COLONIALISME/ RACISME/ NEOCOLONIALISME : interrogations et accusations (ces froides préméditations du racisme)

28 juin 2020 | AUTEUR/MISE EN COHERENCE: | A LA UNE, AFRIQUE/ RETROSPECTIVES, AFRIQUE/CULTURE ET SPORT, NOTRE OPINION, RECOMMANDE | Aucun commentaire   //   vue(s) 57 fois

 

« Pillage de l’Afrique/ les multinationales seules responsables ?

Le pillage des ressources de l’Afrique est une responsabilité partagée entre des multinationales occidentales, des dirigeants et médias africains. Le pillage de l’Afrique consiste à dépouiller le continent de ses biens de manière violente et destructive, notamment des richesses de son sous-sol, au détriment de la loi et des droits de propriété. Depuis la conquête de l’Afrique et durant la colonisation, beaucoup de richesses ont quitté le territoire africain. Depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui ce fléau persiste. Pourquoi ? »

 

Les 20 pays les plus riches d'Afrique

 

—————————

 

Brazilian president says decision to criminalise homophobia ...

 

1 – Racisme : Au Brésil aussi, la violence policière contre les Noirs est “endémique”

 

Au Brésil, et en particulier à Rio de Janeiro, les mouvements sociaux dénoncent un “génocide” contre la population noire, qui paye le plus lourd tribut à une violence policière en forte augmentation. Ils ont vu les manifestations s’étendre à travers les États-Unis et ils ont, eux aussi, décidé de braver l’isolement social pour se faire entendre. Dimanche 31 mai, une centaine d’activistes se sont rassemblés devant le palais du gouvernement de Rio de Janeiro pour crier qu’au Brésil aussi, “la vie des Noirs compte”. Et que pourtant, c’est un véritable “génocide noir” qui se joue dans le pays.

 

Amid Police Violence Against Brazil's Black Population, a Protest ...

 

“L’État ne peut pas tuer. L’État ne peut pas penser que nous sommes jetables”, et pourtant “l’État n’arrête pas de nous assassiner, même pendant la pandémie de coronavirus !”, déclarait Mônica Cunha, éducatrice noire et défenseure des droits des jeunes délinquants, citée par Piauí Brésil. Le confinement a en effet été particulièrement sanglant dans les favelas de la “Cité merveilleuse”.

 

Anti-Racism Protest Turns Violent in Brazil | Voice of America ...

 

Le 15 mai, treize personnes, dont certaines soupçonnées de trafic de drogue, ont ainsi été tuées au Complexo do Alemão lors d’une opération policière, mais les circonstances de leur mort n’ont pas encore été établies. Trois jours plus tard, dans une banlieue pauvre de la ville, des agents à la poursuite d’un suspect ont fait irruption dans une maison et ont abattu d’une balle dans le dos un adolescent qui jouait avec ses cousins.

Depuis, d’autres noms de jeunes sont venus s’ajouter à la sinistre liste des personnes victimes des forces de sécurité. La plupart d’entre elles étaient des jeunes Noirs…

 

Source : www.courrierinternational.com/ COURRIER INTERNATIONAL/ Publié le 04/06/2020/

 

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/racisme-au-bresil-aussi-la-violence-policiere-contre-les-noirs-est-endemique/

 

Brésil: la moitié des footballeurs noirs victimes de racisme - L ...

 

—————————

 

Why America's Protests Resonate So Deeply in Brazil

 

2 – Brésil : violence policière, racisme d’État et cris de résistance

 

Au mois d’octobre, le Brésil a élu un nouveau président : Jair Bolsonaro. Un homme d’extrême-droite ouvertement raciste et machiste. Une élection qui ne va pas améliorer le sort des Noirs au Brésil, déjà largement victimes des violences policières. Plus de 71 % des personnes tuées au Brésil sont noires [1]. Toutes les 23 minutes un jeune noir meurt assassiné au Brésil [2].

 

In Brazil the wounds of slavery will not heal | Americas| North ...

 

_ Une violence historique

Au début du XIXe siècle, le roi Dom João VI craint qu’ait lieu au Brésil une révolte similaire à celle d’Haïti. Il crée en 1809 la « division militaire de la garde royale de la police », ancêtre de la police militaire actuelle. Elle est pensée dès le départ comme un outil de répression des esclaves. Après l’abolition de l’esclavage, les relations entre l’État et les anciens esclaves changent peu. Pour la police, les Noirs constituent une « classe dangereuse » qu’il faut maîtriser.

Au nom de l’ordre public, elle n’hésite pas à tuer fréquemment. Aujourd’hui, plus de deux siècles après sa création, la police militaire continue de porter la trace de cet héritage colonial. Les vingt années de dictature militaire ont également contribué à la banalisation des assassinats et des tortures.

 

Group Of Multiracial People Holding A Brazil Flag And ...

 

_ Le mythe de la « démocratie raciale ».

Le concept de « démocratie raciale » s’appuie sur un imaginaire de « mélange des races ». Le Brésil serait marqué par la tolérance raciale et la coexistence harmonieuse. En effet, le « dégradé » de métissage rendrait impossible une division binaire entre des races inégales. Ce mythe a longtemps servi au Brésil à discréditer toute accusation de racisme. Mais depuis les années 1980, l’essor des mouvements noirs au Brésil contribue à faire dénoncer le racisme profondément ancré dans la société Brésilienne.

 

In Brazil, Race Is A Matter Of Life And Violent Death : Parallels ...

 

_ Entre milices privées et police prête à tout

76 % des plus pauvres au Brésil sont noirs [3]. Ils sont considérés par principe comme des criminels potentiels. Dans les années 1970, des « escadrons de la mort » sont payés par les commerçants et entrepreneurs pour assassiner les personnes qui pourraient les mettre en danger. Ces personnes sont presque toujours noires. Dans les années 1980 et 1990 les escadrons sont remplacées par les « groupes d’extermination », puis de nos jours, par les « milices », véritables mafias composées d’anciens policiers et agents de sécurité.

 

In Brazil, Race Is A Matter Of Life And Violent Death : Parallels ...

 

Parallèlement, pour faire face au trafic de drogues qui se développe dans les favelas depuis les années 1990, l’État s’engage dans une « guerre contre les drogues », où la police a tous les droits. Plusieurs fois des hélicoptères de la police ont mitraillé les trafiquants de drogue depuis le ciel. Beaucoup de gens innocents sont touchés. Dans ce contexte, les morts dites « collatérales » ne sont pas du tout exceptionnelles, elles sont au contraire très banales. Un jeune noir qui court est considéré par la police comme un suspect dangereux qu’il vaut mieux abattre.

 

Racism Intact As Brazil Commemorates Black Consciousness Day ...

 

_ Dénoncer et résister : les mouvements contre les violences policières

De plus en plus de voix s’élèvent ces dernières années contre les violences policières et le racisme d’État. Plusieurs collectifs issus des favelas s’attachent à dénoncer les morts quotidiennes suites aux opérations de police. Ils ont recours aux réseaux sociaux et obligent les grands médias à en parler. La généralisation d’Internet et des smartphones fournit aux habitants des moyens d’information.

 

To be young, black, favela, and to survive the trigger-happy ...

 

Une application nommée « Nós por nós » (« Par nous-mêmes, pour nous-mêmes ») est lancée en 2016 par un collectif de militants issus des favelas ; elle permet de dénoncer de manière anonyme les abus et violences policières, en les localisant sur une carte de Rio, et en joignant à son témoignage des photos et vidéos. Des mouvements de lycéens se sont aussi lancés en 2016. Espérons que cette mobilisation saura tenir tête au nouveau gouvernement brésilien.

 

Source : //africultures.com/ PUBLIÉ LE 7 DÉCEMBRE 2018

 

http://africultures.com/bresil-violence-policiere-racisme-detat-cris-de-resistance/

 

Racisme, le visage sombre du Brésil sur France Ô - tous les replay ...

 

—————————

 

FBI to investigate death of black man after video shows officer ...

 

3 – États-Unis : Agir contre le racisme structurel, cause sous-jacente des manifestations

 

Les autorités américaines devraient prendre des mesures fortes pour mettre fin au racisme structurel qui attise la poursuite des manifestations de masse à travers le pays, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch.

 

Opinion: The long wait to breathe

 

Les autorités fédérales, étatiques et locales devraient promulguer et appliquer des mesures significatives en vue d’établir les responsabilités des forces de l’ordre, réduire considérablement les arrestations inutiles et cesser de faire appel à la police pour résoudre des problèmes de société liés à la pauvreté et à la santé, dont souffrent de manière disproportionnée les citoyens afro-américains et latino-américains. Ils devraient y substituer un soutien réel aux communautés qui en ont besoin et des programmes de longue durée pour lutter contre le racisme structurel dans de multiples domaines, tels que la santé et l’éducation.

 

Stop killing black people' | ABS-CBN News

 

« La colère et la frustration qui attisent les manifestations de masse à travers les États-Unis  ne concernent pas seulement les actions criminelles des policiers qui ont tué George Floyd », a déclaré Nicole Austin-Hillery, directrice exécutive du programme États-Unis à Human Rights Watch. « Il s’agit d’un système d’application des lois qui qui ne traite pas tous les citoyens de manière égalitaire, et dans le cadre duquel la vie et le bien-être de citoyens noirs sont parfois sacrifiés. »

 

Une vidéo montre un policier de Minneapolis, Derek Chauvin, en train de tuer George Floyd en le clouant au sol à l’aide de la pression exercée par son genou sur le cou de la victime pendant plus de huit minutes, le 25 mai 2020. Quatre jours plus tard, les procureurs ont inculpé Chauvin de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire au deuxième degré et l’ont fait arrêter. Mais ils n’ont pas inculpé les trois autres officiers de police impliqués dans la mort de Floyd. Le procureur devrait immédiatement porter plainte contre ces derniers, a préconisé Human Rights Watch.

 

Signs from the Floyd protests in Connecticut

 

La mort de Floyd est le dernier exemple en date d’une longue série de meurtres de Noirs par la police aux États-Unis, perpétrés en toute impunité ou presque : Eric GarnerPhilando CastileAlton SterlingDelrawn SmallTerence CrutcherBreonna Taylor et bien d’autres, rien que ces dernières années. Il y a eu également des meurtres d’hommes noirs sur lesquels les procureurs ont refusé d’enquêter correctement, comme celui d’Ahmaud Arbery, un homme noir âgé de 25 ans tué en février dernier dans l’État de Géorgie par deux hommes blancs, alors qu’il faisait son jogging…

 

Source : www.hrw.org/fr/ (Washington, le 3 juin 2020)/

 

https://www.hrw.org/fr/news/2020/06/03/etats-unis-agir-contre-le-racisme-structurel-cause-sous-jacente-des-manifestations/

 

Police terror ignites CHARLOTTE UPRISING – Workers World

 

—————————

 

Monuments of Men Who Advocated Barbarism Pay Homage to Hate ...

 

4 – Mort de George Floyd : le cri de l’Amérique noire

 

Reportage// En manifestant parfois violemment, la communauté afro-américaine s’élève aussi contre le racisme ordinaire, les clivages sociaux et la crise sanitaire et économique provoquée par le coronavirus.

 

American Plague: Racism Is Killing Black People and the Nation ...

 

 « Je n’ai pas pu dormir pendant deux nuits. » Boysie Dikabe se tient à l’écart des milliers de manifestants réunis ce week-end sur une place publique de Harlem, le quartier afro-américain historique de New York. Ce Noir originaire d’Afrique du Sud est toujours choqué par la mort, lundi 25 mai, de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans mort après qu’un officier de police blanc de Minneapolis s’est agenouillé sur son cou lors d’une interpellation filmée par une passante. « Cette mort montre ce qui se produit depuis des années voire des siècles aux États-Unis et dans le monde, poursuit-il. Avec la pandémie, nous avons le temps de réfléchir et d’agir. Nous sommes exaspérés. »

 

George Floyd killing: Why I decided not to watch the video - BBC News

 

_ Racisme ordinaire

« Colère », « tristesse », « ras-le-bol » : avec ce nouveau cas de violence policière, la communauté noire américaine est à bout. Depuis la mort de George Floyd, les manifestations qui tournent parfois à l’émeute se sont étendues dans une trentaine de grandes villes américaines et à l’étranger. New York, pourtant toujours sous confinement, en accueille plusieurs chaque jour dans ses rues largement vides. Ici comme ailleurs, des portes de la Maison-Blanche à Los Angeles en passant par Chicago, il n’y a pas que George Floyd que l’on pleure.

 

Depuis trois mois, les États-Unis connaissent une triste succession de meurtres de Noirs commis par des Blancs. En mars, Breonna Taylor, une professionnelle de santé vivant dans le Kentucky a été tuée chez elle lors d’une intervention de police fondée sur des informations erronées. En février, Ahmaud Arbery, un Noir de 25 ans, a été abattu en Georgie par deux Blancs alors qu’il faisait son jogging. Sa mort n’a fait la « une » des médias qu’en mai, quand une vidéo le montrant pourchassé par ses tueurs présumés, un père et son fils qui le suspectaient de cambriolage, est apparue sur les réseaux sociaux.

 

Why Indians Don't Come Out on the Streets Against Regular Police ...

 

_ Aux États-Unis, une vidéo accable les auteurs d’un crime raciste

Incident moins tragique mais révélateur du racisme ordinaire que subissent les Noirs américains, une autre vidéo, celle d’une femme blanche menaçant un homme noir à Central Park d’appeler la police alors que celui-ci lui avait calmement demandé de mettre son chien en laisse, a également suscité une vive émotion, quelques heures seulement avant la mort de George Floyd. « Le niveau d’engagement dans les manifestations n’a pas été aussi élevé depuis 2014 et les morts de Michael Brown et d’Eric Garner », deux Noirs tués respectivement à Ferguson (Missouri) et New York par des officiers de police blancs, résume Khalil Muhammad, professeur d’histoire à Harvard.

 

5 charts: How coronavirus economic crisis worse than Great ...

 

_ Une communauté frappée de plein fouet par la crise économique

L’expert n’est pas surpris par l’intensité de la colère actuelle. Elle survient au terme de plusieurs mois douloureux pour la communauté noire, qui souffre toujours de l’héritage social et économique de l’esclavage et de la ségrégation. Représentée de manière disproportionnée dans les décès liés au Covid-19, à cause de comorbidités (diabète, pression artérielle, obésité…), la population noire a été renvoyée durant la pandémie aux disparités de santé dont elle souffre depuis longtemps. Plombée par des salaires stagnants, elle doit maintenant faire face à la perspective d’une crise économique qui promet d’être destructrice pour elle, comme l’ont été la récession de 2008 et la « grande dépression » de 1929.

 

New CDC data: Covid-19 is affecting black Americans at ...

 

_ Aux États-Unis, la population afro-américaine durement touchée par le coronavirus

« Depuis l’esclavage, le péché originel des États-Unis, on n’a jamais su trouver notre place dans cette société », analyse Karen Moore, une Afro-Américaine rencontrée lors de la manifestation de Harlem, au pied de la statue d’Adam Clayton Powell Jr., premier député noir de New York. Ici comme ailleurs dans le pays, les mots « oppression », « nouvel esclavagisme », ou encore « réparations » (forme de compensation pour les descendants d’esclaves) reviennent souvent. « Si j’ai fait les mêmes études qu’un Blanc, je veux être payée comme lui. Si je suis arrêtée par la police, je veux pouvoir être traitée de la même manière que lui », continue Karen.

 

RCJ - Décès de George Floyd : des manifestations dans le monde - RCJ

 

_ Des manifestants blancs dans les cortèges

« Depuis que je suis enfant, on nous répète à l’école que la situation des Noirs s’est améliorée depuis l’esclavage, mais plus on grandit, plus on se rend compte que les discriminations persistent », souligne Kevin Blackwood, un autre manifestant. Lui aussi a eu son lot d’interpellations « abusives » de la part de la police : « Ça ne s’arrête jamais. Nous sommes fatigués. »

 

Killing of unarmed black man in U.S. condemned in Africa - CGTN

 

À New York comme ailleurs dans le pays, les Blancs, en particulier les jeunes, sont bien représentés dans les rassemblements antiracistes. « Nous pouvons commencer par écouter ce que vit la communauté noire et se mettre à son service. Nous devons reconnaître le fait que notre couleur de peau nous donne certains privilèges », abonde Jessica Moore, une jeune femme blanche présente, dimanche 31 mai, à Union Square, place publique qui sert de point de ralliement à de nombreuses manifestations à New York. Elle a perdu son père dans les attentats du 11-Septembre.

 

« Quand on n’obtient pas justice pour la mort d’un proche, c’est du terrorisme. C’est ce qu’il s’est passé avec George Floyd », estime-t-elle. Elle aimerait que les quatre policiers impliqués dans sa mort soient tous arrêtés, et pas seulement Derek Chauvin, l’officier qui s’est agenouillé sur son cou.

 

Anti-racism protests spread to Berlin and London | News | DW ...

 

_ Impunité policière

Plusieurs figures de la communauté noire et des militants antiracistes appellent désormais les mairies à couper les financements des départements de police au profit de programmes sociaux destinés à aider les plus fragiles. Aux États-Unis, ce sont essentiellement les municipalités et les États fédérés – et non le gouvernement national – qui financent les forces de l’ordre. Ils veulent aussi que les officiers impliqués dans des affaires de violence raciste soient punis.

 

Selon une étude du Cato Institute, seul un tiers des affaires criminelles visant la police fait l’objet de poursuites. « Ils sont protégés par des syndicats très influents. Tout candidat politique à un siège local ou national veut pouvoir dire, comme Donald Trump, qu’il est le candidat de l’ordre et de la loi », pointe l’universitaire Khalil Muhammad.

 

New Evidence Confirms Police ARE Killing Black People at an ...

 

_ Chronologie : la longue histoire des violences policières aux États-Unis

« Il faut que la police recrute plus de non-Blancs et que les bons flics dénoncent les mauvais », avance Anthony Ortiz, 23 ans. Ce Portoricain est réconforté par la présence de jeunes Noirs et Blancs dans les rangs des manifestants. « Notre génération voit des choses sur les réseaux sociaux que nos parents ne voyaient pas, ajoute-t-il. On est très motivés et enthousiastes. Heureusement, car nous avons beaucoup de travail à faire. »

 

Source : www.la-croix.com/ Alexis Buisson (de notre correspondant à New York) , le 01/06/2020/ Modifié le 01/06/2020

 

https://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/Mort-George-Floyd-cri-lAmerique-noire-2020-06-01-1201096929/

 

QUOTE OF THE DAY: ON COURAGE - Terry Levine | Noggin Advertising ...

 

—————————

 

Webinars about the UN system & processes | International ...

 

3 – Mort de George Floyd : l’ONU appelle à écouter les griefs des manifestants et à condamner le racisme sans équivoque

 

Alors que les manifestations se poursuivent aux Etats-Unis, les Nations Unies ont demandé à écouter les griefs des personnes manifestant contre les violences policières et appelé les autorités à faire preuve de retenue. L’indignation exprimée dans les manifestations a commencé après la diffusion la semaine dernière sur les médias sociaux d’une vidéo montrant un policier blanc de la ville de Minneapolis (ville du Midwest des Etats-Unis) s’agenouillant pendant plus de huit minutes sur le cou de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans dans laquelle il apparaît sans vie, mourant aux mains de la police.

 

Citing 'weight of history', senior UN officials of African descent ...

 

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes des Etats-Unis pour manifester leur colère et demander justice généralement de façon pacifique. Mais la violence de certains manifestants dirigés contre la police a également entraîné un pillage généralisé et des tactiques policières de plus en plus violentes utilisées dans plusieurs villes américaines. « J’ai le cœur brisé de voir la violence dans les rues de notre pays hôte (les Etats-Unis) et de notre ville hôte, New York », a déclaré mardi soir le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur son compte Twitter. « Les griefs doivent être entendus, mais doivent être exprimés pacifiquement – et les autorités doivent faire preuve de retenue dans leur réaction aux manifestations », a ajouté M. Guterres.

 

UN chief calls for restraint amid George Floyd protests

 

Un appel repris mercredi par la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet. « Les voix appelant à la fin des meurtres d’Afro-américains non armés doivent être entendues. Les voix appelant à la fin des violences policières doivent être entendues. Et les voix appelant à la fin du racisme endémique et structurel qui ravage la société américaine doivent être entendues », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

« En tout temps, mais surtout pendant une crise, un pays a besoin que ses dirigeants condamnent sans équivoque le racisme; réfléchissent à ce qui a poussé les gens jusqu’à un point d’ébullition; écoutent et apprennent; et prennent des mesures qui s’attaquent véritablement aux inégalités », a ajouté la Haute-Commissaire.

 

Source : //news.un.org/fr/ ONU Info/Shirin Yaseen

 

https://news.un.org/fr/story/2020/06/1070082/

 

Human Rights Council calls on top UN rights official to take ...

 

—————————

 

Racisme, esclavage: quelles statues posent problème en France ...

 

4 – RACISME : Pourquoi la France doit déboulonner les symboles du racisme

 

En déclarant que « la République n’effacera aucun nom ou aucune trace de son histoire », Emmanuel Macron risque d’accroître les tensions exacerbées depuis la mort de George Floyd aux États-Unis. Le président Emmanuel Macron aura donc choisi de refuser la discussion sur le passé colonial, esclavagiste et raciste français. Pendant que bruissent les revendications de justice raciale sur l’espace public, le chef de l’État expose ses lacunes et abandonne le terrain de la justice pour celui de la morale.

 

Le racisme en France - L'Express

 

Car fondamentalement c’est de la question de la réparation qu’il s’agit. De la réparation d’un crime contre l’humanité et de ses conséquences dont la pandémie multiséculaire du racisme anti-Noirs. D’Haïti, qui, pour son indépendance, a dû payer 90 millions de francs aux colons de la colonie la plus riche d’Amérique au XVIIIe siècle, à la Guadeloupe, où la République a indemnisé les esclavagistes après 1848, en passant par les législations spécifiques justifiant le travail forcé auquel les Africains ont été soumis pendant la seconde colonisation, justice peine à être rendue pour les spoliations que l’Afrique et ses descendants subissent sur le continent comme en diaspora.

 

La statue d'un marchand d'esclaves déboulonnée par des ...

 

Et, en déclarant que « la République n’effacera aucun nom ou aucune trace de son histoire », Emmanuel Macron juge nulles et non avenues des mobilisations citoyennes qui essaient de redéfinir une nouvelle conscience historique et progressiste sur un espace public mondialisé en proie à de vives tensions. Par son incapacité à définir un cap et une vision des relations sociales entre des communautés heurtées par les injustices raciales pandémiques, l’État français risque d’accroître les tensions exacerbées depuis la mort de George Floyd à Minneapolis…

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 16 juin 2020/ Mis à jour le 16 juin 2020/ Par Karfa Diallo/

 

https://www.jeuneafrique.com/1001703/societe/tribune-pourquoi-la-france-doit-deboulonner-les-symboles-du-racisme/

 

Le racisme en France - L'Express

 

—————————

 

Mort de George Floyd: débat au Royaume-Uni autour des symboles du ...

 

5 – Royaume-Uni/ Racisme : les symboles de la colère

 

Les manifestants venus dénoncer le racisme et les violences policières veulent en finir avec les symboles d’une époque révolue, après la mort de George Floyd. La vague de protestation en réponse au décès l’Afro-américain asphyxié lors de son interpellation ne faiblit pas. Ce mardi, à Oxford, au Royaume-Uni, un rassemblement s’est tenu pendant ses funérailles devant la statue de Cecil Rhodes. La foule a rendu hommage à George Floyd, et réclamé le déboulonnage de cet emblème du passé colonial britannique.

 

Racisme : les symboles de la colère | Euronews

 

En Belgique, une statue de Léopold II s’est envolée ce même jour d’un square d’Anvers pour rejoindre les réserves d’un musée. Une manière de reconnaître le lourd tribut qu’a payé la population congolaise au règne de l’ancien souverain. Ce dimanche, déjà, à Bristol, les manifestants ont mis à terre la statue controversée de longue date d’Edward Colston, une figure du passé esclavagiste britannique.

 

Source : //fr.euronews.com/ Par Euronews/ Dernière MAJ: 09/06/2020

 

https://fr.euronews.com/2020/06/09/racisme-les-symboles-de-la-colere/

 

Mort de George Floyd : que signifie le genou à terre des ...

 

—————————

 

Repatriation: why Western museums should return African artefacts

 

6 – Afrique/ Colonisation et pillage : Un guide sur les “trésors pillés” de l’Afrique

 

Au cours de la domination coloniale en Afrique, des milliers d’objets culturels ont été pillés. Aujourd’hui, les pays africains veulent les récupérer. Suite à un rapport publié par la France appelant au retour de milliers d’œuvres d’art africaines sur le continent, le président français a pris la décision de restituer aux autorités béninoises des œuvres d’art emmenées en France pendant la colonisation.

 

A brass plaque under the Benin Bronzes collection

 

_ Les bronzes de Benin

Les bronzes du Bénin, qui sont en réalité en laiton, sont une collection de sculptures et de plaques délicatement décorées qui ornent le palais royal de l’Oba, Ovonramwen Nogbaisi, dans le Royaume du Bénin, qui a été intégrée au Nigeria sous domination britannique.

Ils ont été sculptés en ivoire, laiton, céramique et bois.

Beaucoup de pièces ont été coulées pour les autels ancestraux des anciens rois et reines mères.

En 1897, les Britanniques lancèrent une expédition punitive contre le Bénin en réponse à l’attaque d’une expédition diplomatique britannique.

Outre les sculptures en bronze et les plaques, d’innombrables objets royaux ont été emportés à la suite de la mission et ont été dispersés dans le monde entier.

 

Cette photo montre deux artefacts de la collection des bronzes du Bénin, un oiseau à long bec et la cloche du monarque, rendus au royaume du Bénin par un retraité britannique lors d'une cérémonie à Benin City, au Nigeria, le 20 juin 2014.

 

_ Au Bénin, “bientôt la restitution” des œuvres d’art spoliées.

Ces objets en bronze du Bénin ont été rapportés au Nigéria en 2014 par un retraité britannique. Le président français penche vers la restitution aux autorités béninoises des œuvres d’art emmenées en France, en provenance de ce pays d’Afrique de l’Ouest, pendant la période coloniale.

Le British Museum de Londres a déclaré que de nombreux objets béninois faisant partie de sa collection lui avaient été donnés en 1898 par le Foreign Office et les Lords Commissaires de l’Amirauté.

En octobre, les plus grands musées d’Europe ont décidé de prêter au Nigéria des artefacts essentiels pour le nouveau Musée royal, qui devrait ouvrir en 2021.

 

Germany agrees to speed return of loot from former colonies

 

_ L’Allemagne restitue des ossements à la Namibie

Leurs restes empaillés se trouvent dans un musée américain.

Le lieutenant-colonel John Patterson photographié avec l’un des lions qu’il a tués.

Le lieutenant-colonel Patterson a déclaré que la frénésie alimentaire des lions avait coûté la vie à 135 travailleurs des chemins de fer et à des Noirs, mais le Field Museum a précisé que des recherches ultérieures menées par ses scientifiques avaient considérablement réduit cette estimation à 35.

Le Musée national du Kenya veut que les lions soient rendus.

 

The Rosetta Stone on display at the British Museum in Bloomsbury on October 14, 2016 in London

 

_ La pierre de Rosette

La pierre de Rosetta haute de 1,12 m (3 pi 6 po) du British Museum, originaire d’Égypte, est une stèle en granodiorite, une roche à grain grossier.

Il s’agit d’une partie brisée d’une plus grande dalle sur laquelle est gravé un texte, ce qui a permis aux chercheurs d’apprendre à lire les hiéroglyphes égyptiens – une forme d’écriture utilisant les images comme signes.

Il comporte trois colonnes de la même inscription en trois langues : grec, hiéroglyphes et égyptien démotique, le texte d’un décret rédigé par les prêtres en 196 avant J.-C., sous le règne du pharaon Ptolémée V.

 

_ Zimbabwe : la chasse aux millions

On ignore comment la pierre a été découverte en juillet 1799, mais on pense généralement qu’elle a été découverte par des soldats qui combattaient avec le chef de l’armée française, Napoléon Bonaparte, alors qu’ils construisaient un prolongement d’un fort situé près de la ville de Rashid – alias Rosetta – dans le delta du Nil.

Après la défaite de Napoléon, les Britanniques prirent possession de la pierre aux termes du traité d’Alexandrie en 1801.

Il fut ensuite transporté en Angleterre et arriva à Portsmouth en février 1802. George III le proposa au British Museum quelques mois plus tard.

 

Sculpture of the Bangwa Queen currently owned by the Dapper Foundation in Paris, France

 

_ La reine Bangwa

La reine Bangwa, d’une hauteur de 81 cm, est une sculpture en bois du Cameroun qui représente le pouvoir et la santé du peuple Bangwa.

C’est l’une des œuvres d’art africaine les plus célèbres au monde et elle revêt une signification sacrée considérable pour les Camerounais.

Les sculptures étaient composées d’épouses ou de princesses royales titrées et seraient désignées sous le nom de “reines Bangwa” dans le pays Bangwa du district de Lebialem de la région du sud-ouest du Cameroun.

 

Dakar, capitale de l’art africain

La reine Bangwa a été donnée ou pillée par l’agent colonial allemand Gustav Conrau vers 1899 avant la colonisation du territoire.

Il s’est retrouvé au Museum für Völkerkunde de Berlin puis a été acheté par un collectionneur d’art en 1926.

Selon le New York Times, Harry A Franklin, collectionneur d’art américain, a acheté cette sculpture en 1966 pour 29 000 dollars. Après sa mort, elle a été vendue à 3,4 millions de dollars aux enchères de Sotheby’s.

Le photographe portraitiste surréaliste Man Ray a également inclus la reine de Bangwa dans un portrait d’un modèle nu en 1937.

La Fondation Dapper à Paris, en France, est maintenant propriétaire de la sculpture Bangwa Queen. Elle a été exposée au musée Dapper jusqu’en 2017, année de la fermeture du musée consacré à l’art africain en raison de la faible fréquentation et des coûts de maintenance élevés.

Les chefs traditionnels des Bangwa ont correspondu avec la fondation, demandant son retour au Cameroun.

Les auteurs du rapport commandé par le président Macron, l’écrivain et économiste sénégalais Felwine Sarr et l’historienne française Bénédicte Savoy ont recommandé que la loi française soit modifiée pour permettre le retour de l’art africain.

 

Musée V & A, Maqdala 1868 : couronne, cuivre doré et or avec perles de verre, pigment et tissu, fabriqué en Éthiopie, 1600-1850

 

_ Les trésors de Maqdala

Cette couronne est admirée pour ses dessins en filigrane et ses images religieuses en relief.

Les trésors de Maqdala comprennent une couronne en or du XVIIIe siècle et une robe de mariée royale, enlevée en Éthiopie (anciennement Abyssinia) par l’armée britannique en 1868.

Selon les historiens, il fallait 15 éléphants et 200 mules pour emporter tout le butin de Maqdala, capitale de la citadelle nord de l’empereur Tewodros II.

Les Britanniques ont envahi Maqdala pour protester contre la détention de son consul lorsque les relations entre les deux puissances se sont détériorées.

 

Musée V & A, Maqdala 1868: robe en coton brodée de soie, qui aurait appartenu à la reine Woyzaro Terunesh, réalisée dans les années 1860

Confectionnée dans les années 1860, cette robe de mariée aurait appartenu à la reine Woyzaro Terunesh.

 

_ L’art africain, un marché florissant

Confectionnée dans les années 1860, cette robe de mariée aurait appartenu à la reine Woyzaro Terunesh.

La couronne, admirée pour ses motifs en filigrane d’argent et de cuivre et ses images religieuses en relief, ainsi que sa robe de mariée royale sont des symboles significatifs de l’Église orthodoxe éthiopienne.

Les érudits pensent que la couronne a été commandée dans les années 1740 par l’impératrice Mentewwab et son fils, le roi Iyyasu, et offerte en cadeau à une église de Gondar, accompagnée d’un calice en or massif.

La robe et les bijoux appartenaient à la reine Woyzaro Terunesh, la veuve de l’empereur Tewodros II.

L’Éthiopie a déposé une demande en 2007 pour la restitution des antiquités. En avril de cette année, le musée V & A a proposé de restituer les trésors à l’Éthiopie en prêt.

 

Zimbabwe bird. Among its notable elements are the soapstone bird ...

 

_ L’oiseau Zimbabwe

Une sculpture en pierre de savon représentant un aigle est le principal emblème national du Zimbabwe. Huit des oiseaux du Zimbabwe ont été pillés dans les ruines d’une ville antique.

Seulement huit des oiseaux ont été retrouvés. Ils étaient situés sur les murs et les monolithes de l’ancienne ville construite entre le XIIe et le XVe siècle par les ancêtres du peuple Shona.

Sept des sculptures sont au Zimbabwe depuis 2003, année où l’Allemagne a restitué la partie inférieure de l’une des sculptures.

Elle avait été confiée à un missionnaire allemand qui l’avait vendu au musée ethnologique de Berlin en 1907.

Puis, après l’invasion de l’Allemagne par les troupes soviétiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle a été déplacée de Berlin à Leningrad et y est restée jusqu’à la fin de la guerre froide, puis est retournée en Allemagne.

La huitième reste dans l’ancienne chambre de l’impérialisme britannique Cecil Rhodes, du XIXe siècle, dont la maison, dans la ville sud-africaine du Cap, est désormais un musée.

Il avait emmené un certain nombre d’oiseaux du Grand Zimbabwe en Afrique du Sud en 1906. L’Afrique du Sud en avait rendu quatre en 1981, un an après l’indépendance du Zimbabwe.

 

Source : //www.bbc.com/ 4 décembre 2018

 

https://www.bbc.com/afrique/region-46430741/

 

The west's great museums should return their looted treasures ...

Colonisation : ??

—————————

 

L'épineuse restitution des œuvres d'art au Bénin par la France

 

7 – Afrique/ Colonisation et pillage : Retour au Bénin de vingt-huit objets appartenant aux anciens rois d’Abomey

 

Ce geste concrétise le mouvement en faveur du retour d’œuvres d’arts premiers du patrimoine béninois issues de collections occidentales privées. Ambassadeurs de France et du Japon, collaborateurs du président béninois, écoliers et étudiants, artistes, membres de familles royales, donateurs : tous étaient là, vendredi 17 janvier, au Petit Musée de la Récade, dans le sud du Bénin, autour d’un magnifique sabre d’amazone orné de figures d’animaux.

 

Le Bénin se prépare à la restitution du trésor des rois d'Abomey

 

Cette arme du XIXe siècle, utilisée par les anciennes gardiennes des rois d’Abomey, fait partie des vingt-huit objets désormais exposés dans ce musée de Lobozounkpa, après leur acquisition par un collectif d’antiquaires français passionnés d’art africain et du Bénin. Depuis son inauguration, les initiatives de retour d’objets traditionnels sur leur terre d’origine se sont poursuivies. « Ces magnifiques récades [sceptres royaux] sont de retour sur la terre qui les a vues naître », s’enthousiasme Eric Totah, directeur du cabinet du ministre béninois de la culture. « Nous accueillons dans notre collection vingt-huit nouvelles pièces. Parmi ces œuvres, nous avons deux sculptures, huit sabres, seize récades et deux couteaux », explique Marion Hamard, directrice générale du Centre pour les arts et la culture, où se trouve le Petit Musée de la Récade.

 

« Cela va nous permettre d’augmenter considérablement notre collection », se félicite-t-elle, espérant passer de sept mille visiteurs annuels, essentiellement des écoliers ou des habitants de la localité, à dix mille entrées pour 2020. « Quatre-vingts pour cent de notre public sont constitués de jeunes enfants et de personnes issus de la localité. C’est un objectif pour nous. Nous travaillons beaucoup pour les gens autour desquels nous vivons », selon la directrice.

 

Restitution des biens culturels: France et Bénin veulent marquer ...

 

_ Un musée inauguré en 2015

Merline Atchokossi, élève de CM1, se réjouit d’ailleurs d’avoir vu pour la première fois les objets des « rois dont [elle] a entendu parler en classe ». Ces objets ont été acquis par le Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés en mars 2019 en France pour plusieurs milliers d’euros chacun, lors d’une vente aux enchères. Ils proviennent de deux collections européennes privées : celle d’Alfred Testard de Marans, chargé de la direction du service administratif lors de l’organisation de l’expédition du Dahomey en 1890, ainsi que celle de l’abbé Le Gardinier, missionnaire colonial. « Il s’agit de deux collections historiques.

 

Béhanzin, le dernier roi d'Alger

 

Ces objets, collectés au XIXe siècle, renvoient au richissime passé du Bénin. Ils sont le témoin d’une Afrique debout, combattante, résistante », explique Bernard Dulon, membre du collectif. « La récade, au XIXe siècle, est un instrument de guerre, symbole de pouvoir et représentation du roi, ce qui lui donne un caractère historique important », explique ce passionné. Le Petit Musée de la Récade a été inauguré le 1er décembre 2015. Sa collection était alors constituée de trente-sept sceptres, six objets royaux et de culte fon, tous offerts par le Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés ou des collectionneurs privés.

 

Bénin. Vers la restitution des trésors pillés lors de la conquête ...

 

_ La circulation des œuvres plutôt que la restitution

Le retour d’œuvres du patrimoine béninois issues de collections occidentales privées s’inscrit dans le cadre de restitutions d’œuvres d’arts premiers en partie pillées en Afrique du temps de la colonisation. La restitution par la France au Bénin de vingt-six statuettes du royaume d’Abomey, annoncée en 2018, et qui se trouvent au Musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris, se fera dans le courant de l’année ou au début de 2021. Le Bénin et la France ont signé un programme commun de travail sur « la circulation d’œuvres d’art, notamment sous forme de prêts et d’expositions ».

 

Art classique : le Bénin réclame à la France des pièces de son ...

 

Les musées français, comme celui du Quai Branly, qui dispose de la plus importante collection d’arts premiers, s’inquiètent d’une politisation du débat et d’arguments selon lesquels toutes les œuvres en dépôt chez eux depuis la colonisation ont été malhonnêtement acquises ou pillées, et doivent être rendues aux nouveaux Etats. Ils privilégient la circulation des œuvres entre la France et l’Afrique plutôt que des restitutions, sauf quand, comme c’est le cas pour les statues du palais royal d’Abomey, le pillage par des soldats français à la fin du XIXe siècle a été flagrant. D’autres œuvres ont été achetées, collectionnées lors de missions ethnologiques, ou leur origine reste inconnue.

 

Source : www.lemonde.fr/ Le Monde avec AFP/ Le Monde avec AFP / Publié le 18 janvier 2020/ Mis à jour le 19 janvier 2020

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/01/18/retour-au-benin-de-28-objets-appartenant-aux-anciens-rois-d-abomey_6026443_3212.html/

 

Bénin/Aujourd’hui : les rois tout-puissants d’Abomey

—————————

 

The nuances of repatriation: Should the British Museum return its

 

8 – Afrique/ Colonisation et pillage : Les œuvres d’art du patrimoine africain bientôt restituées ?

 

Emmanuel Macron a reçu vendredi un rapport sur la restitution du patrimoine africain, qui préconise une restitution rapide des œuvres d’art pillées par la France coloniales. Le chef de l’État vient d’envoyer un symbole en rendant 26 pièces au Bénin.

La réponse de l’Élysée au rapport Savoy-Sarr sur la restitution du patrimoine africain ne s’est pas fait attendre : Emmanuel Macron a décidé vendredi 23 novembre de rendre “sans tarder” 26 œuvres réclamées par le Bénin. Juste après avoir reçu le rapport des mains de ces auteurs. Rédigés par deux universitaires français et sénégalais, Bénédicte Savoy et Felwinn Sarr, ce document commandé par le président Français en mars 2018 propose un changement radical du code du patrimoine français pour permettre une restitution des œuvres d’art pillés par la France en Afrique pendant les conquêtes coloniales. En vertu du droit français actuel, ces œuvres ne peuvent quitter le territoire français.

 

Desert Empires: Wonders to Behold - The New York Times

 

Mais l’introduction d’un article qui prévoirait des restitutions d’objets africains transférés pendant la période coloniale française dans le cadre d’un “accord bilatéral” entre “l’État français et un État africain” pourrait changer la donne. Les deux universitaires proposent donc une restitution en trois phases à partir de la date de la remise du rapport jusqu’à novembre 2022. “L’Afrique est à un pas de son histoire. On va enfin pouvoir accéder à nos œuvres’’ s’est réjoui sur France 24 la présidente franco-béninoise  de la Fondation Zinsou, Marie-Cécile Zinsou, qui est en première ligne du combat pour le retour des œuvres en Afrique. 

 

Le rapport dresse un inventaire d’une partie des dizaines de milliers d’objets que les colons ont rapporté d’Afrique entre 1885 et 1960. Au moins 90 000 objets d’art d’Afrique subsaharienne sont dans les collections publiques françaises. Plus des deux tiers des objets d’art se trouvent au Quai Branly dont des sculptures Dogons du Mali et les célèbres statues anthropomorphes venues du Bénin.

 

Source : www.france24.com/ Publié le : 23/11/2018/ Modifié le : 24/11/2018/

 

https://www.france24.com/fr/20181123-france-afrique-benin-restitution-patrimoine-africain-oeuvres-art-retour-colonies-macron/

 

West African Empires – Janakesho

****

 

Stunning Egyptian Collection at the British Museum - Picture of ...

 

Afrique/Colonisation : un passé ingénieux volé, spolié et détruit par des siècles d’oppression  

 

_ « La métallurgie a été développée indépendamment durant l’Antiquité dans plusieurs régions du monde. L’Afrique a ainsi vu la naissance de la métallurgie du cuivre et de la métallurgie du fer. Cette dernière a même peut-être vu le jour plusieurs siècles avant que les Hittites (Européens) ne commencent à travailler le minerai de fer1. »

 

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tallurgie_en_Afrique_ancienne/

 

L'ancienne civilisation d'Ife (actuel Nigéria)

 

_ « Outre un apport puissant qui s’affirme jusqu’à nos jours dans la musique, les arts et la pensée des Caraïbes et des Amériques, les Africains qui étaient arrivés captifs ici et là, maîtrisaient parfaitement les techniques agricoles tropicales qui feront leur preuve dans le développement agricole dans le Nouveau Monde ; ils avaient également la haute main sur les techniques d’extraction minière, sur le travail des pierres précieuses, sans oublier leur savoir-faire dans la construction : travaux de charpente, de maçonnerie, d’ébéniste, de peinture. Enfin, les Africains, bien avant les Européens, avaient déjà percé les secrets de la métallurgie. »

 

Colonial art restitution: German museums need greater cultural ...

 

« Les Africains travaillaient l’argent, l’or, le cuivre et le bronze. Les instruments et les objets d’art en bronze et en cuivre du Bénin témoignent de la dextérité de ses forgerons, tandis qu’ailleurs, chez les Yoroubas et au Mali, par exemple, de nombreux artisans étaient spécialisés dans la fabrication d’objet décoratifs en or et en argent.»

« Pour sa part, Mary CHURCH TERRELL écrivait le 14 Mai 1949 : « l’Afrique avait de grandes universités avant l’Angleterre et les Africains ont été les premiers hommes assez industrieux pour travailler le fer ».

 

In « Quand l’Afrique était l’or noir de l’Europe »/ Bwemba-Bong/menaibuc, 2005/ Source : https://books.google.ci/ juin 2020.

 

This Art Was Looted 123 Years Ago. Will It Ever Be Returned? - The ...

 

_ La température de fusion des métaux courants : Voici un tableau avec les températures de fusion des matériaux les plus courants utilisés dans notre industrie.// https://blogs.plombiers-reunis.com/reseaux/la-temperature-de-fusion-des-metaux-courants.html

Matériaux / Température de fusion
Étain 232°C
Plomb 327°C
Zinc 419°C
Aluminium (pur) 660°C
Bronze 890°C
Laiton 900°C
Argent 961°C
Or 1064°C
Cuivre 1083°C
Inox 1400°C
Acier 1450°C
Nickel 1455°C
Fer (pur) 1553°C
Palladium 1555°C
Platine 1772°C
Fonte 1820°C
Aluminium brut (allumine) 1835°C

https://blogs.plombiers-reunis.com/reseaux/la-temperature-de-fusion-des-metaux-courants.html

 

Given the degree that Europeans looted African art and destroyed ...

 

—————————

 

Petition · Permanently Return Stolen Artifacts in British Museums ...

 

9 – Afrique/ Colonisation et pillage : Le retour des objets pillés pendant la période coloniale, un enjeu de taille au Nigeria

 

En octobre 2018, peu avant la publication du rapport par Bénédicte Savoy et Felwine Sarr sur la restitution du patrimoine culturel africain, j’ai assisté à l’annonce officielle à Benin City des résultats d’une négociation pour le prêt à long terme d’un certain nombre d’objets spoliés en 1897. Résultat de huit années de discussions, cet accord reçoit une réception très contrastée en Europe. Il s’agit ici d’évoquer le contexte de sa réception à l’endroit même où ces objets ont été pris.

 

France Is Preparing To Return Stolen African Artefacts From Benin ...

 

Le rapport préconise entre autre de restituer cinq pièces à Benin City au Nigeria, objets qui se trouvent aujourd’hui dans la collection du musée du quai Branly – bien modeste à côté de celles de Berlin ou de Londres en ce qui concerne ce type d’objets.

 

Germany must return looted bronzes to Nigeria | Pambazuka NewsJeunesse Africaine - Home | FacebookArt africain traditionnel — Wikipédia

(Afrique précoloniale et métallurgie : pour comprendre en partie les raisons des pillages, il faut savoir que les Européens ne maîtrisaient pas ces techniques-là au même moment  : Voir ci-dessus les températures de fusion des métaux utilisés) 

 

En 1897, lors d’un raid dit punitif mené par les forces du protectorat et de l’amirauté britannique, le palais royal de l’Oba (roi) Ovonramwen fut pillé de plusieurs milliers d’objets – dont quelques-uns ont atterri à Paris, pour la plupart acquis après l’indépendance du Nigeria en 1960.

 

121 years in absentia, tracking the Benin bronzes | The Guardian ...

 

Le gouvernement nigérian n’a pas déposé de demande officielle auprès de l’état français pour la restitution de ces objets. D’une façon générale, refroidi par les refus des prêts réclamés dès les années 1970, les campagnes pour le retour des objets de Benin City, émanent plutôt de la cour royale et des membres de la diaspora que directement du gouvernement fédéral. Depuis les années 1980, à Benin City, les représentants de la cour et descendants directs de l’Oba exilé en 1897 jouent d’une « diplomatie douce » pour récupérer des éléments d’un trésor royal, un effort qui a donc tout récemment porté ses fruits.

 

L'Afrique réclame à l'Europe le retour de ses trésors pillés ...

 

L’engagement de prêts à moyen terme proposé par les musées Européens membres du « Benin Dialogue Group », annoncé au mois d’octobre, nous offre l’opportunité de comprendre les enjeux politiques et les attentes associées à la perspective d’un retour des objets.

 

Source : //theconversation.com/ December 30, 2018

 

https://theconversation.com/le-retour-des-objets-pilles-pendant-la-periode-coloniale-un-enjeu-de-taille-au-nigeria-107242/

 

Museums. A sensitive report on the restitution of works of art to ...

 

—————————

 

L'homme le plus riche de toute l'histoire de l'humanité est un ...

 

10 – L’Afrique saignée à blanc par la colonisation

 

L’empire colonial français se met en place à la fin du XIXe siècle. Outre l’Algérie conquise dès 1830 et les protectorats sur la Tunisie et le Maroc, il comprend en Afrique l’AOF, Afrique occidentale française, l’AEF, Afrique équatoriale française, la Côte des Somalis et Madagascar (plus la Réunion et une partie de Comores).

 

Abidjan boulevard Antonetti en 1960 - Mes souvenirs

 

De la conquête à la décolonisation, l’histoire de l’Afrique est celle du pillage des ressources, du massacre et de l’exploitation des hommes et des femmes et de la mise sous tutelle culturelle, au profit d’une partie puissante du capitalisme français. Les méfaits de la colonisation écrivent l’un des chapitres les plus criminels du livre noir du capitalisme.

 

LA COLONISATION A-T-ELLE SAUVÉ OU RUINÉ L'AFRIQUE ? (1) - LE MONDE ...

 

_ L’Afrique pillée

L’économie est essentiellement commerciale et les investissements productifs extrêmement faibles. Il ne s’agit pas de développer mais de spéculer. Les infrastructures mises en place grâce aux travaux forcés sont entièrement dirigées vers l’exportation. En agriculture, la monoculture (cacao, café, coton, hévéa, palmier à huile…) est privilégiée, en dépit de son impact en terme d’épuisement des sols et de la chute des productions vivrières qui fait disparaître l’autosubsistance rurale.

 

L'exploitation de l'Afrique par le monde (et en particulier par la ...

 

L’Afrique sert de réservoir de produits agricoles et de matières premières et de déversoir pour les produits manufacturés métropolitains. Le niveau de vie de la population stagne ou régresse au cours de cette période. Par ailleurs, les colonies ne fournissent pas seulement des produits agricoles, mais aussi de la « chair à canon », des hommes envoyés en première ligne des guerres menées par la France.

 

Source : //www.convergencesrevolutionnaires.org/ Margot Kervalet/ Mis en ligne le 1er avril 2001/ ConvergencesMonde

 

https://www.convergencesrevolutionnaires.org/L-Afrique-saignee-a-blanc-par-la-colonisation/

 

À l'Unesco, l'Afrique plaide pour le retour de ses biens culturels

 

—————————

 

Carte Afrique Banque D'Images Et Photos Libres De Droits - 123RF

 

11 – Pillage de l’Afrique : les multinationales seules responsables ?

 

Le pillage des ressources de l’Afrique est une responsabilité partagée entre des multinationales occidentales, des dirigeants et médias africains. Le pillage de l’Afrique consiste à dépouiller le continent de ses biens de manière violente et destructive, notamment des richesses de son sous-sol, au détriment de la loi et des droits de propriété. Depuis la conquête de l’Afrique et durant la colonisation, beaucoup de richesses ont quitté le territoire africain. Depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui ce fléau persiste. Pourquoi ?

 

Les pays africains les plus riches en ressources naturelles ...

 

_ RESPONSABILITÉ DES MULTINATIONALES

L’Afrique est riche en ressources qui sont des éléments vitaux pour le développement de l’économie des pays sous-développés. Cependant, elle subit le pillage de certaines multinationales étrangères qui, en toute impunité, cherchent par tous les moyens à s’accaparer les terres, les gisements de minerais, les sources d’énergie et de matières premières, etc. Comme les États africains n’ont pas mis en place de politiques efficaces pour protéger le principe de concurrence saine, les multinationales usent souvent de leur pouvoir et leurs connexions afin d’évincer leurs concurrents locaux.

 

Ce copinage conduit souvent à des situations de monopole, ou du moins des positions dominantes sur les différents marchés africains. Les marchés non réglementés constituent le véhicule privilégié d’extorsions tant financières que sociales. Pour exemple, l’absence de lois antitrust conjuguée à une protection anémique des consommateurs des pays africains, aboutit à ce que seules deux ou trois grandes sociétés dominent les marchés de denrées comme le sel, le sucre, le lait, la farine, l’huile et le thé.

 

En Guinée, la bauxite ruisselle à sens unique ! | Africa Guinee ...

 

De même, ces multinationales contrôlent des ressources naturelles précieuses, notamment dans les pays où il existe de graves conflits. Selon la commission d’enquête mandatée par les Nations Unies, les multinationales jouent un rôle dans les conflits armés en Afrique en général et en RDC en particulier : elles soutiennent des groupes armés et profitent de la situation de guerre pour accéder aux matières premières à vil prix par les contrats léonins par lesquels tous les avantages leur sont attribués, et par l’exploitation de sol et du sous-sol près des belligérants.

 

RDC : dix points clés pour comprendre la guerre au Nord-Kivu

 

Dans un rapport publié par un panel d’experts de l’ONU le lundi 2 octobre 2002, il ressort que deux hommes ont été impliqués dans le pillage de la RDC : l’homme d’affaires belge Georges Forrest et l’entrepreneur John Bredenkamp. Ainsi, la course aux marchés et aux profits illicites pousse plusieurs multinationales à faire fi du respect des droits de propriété et de l’éthique du marché, qu’elles observent pourtant en dehors de l’Afrique ; d’où la nécessité de comprendre pourquoi.

 

Source : //www.contrepoints.org/ Par Gloria Djigui/ Un article de Libre Afrique/ 14 JUIN 2019

 

https://www.contrepoints.org/2019/06/14/346693-pillage-de-lafrique-les-multinationales-seules-responsables/

 

Le Monde se penche sur les pillages en Egypte - La Balance des 2 ...

 

————————–

 

Racisme : quelques-unes des raisons du mal (Dieu ne faisant pas les choses à moitié…)

 

Was Jesse Owens snubbed by Adolf Hitler at the Berlin Olympics ... The Olympics in Berlin in 1936: a sporting triumph of Hitler - Law ...

Le plus rapide…

Retour en images sur le combat du siècle Mohamed Ali-Georges Foreman

Le plus fort, toutes catégories…

Faith and compassion | A Sermon on Luke 7:1-17 from the Narrative Lec…

Les meilleures en mathématique…

Nigeria : Bonne nouvelle pour la ''plus belle fille du monde ...

La plus belle…

 

Be the first to comment on "COLONIALISME/ RACISME/ NEOCOLONIALISME : interrogations et accusations (ces froides préméditations du racisme)"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*