Élection présidentielle américaine : les sciences dans les urnes

hillary_trump

Conquête spatiale, réchauffement climatique, santé publique, éducation… comment se positionnent les deux candidats à l’élection présidentielle américaine ? Le point sur leurs divergences côté science en une infographie.

ÉTATS-UNIS. Donald Trump ou Hillary Clinton : qui succédera à Barack Obama dans l’emblématique bureau ovale de la Maison Blanche ? Le 8 novembre 2016, ce n’est pas seulement le devenirpolitique des Etats-Unis qui se jouera dans les urnes : le vote des grands électeurs américains aura une influence décisive sur les grand choix scientifiques du pays. Partant de ce constat, l’organisation américaine à but non lucratif ScienceDebate a décidé de mettre les enjeux de science à l’honneur, en posant aux principaux candidats 20 questions scientifiques clivantes, les invitant à développer leur programme. Autant de grandes thématiques comme l’innovation, la recherche (notamment l’exploration spatiale), le changement climatique, la biodiversité, internet, la publique, l’énergie, l’éducation… Pants training Leurs réponses ont été publiquement mises en ligne sur le site.

20 questions… et des réponses parfois préoccupantes

Sans surprise, les deux candidats sont pour le moins divisés sur ces 20 thématiques, au delà des sujets les plus emblématiques aux États-Unis comme le port d’armes ou le droit à l’avortement pour les femmes. Si Hillary Clinton souhaite que l’Etat finance la recherche, spatiale notamment, ou encore la santé publique, Donald Trump tend à considérer que l’Etat doit se montrer économe et laisser agir le marché et les investisseurs privés. Sur des sujets brûlants comme la santé ou l’environnement, certaines réponses du candidat Trump s’avèrent pour le moins inquiétantes et préoccupent de nombreux scientifiques. Illustration avec le changement climatique : Donald Trump n’hésite pas à affirmer qu’”il y a encore beaucoup de choses à démontrer en matière de changement climatique” et qu’il existe de plus grandes priorités. mu legend redzen Et ce n’est pas la moindre des ambiguïtés du candidat sur les thèmes scientifiques : en témoigne le flou artistique de certaines de ses déclarations sur un risque d’autisme lié à la vaccination des enfants (alors que les études ont montré que ce lien n’existe pas). Cerise sur le gâteau ? Ben Carson, créationniste notoire, s’emparerait des questions d’éducation sous une administration Trump.

A propos de l'auteur

Moi meme

Soyez le premier à réagir à "Élection présidentielle américaine : les sciences dans les urnes"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié