AFRIQUE/ ECONOMIE/ INNOVATION : réalités et perspectives en matière de développement économique et social

11 mai 2020 | AUTEUR/MISE EN COHERENCE: | AFRIQUE/INDUSTRIES ET TECHNOLOGIES, INDUSTRIES ET TECHNOLOGIES | Aucun commentaire   //   vue(s) 61 fois

«  Industrialiser l’Afrique grâce à l’agriculture et l’agro-industrie : Aucune région au monde ne s’est jamais industrialisée sans transformer son secteur agricole. Pour les économies africaines, l’agriculture – qui représente 16,2 % du PIB du continent et fournit du travail à plus de 60 % de sa population – est à la clé de l’accélération de la croissance, de la diversification et de la création d’emplois. Mais, ce secteur a toujours enregistré de faibles performances. Or l’agriculture africaine recèle un formidable potentiel, notamment en matière d’investissements. Quelque 65 % de toutes les terres arables non cultivées dans le monde se trouvent en Afrique.

Hélas, à mésestimer son agriculture, l’Afrique gaspille quantités d’argent et de ressources. L’importation de denrées alimentaires, par exemple, représente chaque année 35 milliards de dollars en devises étrangères, un montant qui devrait franchir les 100 milliards de dollars par an d’ici à 2030. Ce faisant, l’Afrique grève son avenir économique. Elle importe la nourriture qu’elle devrait produire elle-même. L’Afrique doit commencer par traiter l’agriculture comme un secteur d’activités commerciales et s’inspirer sans plus tarder des expériences menées ailleurs, comme en Asie du Sud-Est dont la croissance économique rapide s’est appuyée sur une industrie agroalimentaire et agro-industrielle forte. » 

1 – La croissance économique en Afrique subsaharienne rebondit en 2017, selon la Banque mondiale

Tel est la conclusion d’ Africa Pulse, le rapport semestriel de la banque mondiale dédié à l’état des économies africaines. Après avoir enregistré en 2016, son niveau le plus bas depuis plus de deux décennies, la croissance dans cette région reprend en 2017 pour atteindre 2,6 %. Toutefois,  elle reste faible et se situe légèrement au-dessus de la croissance démographique.

Autrement dit, elle avance avec un rythme qui entrave les efforts relatifs à l’emploi et à la réduction de la pauvreté. Ce redressement est lent eu égard à l’ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l’incertitude des politiques. Plusieurs pays exportateurs de pétrole sont confrontés à des difficultés économiques. Heureusement !  D’autres pays comme  la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, Kenya, Mali, Rwanda, Sénégal et Tanzanie continuent d’afficher des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, aidés en cela par la demande intérieure.

Les perspectives économiques mondiales s’améliorent et devraient favoriser la reprise dans la région. Selon le rapport Africa’s Pulse  « la croissance globale du continent devrait passer à 3,2 % en 2018 et à 3,5 % en 2019, reflétant ainsi la reprise dans les principales puissances économiques. La croissance demeurera atone dans les pays exportateurs de pétrole, alors qu’elle devrait repartir modestement dans les pays exportateurs de métaux. La croissance du PIB dans les pays dont l’économie dépend des matières premières devrait rester forte, soutenue par les investissements dans les infrastructures, des secteurs de services résilients et le redressement de la production agricole. C’est le cas en Éthiopie, au Sénégal et en Tanzanie ».

Résultat de recherche d'images pour "nigerian new industries, projects, nigeria, 2016, 2017"

« Alors que les pays procèdent à des ajustements budgétaires, nous devons faire en sorte que la conjoncture demeure propice à l’investissement afin que les pays d’Afrique subsaharienne connaissent une reprise plus forte », explique Albert G. Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique. « Nous devons mettre en œuvre des réformes qui augmentent la productivité des travailleurs africains et créer un environnement macroéconomique stable.

Des emplois plus productifs et de meilleure qualité contribuent à lutter contre la pauvreté sur le continent. » Concernant les mesures à prendre, ledit rapport recommande une mise en œuvre urgente de réformes visant à améliorer les institutions qui promeuvent la croissance du secteur privé, développer les marchés financiers locaux, améliorer les infrastructures et renforcer la mobilisation des ressources intérieures.

Publié le 26-04-2017/ Par LA Rédaction/ usineafricaine.com

http://usineafricaine.com/la-croissance-economique-en-afrique-subsaharienne-rebondit-en-2017-selon-la-banque-mondiale

Image associée

Be the first to comment on "AFRIQUE/ ECONOMIE/ INNOVATION : réalités et perspectives en matière de développement économique et social"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*