuses » avec les Etats-Unis et la Chine au sujet du déploiement en Corée du Sud du bouclier antimissile américain Thaad. Donald Trump a laissé entendre récemment que la Corée du Sud devait payer la facture pour le déploiement de Thaad, soit un milliard de dollars, ce qui a déplu à Séoul. Cette annonce a semé le trouble quant aux relations entre Séoul et Washington, 28 500 soldats américains étant déployés au pays du Matin-Calme.

 

LE MONDE/ 10.05.2017/

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/05/10/coree-du-sud-l-economie-et-la-diplomatie-priorites-du-nouveau-president_5125261_3216.html

 

Résultat de recherche d'images pour "us army in south korea 2017"

 

—————————————

 

Résultat de recherche d'images pour "north korea, south korea border, security zone"

Résultat de recherche d'images pour "north korea, south korea, security zone"

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Moi meme

Soyez le premier à réagir à "COREE DU SUD/ POLITIQUE/ RELATIONS INTERNATIONALES : M. Moon Jae-In, nouveau Président élu de la Corée du Sud"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié