MUSIQUE/ REGGAE-RAGGA / AFRIQUE : « they still Dread and Alive »

aptr_dustin-brown-222

 

« Le musée Peter Tosh a ouvert à Kingston : Le 19 octobre dernier, une soirée bien spéciale avait lieu au Pulse Center à Kingston. L’inauguration du Peter Tosh Museum se tenait en effet le jour où le chanteur aurait fêté ses 72 ans. Fruit de la collaboration entre Peter Tosh Estate, Pulse Investments et Andrea Marlene Brown, la veuve de l’artiste, le musée dont on vous parlait au début de l’année, a enfin ouvert ses portes en présence de beau monde.

Parmi eux, le Premier Ministre Andrew Holness, la ministre de la culture Olivia Grange, mais aussi l’historien du reggae Roger Steffens et quelques artistes comme Capleton, Andrew Tosh, Etana, Cindy Breakspeare ou encore ZakStarkey, le fils du Beatles Ringo Starr. Un concert exceptionnel s’est ensuite tenu le 22 octobre avec la reformation du backing-band de Peter Tosh, le Word Sound & Power Band (FullyFullwood, Mikey Chung, Steve Golding, Donald Kinsey, Robbie Lyn, Keith Sterling, et Carlton Smith des Tamlins) pour accompagner entre autres Marcia Griffiths, Andrew Tosh, ChronixxLucianoTarrus Riley et Kabaka Pyramid… »

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

1 – Un musée Peter Tosh à Kingston

 

Bonne nouvelle pour les fans du Stepping Razor ! Un musée consacré à la vie et au travail de Peter Tosh ouvrira ses portes à Kingston cet été. Il sera situé sur Trafalgar Road, une rue qui sera d’ailleurs bientôt renommée Peter Tosh Square. Le musée renfermera une collection d’objets emblématiques comme la fameuse guitare M16 de l’artiste ou son célèbre tricycle qu’il enfourche avec fierté sur la pochette arrière de l’album Mystic Man. Quelques trésors jamais dévoilés seront exposés pour la première fois et les visiteurs pourront apprécier des enregistrements audio et vidéo rares.

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

Le projet a été mené à bien grâce à la collaboration entre Peter Tosh Estate, géré par la famille de l’artiste, et Pulse Investments, une entreprise de multimedia et marketing, propriétaire du lieu qui accueille le musée. Si Peter Tosh n’a pas vraiment bénéficié de la reconnaissance qu’il méritait de son vivant, eclipsé par son frère-ennemi Bob Marley, les choses commencent à bouger près de 30 ans après sa mort…

 

http://petertosh.com/

 

24/01/16 – par Reggae.fr/

 

http://www.reggae.fr/lire-news/11620_201601_Un-musee-Peter-Tosh-a-Kingston.html

 

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

2 – Le musée Peter Tosh a ouvert à Kingston

 

Le 19 octobre dernier, une soirée bien spéciale avait lieu au Pulse Center à Kingston. L’inauguration du Peter Tosh Museum se tenait en effet le jour où le chanteur aurait fêté ses 72 ans. Fruit de la collaboration entre Peter Tosh Estate, Pulse Investments et Andrea Marlene Brown, la veuve de l’artiste, le musée dont on vous parlait au début de l’année, a enfin ouvert ses portes en présence de beau monde.

 

Parmi eux, le Premier Ministre Andrew Holness, la ministre de la culture Olivia Grange, mais aussi l’historien du reggae Roger Steffens et quelques artistes comme Capleton, Andrew Tosh, Etana, Cindy Breakspeare ou encore ZakStarkey, le fils du Beatles Ringo Starr. Un concert exceptionnel s’est ensuite tenu le 22 octobre avec la reformation du backing-band de Peter Tosh, le Word Sound & Power Band (FullyFullwood, Mikey Chung, Steve Golding, Donald Kinsey, Robbie Lyn, Keith Sterling, et Carlton Smith des Tamlins) pour accompagner entre autres Marcia Griffiths, Andrew Tosh, ChronixxLucianoTarrus Riley et Kabaka Pyramid.

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

Le musée renferme quant à lui une collection d’objets emblématiques comme la fameuse guitare M16 de l’artiste ou son célèbre tricycle qu’il enfourche avec fierté sur la pochette arrière de l’album Mystic Man. Quelques trésors jamais dévoilés sont exposés pour la première fois et les visiteurs peuvent également apprécier des enregistrements audio et vidéo rares. Le SteppingRazor a enfin droit à un hommage digne de ce nom dans son pays !

 

26/10/16 – par Reggae.fr

 

http://www.reggae.fr/lire-news/12699_201610_Le-musee-Peter-Tosh-a-ouvert-a-Kingston.html

 

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Peter Tosh, guitar, live"

 

3 – TOSH PETER (1944-1987)

 

L’auteur-compositeur et interprète jamaïcain Peter Tosh (Winston Hubert McIntosh de son vrai nom) naît en octobre 1944 à la Jamaïque. En 1963, Tosh, Bob Marley et BunnyWailer (Bunny Livingston de son vrai nom) créent le groupe de reggae The Wailers dans le ghetto de Trench Town, à Kingston.

 

Outre sa puissante voix de baryton, Tosh apporte aux Wailers ses talents de musicien polyvalent et des titres tels que Get Up, Stand Up (écrit en collaboration avec Bob Marley) et Stop That Train. Défenseur acharné des principes du rastafarisme et opposant virulent aux élites politiques en place, Tosh est un insoumis dont l’insolence est associée à la chanson SteppingRazor, ardent plaidoyer pour le droit à la dignité.

 

En 1974, Peter Tosh, comme BunnyWailer avant lui, quitte le groupe pour poursuivre sa carrière en solo. Ses albums – en particulier Legalize It (1976), EqualRights (1977) et No NuclearWar (1987) – sont autant de messages politiques sans concessions qui portent sur des sujets allant de la légalisation de la marijuana aux abus de pouvoir.

 

Résultat de recherche d'images pour "Peter Tosh catch a fire, bbc session"Résultat de recherche d'images pour "Peter Tosh catch a fire,"

 

Son œuvre lui vaut le respect du public et du monde de la musique – il est particulièrement apprécié des Rolling Stones et enregistre (You GottaWalk) Don’t Look Back (1978) en duo avec Mick Jagger –, mais il s’attire les foudres des autorités, qui constituent la cible de ses critiques. Il est ainsi agressé très violemment par les policiers lors de son arrestation pour possession de marijuana en 1978. Peter Tosh est assassiné à son domicile de Kingston le 11 septembre 1987.

 

Universalis/

 

http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-tosh/

 

Résultat de recherche d'images pour "kingston, museum Peter Tosh"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Bob Marley-Peter Tosh, vérités occultées du message rasta, Pierre Mendel Guéi"

 

4 – BOB MARLEY-PETER TOSH : LES VERITES OCCULTÉES DU MESSAGE RASTA

 

“Bob Marley-Peter Tosh. les vérités occultées du message rasta“,  le titre de l’œuvre littéraire de Pierre Mendel Guéi est tout un programme. C’est le 1er avril dernier qu’a choisi l’auteur, pour la dédicace de son premier livre à la librairie Siloé sis à Cocody Saint Jean.

 

“Bob Marley-Peter Tosh. les vérités occultées du message rasta“ vient selon son l’auteur, répondre à diverses questions essentielles que sont entre autres: l’utilisation du cannabis par les rastas, leur vie spirituelle, leur message à l’humanité, ainsi que les liens qui les unissent à l’Afrique. Son livre se veut donc l’écho du message du mouvement rasta et surtout la vérité des rasta qui n’est pas encore perçue,  comme ces derniers le souhaiteteraient » poursuit déclaré l’auteur. Pour écrire cette première oeuvre littéraire, Pierre Mendel Guéï a dû parcourir les Etats Unis, à la recherche d’informations et de savoir sur les vérités du mouvement rasta.

 

Les férus de reggae, adeptes ou observateurs du mouvement rasta, chercheurs et le public est attendu à la présentation-dédicace.

 

Pierre Mendel promet de travailler avec la communauté rasta de Côte d’Ivoire, avec lequel il est en contact pour, dit-il, mener ensemble des actions dont les buts seraient de mieux faire connaitre le mouvement sur les plans culturels et spirituels, de mieux l’expliquer afin d’en donner l’image positive qu’il mérite d’avoir dans la société ivoirienne et africaine, parce que rastafari ou rasta est un mouvement spirituel d’inspiration africaine qui émerge au début des années 1930, suite à la matérialisation de la parole de Marcus Garvey prophétisant le retour des peuples noirs déportés pendant la traite des noirs, à Zion, l’Afrique, la terre promise.

 

Cette dédicace a vu la participation de certaines personnalités dont les ministres Moussa Dosso, promoteur de Abi Reggae Festival, MabriToikeusse et Konaté Yacouba, Directeur général du MASA. Pierre Mendel Guéï est professeur d’anglais de formation et lauréat du prix 2009 de l’enseignement supérieur du Val-de-Manne pour son mémoire de Master I. Rastafari !

 

Administrateur 12 avril 2017 In A la une 

 

http://mozaikwebradio.com/bob-marley-peter-tosh-les-verites-occultees-du-message-rasta/

 

Résultat de recherche d'images pour "Bob Marley, Peter Tosh, mick jagger"

 

——————————

 

Image associée

 

5 – Philosophie rasta : Un ivoirien dévoile « Les vérités cachées » entre Marley et Tosh

. Philosophie rasta : Un ivoirien dévoile « Les vérités cachées » entre Marley et Tosh

 

Ce samedi 1er avril, Pierre Mendel Guei dévoile son œuvre digne d’intérêt aux plans historique, culturel et social. Au terme de 15 années de recherches, le professeur d’anglais et doctorant en Civilisation américaine sur les articulations entre le féminisme et la foi quaker à Paris IV Sorbonne, livre des résultats voire des révélations dans un ouvrage majeur : « Bob Marley/Peter Tosh Les vérités occultées du message rasta ».  Pierre Mendel, chercheur ivoirien établi en France, le présente et le dédicace, ce samedi 1er avril à la librairie Carrefour-Siloé de Cocody, en matinée.

 

C’est une œuvre fondatrice en matière de réflexion scientifique à l’aune de témoignages édifiants sur l’histoire de la philosophie du mouvement rastafari. Et ce, au regard des destins croisées de deux icônes du reggae, la musique qui porta et porte encore l’idéologie du mouvement. Ainsi donc, « Bob Marley/Peter Tosh Les vérités occultées du message rasta » de Pierre Mendel Guei recouvre en lui seul deux desseins : revisiter la vie et l’œuvre des deux musiciens-chanteurs et décrypter la portée de leurs compositions en parallèle à l’orthodoxie de Marcus Garvey, le chantre et l’inspirateur du rastafarisme.

 

Image associée

 

En effet, l’auteur, à partir du postulat qui établit que « Plusieurs années après la disparition de Bob Marley et Peter Tosh, l’intérêt pour leur musique ne faiblit pas. Malgré cet engouement remarquable pour leurs œuvres et pour la musique reggae en général, beaucoup continuent d’assimiler les Rastas à de vulgaires fumeurs de cannabis oisifs et insoucieux du lendemain », il tente de répondre à ces questionnements à travers son livre : « Que savons-nous vraiment des rastas, de leur spiritualité, des liens qui les unissent à l’Afrique ? Quel est leur message à l’humanité, aux peuples africains en particulier ? ».

 

Bien plus, le lecteur y décèlera, à l’aune de témoignages de témoins, héritiers, ayant-droits et «des  sachant », que l’ambition de l’auteur est de rectifier le tir de ce que »les travaux disponibles sur  les œuvres de bob Marley et de Peter Tosh ne mettent pas suffisamment en lumière la complémentarité de leurs messages. L’interdépendance entre leurs chansons et celles des autres reggaemen n’est pas suffisamment mise en lumière. La maîtrise de cette influence réciproque est pourtant indispensable à une meilleur compréhension du reggae et du fonctionnement de l’idéologie rasta ».

 

Au-delà, le livre revient sur la vie des deux stars, côté cour et jardin, leurs frasques et actes manqués, les espoirs déçus et aspirations altérées ou poursuivies par leurs héritiers et/ou ceux qui s’en réclament. Nous y reviendrons dans un décryptage du fond et de la forme, ainsi que sur la portée heuristique comparativement à des travaux antérieurs et à l’imagerie populaire.

 

REMI COULIBALY/ timesLastmodified on samedi, 01 avril 2017/ Samedi, 01 avril 2017/

 

https://www.fratmat.info/index.php/component/k2/item/37727-philosophie-rasta-un-ivoirien-devoile-les-verites-cachees-entre-marley-et-tosh

 

 Résultat de recherche d'images pour "peter tosh captured live"

 

——————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "bob marley, live, mugabe, zimbabwe"

 

6 – Reggae Africain : 35 ans cette année 2016

 

Le 11 juillet 1981, deux mois jour pour jour après la mort du pape du reggae mondial Robert Nesta Marley dit Bob Marley, le reggae africain voyait le jour en terre africaine et plus précisément en Côte d’Ivoire.Ce jour-là, les ivoiriens découvraient pour la première fois sur la télévision nationale, un jeune artiste d’à peine 30 ans appelé Alpha Blondy, en train de chanter le reggae dans une langue africaine : le Dioula. Cette chanson intitulée « Papa Bakoye », invitait les personnes qui ont fait du bien et qui ont été victimes de l’ingratitude à garder la foi en Dieu et en l’avenir. Si beaucoup de téléspectateurs ont apprécié cette prestation et celles qui allaient suivre les jours et les mois suivants, peu d’entre eux, s’imaginaient que la prophétie de Bob Marley venait de se réaliser sur ce sol africain que le pape du reggae n’aura jamais la chance de fouler.

 

Bob Marley avait déclaré que le jour où le reggae arrivera en Afrique, il prendra une autre dimension. Son amour pour l’Afrique était si fort qu’il le matérialisa par des voyages sur le continent notamment en Ethiopie, au Zimbabwe, au Gabon et par des chansons : « Exodus », « Zimbabwe » et « Africa unit » qui appelle à l’unité de l’Afrique. Son déplacement annoncé à Abidjan en Côte d’Ivoire pour deux mémorables concerts les vendredi 16 et samedi 17 mars 1981 était fortement attendu par les ivoiriens qui s’étaient arrachés tous les tickets en vente.

 

Ce déplacement n’aura jamais lieu. Et pour cause, l’artiste va s’écrouler lors d’un jogging à Central Park en 1980. Bien qu’atteint de tumeur étendue, la méga star se produira au Bourget en Seine-Saint-Denis en France le 3 juillet 1980 et à Pittsburgh le 23 septembre 1980 avant que sa santé ne lui permette plus de monter sur scène. Après des séances de radiothérapie et de chimiothérapie au MemorialSloan-Kettering Cancer Center de New York qui lui font perdre ses dreadlocks, il est finalement placé en soins intensifs le 9 mai 1981 à l’hôpital Cedars of Lebanon de Miami où Il meurt le 11 mai 1981.  Une mort qui va consterner le monde entier et encore plus les ivoiriens qui n’ont pas compris pourquoi le sort a voulu que le prophète du reggae ne se produise pas dans leur pays.

 

Résultat de recherche d'images pour "bob marley, live, mugabe, zimbabwe"

 

_ Bob Marley a passé le flambeau à Alpha Blondy

Dans son deuil, sa frustration et ses questionnements, le peuple ivoirien ne pouvait imaginer que le même sort avait décidé que c’est en Côte d’Ivoire que le reggae rendu célèbre par Bob Marley allait prendre une autre dimension. Avant Alpha Blondy, plusieurs artistes africains se sont essayés au reggae sans succès. Les anglophones qui ont chanté, étaient vus comme de pâles copies des reggaemen jamaïcains qui, à cette époque, étaient au sommet de leur gloire. Pour les francophones et les locuteurs des langues africaines, amoureux du reggae, la pratique de cette musique s’avérait impossible à cause de la barrière linguistique.

 

Résultat de recherche d'images pour "alpha blondy Brigadier Sabari, album, "

 

_ Alpha Blondy est apparu comme le pont, le ciment qui relie la Jamaïque à l’Afrique.

Son premier album « Jah Glory » sorti en 1983 est apparu comme un savant mélange du reggae jamaïcain déjà connu et du reggae africain naissant exprimant cette nouvelle dimension prédite par Bob Marley. La particularité d’Alpha Blondy, c’est qu’il chantait comme les jamaïcains avec une bonne maitrise de leur langue : l’anglais mais son plus, c’était l’ajout d’instruments africains et de textes dans une langue africaine à savoir le Dioula dosé de proverbes. Avec ce savant mélange, l’artiste faisait voyager de la Jamaïque à l’Afrique, au grand étonnement et bonheur des mélomanes.

 

Avec cet album, il passait de l’anglais au dioula et du dioula à l’anglais avec souvent une alternance des deux, dans la même chanson. Il faisait communiquer ensemble les jamaïcains et les africains et par ricochet tout le monde entier. Les Jamaïcains étaient heureux de voir ce jeune artiste chanter dans une langue africaine, le rythme qu’ils avaient créé. La nouveauté pour eux, c’était d’écouter le reggae dans une langue qu’ils ne comprenaient pas.

 

Les africains étaient fiers de voir leur frère chanter le reggae comme Bob Marley, Peter Tosh, U Roy, Burning Spear, Culture, Jimmy Cliff et autres. La nouveauté pour eux, c’est de pouvoir comprendre pour une fois, le contenu du message reggae grâce à Alpha Blondy. Avec « Jah Glory », Alpha Blondy s’est imposé au sommet du hit en Côte d’Ivoire, dans la sous-région et en Jamaïque. Et c’est lui qui a eu le privilège et la lourde responsabilité de reprendre et jouer avec le mythique groupe du pape du reggae appelé « Les Wailers ». En effet, orphelins de leur maitre depuis le 11 mai 1981, les Wailers précédemment baptisés « Bob Marley and the Wailers », deviennent « Alpha Blondy and the Wailers ».

 

Avec ce groupe, Alpha Blondy va enregistrer 3 albums (Cocody Rock : 1984, Apartheid isNazism : 1985, Jérusalem : 1986) et se produire sur plusieurs scènes en Afrique, en Jamaïque, en Europe, en Amérique. Dans sa chanson « Afriki » de 1985, Alpha Blondy affirme que « la Jamaïque, c’est l’Afrique ». Il dit en substance dans cette chanson qu’« il a visité Kingston et les villes jamaïcaines mais partout, il n’a rencontré que des africains : des dioula, des baoulé, des bétés, des ashantis et plusieurs autres ethnies africaines ». A travers cette chanson, l’artiste tente de briser les barrières et conforte dans leurs convictions, ses charismatiques ainés que sont Bob Marley qui dans sa chanson « Exodus » de 1977, préconisait « un retour massif vers la mère patrie qu’est l’Afrique » et Peter Tosh dans « Mama Africa » qui exprimait sa volonté de découvrir sa terre d’origine qu’est l’Afrique.

 

C’est pourquoi, la disparition de Bob Marley le 11 mai 1981 et l’apparition d’Alpha Blondy le 11 juillet 1981, deux mois, jours pour jour, peut être expliqué comme la passation de flambeau du maitre à son héritier. On peut se permettre de dire que Bob Marley ne s’est pas rendu en Côte d’Ivoire parce qu’il s’y trouvait déjà réincarné en Alpha Blondy.  L’avènement d’Alpha Blondy et son succès fulgurant ont rendu réel le rêve de milliers de jeunes africains qui voulaient embrasser la musique reggae.

 

En Afrique du sud, pour ne pas être une pâle copie des artistes Jamaïcains, Lucky Dube s’était engagé à faire de la musique traditionnelle dans un pays sous le joug de l’apartheid. La chanson « Apartheid isNazism » d’Alpha Blondy sortie en 1985 et chantée en Anglais qui dénonçait vigoureusement le système de l’apartheid, a contribué à motiver son jeune frère à se lancer dans la reggae musique afin d’affirmer son point de vue. « Apartheid isNazism » et les albums d’Alpha Blondy ont été censurés dans le pays durant tout le temps qu’a duré l’apartheid.

 

La reconversion de Lucky Dube au reggae avec un savant mélange de la culture sud-africaine lui a donné un succès fou à travers le monde entier. En Côte d’Ivoire même, le futur Tiken Jah Fakoly depuis son village d’Odienné (Nord de la Côte d’Ivoire) écoutait à longueur de journées les chansons jamaïcaines et notamment son idole Burning Spear sans le moindre espoir pour lui de devenir un grand artiste reggaeman. Grace à « Brigadier Sabari » chanté en Dioula, il a cru en la réalisation de son rêve. Et dans son dernier album « Racines » sorti en 2014, l’artiste n’a pas hésité à reprendre le mythique « Brigadier Sabari » de son ainé.

 

Résultat de recherche d'images pour "alpha blondy Brigadier Sabari, album, "

 

_ Brigadier Sabari, l’acte de naissance du reggae africain

« Alpha Blondy a joué un rôle très important dans l’arrivée du reggae en Afrique. Avant la sortie de Brigadier Sabari, nous on pensait que le reggae ne pouvait se chanter qu’en anglais. Même moi, j’ai commencé à chanter tout jeune avant qu’Alpha ne soit connu internationalement et j’avais des chansons dans ma langue maternelle mais j’avais honte de les chanter. Mais quand Alpha a fait Brigadier Sabari en Dioula, je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison d’avoir honte. Donc faire cet album Racines sans mettre une reprise d’Alpha ça aurait été une injustice » a témoigné le descendant de Facoly.

 

Aujourd’hui, avec son reggae aux sonorités africaines, Tiken Jah Facoly, s’est fait un nom dans le monde, devenant le deuxième reggaeman ivoirien le plus célèbre au monde après justement son ainé Alpha Blondy.  Considéré comme l’acte de naissance du reggae africain, « Brigadier Sabari » est la première chanson politiquement engagée de l’histoire du reggae africain.

 

Nous sommes en 1983, les coups d’Etats font rage en Afrique, les forces de l’ordre brutalisent et violentent les populations quasi quotidiennement dans les rues et dans les maisons sans qu’aucune voix ne s’élève pour dénoncer cet état de fait.  « Brigadier Sabari » apparait comme un cri de révolte des populations des villes et des campagnes des pays Africains. « Tous ceux qui ont été victimes de la brutalité policière, brigadier Sabari est devenu leur cri de ralliement » dira Alpha Blondy en substance. A cause de cette chanson, l’artiste subira des pressions et des intimidations des autorités qui tentent de le présenter comme un drogué et un fou aux yeux de l’opinion afin de le discréditer.

 

En vérité, la teneur de ces textes faisait peur et les autorités craignaient qu’elle ne provoque la révolte des jeunes contre leur pouvoir. Brigadier Sabari, BorySamory (qui dénonce l’assassinat des leaders africains), InterplanetaryRevolution (qui appelle à une révolution Interplanétaire contre toutes les injustices), politiki (qui présente les travers de la politique), Election Koutcha (ou l’artiste dénonce la corruption lors des élections dans un contexte de parti unique) vont enflammer les quotidiens des populations.

 

Dans un single « Rasta Poué » sorti dès 1983, Alpha Blondy prend ses responsabilités face aux rumeurs pour dire qu’ « Etre Rasta ne veut pas dire être vagabond ni bandit mais être honnête et responsable… ». Plusieurs années plus tard dans la chanson « GodblessAfrica » sortie en 2002, il affirme « t’es pas obligé de fumer ganja pour être rasta, t’es pas obligé de porter des dreads pour être un rasta… ». En 2011, dans la chanson « Rasta Bourgeois », il s’identifie comme un Rasta Bourgeois et explique que « le rastafarisme n’est pas synonyme de pauvreté, de saleté, de négativité ». Pour lui, ce n’est pas parce que le Rasta est le porte-voix des baramogos du ghetto, des pauvres et des plus faibles, qu’il doit demeurer misérable. Le Rasta nait dans le ghetto mais doit travailler à y sortir. Pour autant, même s’il réussit, il ne doit pas oublier d’où il vient, donc doit continuer à défendre les intérêts de ses frères toujours dans le ghetto.

 

Image associée

 

_ « J’ai quitté le ghetto certes, mais le ghetto est toujours resté en moi » dira-t-il en substance lors d’un entretien en 1997.

35 longues années se sont écoulées depuis la mort de Bob Marley et le reggae africain a grandi et s’est imposé dans le monde. Lucky Dube jusqu’à son assassinat en 2007 était présent sur plusieurs scènes à travers le monde. En Côte d’Ivoire, Tiken Jah Facoly continue à faire parler de lui. Des artistes comme Ismaël Isaac, Fadal Dey, Serges Kassy, Tangara Speed Ghoda, Kush, JossKézo, Solo Jah Gunt, Neth Soul, Ras Goudy Brown, Jim Kamson, Beta Simon ont fait danser et continuent de faire danser et conscientiser les populations africaines et d’ailleurs en français et dans les langues africaines. Au Burkina Faso (Jah Veruthy), au Ghana (KodjoAntwi), en Guinée (Takana Zion, Élie Kamano et Abdoul Jaabar), au Sénégal (Dread Maxim, Black African Positive), en Afrique du sud (Ras Dumisani) et dans plusieurs autres pays africains, le combat entamé par Bob Marley et ses frères jamaïcains et africanisés par Alpha Blondy se poursuit. 35 longues années après la naissance du reggae africain, son précurseur Alpha Blondy à 63 ans, est plus que jamais présent sur le devant de la scène.

 

Il est classé à la tête des chanteurs les mieux payés du monde en 2016. Il occupe ce rang avec un revenu estimé à près de 75 millions d’euros soit environ plus de 49 milliards de FCfa, selon le magazine économique américain People With Money qui a publié l’information le dimanche 22 mai 2016. Avec son vingtième album « Positive Energy », sorti le 18 mai 2015, Alpha Blondy est actuellement en tournée en France, en Australie, au Canada et en Belgique. En Afrique, il est annoncé au Burkina Faso dans les deux principales villes du pays. Le vendredi 30 septembre à Ouagadougou et le dimanche 2 octobre à Bobo-Dioulasso. Dans cette deuxième ville, l’artiste sera à son premier concert depuis 35 ans.  Ces concerts seront les premiers depuis l’insurrection populaire qui a chassé le président Blaise Compaoré après 27 ans de pouvoir.  Nul doute que de son riche répertoire, les burkinabè attendent de fredonner des titres qui sont liés à l’histoire de leur pays.

 

« Au clair de la lune, mon ami Zongo, refusa de bâillonner sa plume au Burkina Faso, et Zongo est mort, brulé par le feu, que justice soit faite pour l’amour de Dieu », extrait du single « Journaliste en danger » sorti en 1999, une année après l’assassinat du célèbre journaliste burkinabè Norbert Zongo. « Sankara, Thomas Sankara, capitaine Sankara, ce sont tes bramogos qui t’ont djahh », extrait de la chanson « Sankara » sorti en 2007 pour dénoncer les manipulations dont sont victimes les militaires africains depuis les indépendances.

 

Déjà dans une précédente chanson « Coup d’Etat », sortie en 1989 après l’assassinat du président Thomas Sankara en octobre 1987, Alpha Blondy s’élevait contre les renversements de présidents souvent sanglants. « Trop de coup d’Etats en Afrique, ça suffit comme ça ». Il disait en substance : « Les soviétiques arrivaient, les américains les suivaient, notre Afrique est confuse…les militaires africains, sont les victimes entre leurs mains, ils les dressent les uns contre les autres pour leurs idéaux coloniaux, ça suffit comme ça ».  Depuis les années 80, Abidjan est la 3ème capitale du reggae après Kingston (capitale de la Jamaïque) et Londres (capitale britannique où tous les grands artistes jamaïcains ont émigré pour avoir une carrière internationale).

 

Résultat de recherche d'images pour "tiken jah, alpha blondy"

 

35 ans après, Alpha Blondy a certes quitté le ghetto mais a gardé le ghetto en lui. C’est pourquoi, il termine chaque fois ses concerts avec « Brigadier Sabari » comme pour rester fidèle à ce qui l’a fait. A son maitre, Robert Nesta Marley, Alpha Blondy a rendu un vibrant hommage dans la chanson « Mystic Night Move » composée en 1981 mais sortie en 1991. « Je me suis réveillé ce matin à l’aurore avec des larmes aux yeux. Parce que j’ai entendu une effroyable nouvelle hier nuit. J’ai entendu que Bob Marley est mort. Et je sais qu’une peur effroyable est en train de monter. Le lion de Zion est en train de s’envoler vers son mystique lieu de repos… ». Avec le temps, malgré l’apparition de plusieurs genres et rythmes de musiques, le reggae est plus que jamais vivant car il a un message qui porte les préoccupations des populations et s’impose dans l’actualité.

Bon anniversaire à toi reggae africain, mais surtout bon anniversaire au reggae tout court.

 

Wurotèda Ibrahima Sanou/ www.sanou31@hotmail.fr/vendredi 29 juillet 2016 à 23h07min

 

http://lefaso.net/spip.php?article70159

 

 

——————————

 

 

7 – LUCKY DUBE : FIN TRAGIQUE D’UNE LEGENDE DU REGGAE

 

Un crime crapuleux, un acte ignoble, il n’est aucun vocable adapté pour qualifier cet acte qui a ôté la vie  à cette légende mondiale du Reggae… à ce chanteur d’espoir qui fut dansé tout un peuple.  Lucky Dube star incontestable et un des dignes héritiers de Bob Marley a été froidement assassiné par des malfaiteurs qui tentaient de lui voler sa voiture dans la nuit du Jeudi 18 Octobre dans la ville de Johannesburg . Un crime commis devant ses enfants âgés de 15 et 16 ans qu’il conduisait chez un oncle dans la banlieue sud. Un évènement qui, bien au-delà de l’Afrique du Sud son pays d’origine, plonge toute l’Afrique et le monde du reggae dans une profonde douleur qui éternellement laissera des traces.

 

Lucky Dube, chanteur de rythme à la barbe et à la moustache broussailleuses, arborant des dreadlocks, l’archétype même du rasta mais qui probablement se différenciait de certains selon ses dires par sa non consommation de drogue ni d’alcool. Lauréat de plusieurs prix, Dube a enregistré 21 albums dont des titres tels que « prisoner », « Together as one » « slave », ou encore « i’vegotyoubabe » ont connu des succès incommensurables.. Sur scène, il a joué avec plusieurs stars dont Céline Dion, Sting ou encore Peter Gabriel.

 

Saluant un artiste « exceptionnel et réputé dans le monde entier » Le président Sud Africain THABO MBEKI  a tenu à rendre un hommage fort à sa famille avant de s’envoler pour la France où il a assisté à la finale de la coupe du monde de Rugby…qui, comme pour redonner le sourire aux Sud Africains après cette triste disparition, s’est soldée par une victoire face aux Anglais. Bien qu’heureux, le sacre des Springboks ne suffira point à atténuer le deuil et l’angoisse des Sud-Africains car cette mort brutale, et ‘ tellement inutile» selon un commentateur local, de Lucky Dube souligne une fois de plus que face à la violence quotidienne, la vie des Sud-Africains se joue chaque jour à la roulette russe.

«As-tu jamais songé que tu pouvais quitter ta maison et rentrer chez toi dans un cercueil ?», chantait-il en 2001, dénonçant la hausse de la criminalité. Sans savoir qu’il allait lui-même être l’une des victimes de ce fléau quelques années plus tard. « Nous devons pleurer la mort d’un Sud-Africain exceptionnel et nous engager à tous agir ensemble pour combattre le fléau de la criminalité, qui a emporté tellement de vies, et continue de le faire chaque jour », a-affirmé avec émotion le président ThaboMbeki .

 

Résultat de recherche d'images pour "lucky dube, 2017"

 

_ L’INTINERAIRE D’UNE LEGENDE
Né d’une famille pauvre et abandonné par un père alcoolique, Lucky découvre son talent pour la musique à la chorale de l’école et commence intimement sa carrière en 1979 en sortant un disque de  « Mbaqanga »  une musique zouloue traditionnelle. C’est dans les années 80, inspiré par des chanteurs tel que Peter Tosh pour qui il vouait une admiration particulière, que Lucky Dube se lance dans le reggae. Un genre musical qui n’avait encore aucune audience confidentielle dans un pays alors déchiré par l’Apartheid. Convaincu que des messages politiques et sociaux véhiculés dans une telle musique portera, Lucky décide de sortir son premier disque reggae « rasta never die  » qui connaîtra un succès mitigé. Toujours plein d’espoir, lucky Dube continuera dans cette lancée en sortant quelques années plus tard « Think about the children ». Un album qui le mettra sur l’orbite de la reconnaissance nationale puis internationale.

 

Commence alors pour ce jeune prodige une carrière soulignée de gloire dont les succès se succèderont sans jamais s’arrêter et dont les tournées en Afrique, en Europe et en Amérique ne se compteront plus. Le « reggaeman zoulou » a conquis le monde et a su mettre  des millions de fans à ses pieds. En 2006, lors de la sortie de son dernier album « Respect », Lucky Dube avait déclaré être « fier des progrès effectués par l’Afrique du Sud » depuis la chute de l’apartheid en 1994. Une fierté qui s’étourdira un an après dans un meurtre ignoble, un acte qui l’arrachera au monde des vivants à seulement 43 ans.

 

« Reggae isstrong » avait-il chanté, comme pour montrer l’immortalité d’une musique qu’il s’est forcé à défendre durant toute sa carrière. De sa voix mélodieuse unique, il a redonné souffle et espoir à une culture noire tout en faisant danser un peuple encore souffrant du régime apartheid. « Remember me » tel un testament, laissera la Star à jamais marquée dans les mémoires.

 

Zacharie Acafou/ 24/10/2007/ Musique

 

http://100pour100culture.com/musique/lucky-dube-fin-tragique-dune-legende-du-reggae/

 

Image associée

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "snoop lion, rolls royce"

 

8 – Liste de chanteurs et chanteuses de reggae-dancehall

 

Voici la liste des chanteurs et chanteuses de reggae-dancehall. Pour les groupes, se référer à Liste de groupes de reggae.

 

_ Afrique du Sud :

Lucky Dube

 

Résultat de recherche d'images pour "Harage Mc"

 

_ Algérie :

Harage Mc

ZakiSp

 

 

_ Allemagne :

Gentleman

Patrice

Sara Lugo

Sebastian Sturm

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Atomic Spliff"

 

_ Belgique :

Selah Sue

Original Uman, Rions noir, R.O.C., Omar Perry

Atomic Spliff

The Skyblasters

 

 

_ Burkina Faso :

Jah Verity

Sana Bob

KizitoBationo

 

Résultat de recherche d'images pour "alpha blondy"

 

_ Côte d’Ivoire :

Alpha Blondy

Béta Simon

Hamed Faras

Ismael Isaac

Jim Kamson

Kajeem

Kingston gangstar

Malayky

Net Soul

Serge Kassi

Tiken Jah Fakoly

Ras Donfé

Ras Goudy Brown

R-Light

Tangara Speed Goda

 

 

_ Espagne :

Green Valley

IrieSouljah

Morodo

 

Résultat de recherche d'images pour "lucky dube"

 

_ États-Unis :

Matisyahu

Collie Buddz

Tarrus Riley

jahsun

Soldiers of Jah Army

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Takana Zion"

 

_ Guinée :

Takana Zion et abdouljabbar

 

 

_ Comores :

HassMosa

Gabty

WaipaSaberty

Light Soljah

DjibamisamGabty

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae français, pier pol jak"

 

_ France :

Azrock

J.Bertrand

Axel Natural

Abdou Day

Baby G

Bazil

BigRed

Biga*Ranx

Brahim

Charly B

Dajak

Filentre

IsiahShaka

Jacko

Jahneration

Keefaz

Kezin

Lyricson

Manjul

Marina P

Maxxo

Mo’Kalamity

Monsieur Lézard

Naâman

Pablo Anthony

Pep’s

Pierpoljak

Puppa Leslie

Princess Erika

RasNoel

Sael

Taïro

Tom Frager

I Woks Sound

YanissOdua

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Admiral T"

 

_ Guadeloupe :

Admiral T

T Kimp Gee

Daddy Yod

D.Daly

Jamadom

Krys

Lady Sweety

MC Janik

Missié GG

Nuttea

Riddla

Saïk

SilaDisaya

Sir Samuel

Tiwony

Wicky Wolf

Chyrstone

Messalie

Sadik

 

Image associée

 

_ Martinique :

Kulu Ganja

Byronn

Daddy Mory

E.sy Kennenga

Kalash

Lieutenant

Lord Kossity

Matinda

Mighty Ki La

BoubaSane

Paille

Straïka D

X-Man

YanissOdua

Yeahman’C

 

 

_ Guyane :

MaxxyDready

Chris Combette

Prince Koloni

Pompis

Little Guerrier

EnergyCrew

Wise Man

Jahyanaiking

Fanny j

Bamby

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Tonton David"

 

_ La Réunion :

KafMalbar

Malkijah

Tonton David

Blacko (Afrikaf)

Pix’L

MC Duc

Soldat tatane

T Matt

SsKyron

Mightylion

Mista Marcus (RIP)

Baster

T-Matt

Biloot

Yecathite

 

 

_ Mayotte :

Jah D One

Baco

Wilmots, Seven, tTotti et Inaya (Les Inconnus Du Nord)

Babadi

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Ras Muhamad"

 

_ Indonésie :

Ras Muhamad

 

 

_ Italie :

Alborosie

Virtus

 

Résultat de recherche d'images pour "bob marley and the wailers" Résultat de recherche d'images pour "bob marley and the wailers"

 

_ Jamaïque :

Albert Griffiths

Alaine

Alkaline

Alton Ellis

Andrew Bees

Andrew Tosh

Anthony B

Apple Gabriel

Augustus Pablo

Barrington Levy

Barry Brown

B.B. Seaton

Beenie Man

Beres Hammond

BigYouth

Bim Sherman

Black Thunder

Bob Marley

Bob Andy

Bounty Killer

Brick and Lace

BujuBanton

BunnyWailer

Burning Spear

Bushman

Busy Signal

Brick and Lace

Brigadier Jerry

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Capleton"

 

Capleton

Carlton Livingston

CedricMyton

Charly B

Chezidek

Clancy Eccles

Clint Eastwood

Clinton Fearon

CocoaTea

Cornell Campbell

Damian Marley

B.B. Seaton

Demarco

Dennis Alcapone

Dennis Brown

Desmond Dekker

Dillinger

DoctorAlimantado

Don Carlos

Don Drummond

Eddy Murphy

Eek-A-Mouse

Elephant Man

Ernest Wilson

FantanMojah

GarnetSilk

Glen Washington

Freddie McGregor

Frederick TootsHibbert

 

 

Gregory Isaacs

Gyptian

Half Pint

Horace Andy

Hugh Mundell

Ijahman Levi

IniKamoze

I-Octane

I Roy

Jacob Miller

Jah Cure

Jah Mali

Jah Mason

Jah Stitch

Jah Lion

Jimmy Cliff

John Holt

Johnny Clarke

Johnny Nash

Johnny Osbourne

Josey Wales

Julian Marley

Junior Kelly

Junior Reid

Junior Murvin

Kabaka Pyramid

Ken Boothe

Kiddus I

King Kong

King Stitt

Konshens

 

 

Ky-Mani Marley

LacksleyCastell

Lady Saw

Laurel Aitken

Lee Scratch Perry

Leonard Dillon

Leroy Sibbles

Linval Thompson

Little Roy

Lukie D

Lone Ranger

LutanFyah

MackaDiamond

Mavado

Max Romeo

Marcia Griffiths

Michael Prophet

Michael Rose

Morgan Heritage

Moses I

NittyGritty

Omar Perry

Pablo Moses

Paul 2 BINIC

Pat Kelly

Peter Tosh (Ex. Wailers)

Prince Alla

Prince Far I

Prince Jazzbo

Prince Lincoln Thompson

Protoje

Purpleman

Ras Michael

Richie Spice

Rita Marley

Rod Taylor (reggae)

Rohan Marley

Sanchez

 

Résultat de recherche d'images pour "reggae, Sean Paul"

 

Sean Paul

ShabbaRanks

Shaggy

Sista Nancy

Sizzla

Slim Smith

Spice

Stanley Beckford

Stephen Marley

SugarMinott

Tarrus Riley

Tanya Stephens

TenorSaw

T.O.K.

Tony Rebel

Tony Matterhorn

Tony Tuff

Toyan

Turbulence

 

 

U Roy

U Brown

VybzKartel

Warrior King

Wayne Smith (reggae)

Wayne Wade

Wayne Wonder

Winston Jarrett

Winston McAnuff

Yabby You

Yellowman

Ziggy Marley

King Tubby

 

 

_ Maroc :

hamidou

 

 

_ Papouasie-Nouvelle-Guinée :

AnslomNakikus

 

Résultat de recherche d'images pour "ub40, live,"

 

_ Royaume-Uni :

General Levy

Brinsley Ford

Judge Dread

Linton Kwesi Johnson

Macka B

Martin Campbell

Marga

 

 

_ Suisse :

Aya Waska

Charly B

Junior Tshaka

Najavibes

Cookie the Herbalist

Open Season

Cali P

Baba the Fayahstudent

Redwan

Phenomden

Nello B

FayaSoldier

Collie Herb

Phantom IMC

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_chanteurs_et_chanteuses_de_reggae-dancehall

 

Résultat de recherche d'images pour "Peter Tosh, museum"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Peter Tosh, museum"

 

 

 

Soyez le premier à réagir à "MUSIQUE/ REGGAE-RAGGA / AFRIQUE : « they still Dread and Alive »"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié