http://www.pipopatat.nl canda goose outlet http://www.desmidsehemmen.nl canada goose sale canada goose belgie canadagooseoutlet.at

NIGERIA/ ETAT DE LAGOS : l’Etat de Lagos au Nigeria, de grands projets pour transformer et moderniser le Nigeria

 

« NIGERIA/ L’État de Lagos (Lagos State) : L’État de Lagos  est une région administrative du Nigeria, situé dans le sud-ouest du pays. Plus petit des États du Nigeria, l’État de Lagos est le deuxième plus peuplé après l’État de Kano et plus important économiquement, abritant Lagos, la plus grande agglomération du pays.

LAGOS, LA CITE-ETAT : Lagos, capitale économique et financière du Nigéria, Capitale de la république fédérale du Nigéria jusqu’en 1991, la ville de Lagos est le pôle le plus occidentalisé et mondialisé du Nigéria. Abritant près de 21 millions d’habitants, Lagos est à la fois la capitale économique, commerciale et financière de la Fédération ainsi que le pôle le plus dynamique d’Afrique de l’Ouest. Estimé à 90 M USD, son PIB est supérieur à ceux réunis de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun. »

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos new giant malls, lagos city, 2016, 2017"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos, eko atlantic city, 2016, 2017"

 

1 – LAGOS, LA CITE-ETAT

 

1.1 . Lagos, capitale économique et financière du Nigéria

Capitale de la république fédérale du Nigéria jusqu’en 1991, la ville de Lagos est le pôle le plus occidentalisé et mondialisé du Nigéria. Abritant près de 21 millions d’habitants, Lagos est à la fois la capitale économique, commerciale et financière de la Fédération ainsi que le pôle le plus dynamique d’Afrique de l’Ouest. Estimé à 90 M USD, son PIB est supérieur à ceux réunis de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun.

 

Comme par le passé, Lagos se perçoit aujourd’hui comme une cité-Etat, qui aspire à devenir une ville-Monde, à l’instar du projet Eko-Atlantic City. Les derniers gouverneurs, M. Bola Tinubu, et surtout M. Babatunde Raji Fashola depuis 2007, réélu en 2011 avec 81% des voix, ont contribué au développement économique par une politique de sécurité et une meilleure collecte des impôts locaux. C’est le seul Etat fédéré financièrement autonome, dont les seules rentrées fiscales représentent 65% des revenus de l’Etat.

 

Akinwunmi Ambode (APC), le nouveau gouverneur élu en avril dernier, a réaffirmé plusieurs priorités parmi lesquelles l’économie et l’emploi (soutien aux PME locales, appel aux entreprises étrangères), l’énergie (renforcement du réseau de distribution) et les infrastructures (amélioration des routes et poursuivre du Lagos State Development Plan 2012-2025 initié par Fashola). Aujourd’hui, Lagos réunit plus de la moitié des industries du pays, en particulier agroalimentaires et para pétrolières dans plusieurs zones industrielles (Ikeja, Ikorodu, Surulere) et portuaires (Terminal d’Apapa ainsi que le futur port de Lekki).

 

La ville est devenue un centre financier puissant où toutes les institutions bancaires ont leur siège, ainsi que la Bourse nigériane. La quasi-totalité des entreprises du secteur privé du pays y sont présentes. Le port de Lagos traite plus de 1,2 M de containers par an et les trois quarts du pétrole raffiné importé ; plus de la moitié des 13,5 M de passagers aériens du Nigéria passent par l’aéroport international Murtala Mohammed, 3ème aéroport d’Afrique (après ceux de Johannesburg et du Caire). Lagos est aussi une ville où l’industrie cinématographique (« Nollywood») et musicale est très développée et connue du monde entier, son meilleur ambassadeur ayant été Fela Kuti.

 

Résultat de recherche d'images pour "ikeja lagos, new bridge, new roads, ikeja lagos,"

 

1.2Des besoins considérables dans le secteur des infrastructures

Les besoins sont significatifs en termes d’infrastructures et de services dans les transports (urbain, ferré, maritime et aérien), la génération d’électricité, la gestion de l’eau et des déchets, la santé, l’habitat et les télécommunications. Compte tenu des montants d’investissements nécessaires aux projets d’infrastructures (routes, transports, ports -Apapa et Lekki-, eau et environnement), les développements futurs ne pourront être réalisés que par délégation au secteur privé (notamment via des PPP).

 

D’ores et déjà, le secteur privé participe aux projets d’équipements sous forme de PPP (autoroute et pont de Lekki) ou de capital-investissement. Quatre grands secteurs peuvent être classés prioritaires : énergie, agriculture, transports et habitat. L’AFD est très impliquée dans les financements de projets dans l’Etat de Lagos notamment dans le développement de projets d’infrastructures urbaines depuis 2010. En 2014, le montant des engagements AFD s’élevait à 233,8 M USD (hors Proparco).

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos, eko atlantic city, 2016, 2017"

 

1.3 – La cité nouvelle de Lagos, future Dubaï de l’Afrique

Le projet pharaonique d’Eko Atlantic City, dans l’île de Victoria Island, plus grand projet immobilier en cours en Afrique lancé par le groupe nigérian Chagoury, vise à construire une ville nouvelle sur 10 km² de sable reconquis sur la mer dont près des deux tiers sont déjà remblayés. Ce «petit Dubaï de l’Afrique », lancé en février 2013 par le Président Goodluck Jonathan en présence de Bill Clinton, pourra d’ici 10 à 15 ans, accueillir 250 000 habitants et 150 000 travailleurs.

 

Septembre 2015 © DG Trésor AMBASSADE DE FRANCE AU NIGERIA SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL D’ABUJA

 

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/File/419915

 

Résultat de recherche d'images pour "ikeja lagos, lagos new projects, new bridge, new roads, 2016, 2017"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos new giant malls, lagos city, 2016, 2017"

 

2 – État de Lagos

 

 
   
_ Capitale Ikẹja
_ Date de création 27 mai 1967
_ Gouverneur Akinwunmi Ambode
_ Démographie
_ Population 9 013 534 hab. (2006)
Densité 2 695 hab./km2
_ Géographie
   
_ Superficie 334 500 ha = 3 345 km2
   
   
   

Résultat de recherche d'images pour "map of lagos state nigeria"

 L’État de Lagos (Lagos State) est une région administrative du Nigeria, situé dans le sud-ouest du pays.

 

Image associée

 

Plus petit des États du Nigeria, l’État de Lagos est le deuxième plus peuplé après l’État de Kano et plus important économiquement, abritant Lagos, la plus grande agglomération du pays.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_de_Lagos/

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos new giant malls, lagos city, 2016, 2017"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, new Obalende, 2017"

 

3 – Nigeria : Etat de Lagos, démolition de constructions illégales et bidonvilles à Obalende

 

Le gouvernement de l’État de Lagos a débuté ce samedi aux environs de 07h 30 la démolition des structures illégales et bidonvilles à Obalende, un quartier de Lagos. Avant l’entame des travaux de destructions, le gouvernement de Logos a donné un dernier avis le mardi dernier de 48 heures aux propriétaires des constructions non autorisées, y compris des magasins, les conteneurs à Obalende à évacuer les lieux sous peine de subir des démolitions et des poursuites. 

Avant ce dernier préavis, un ultimatum de six mois avait été donné aux occupants des lieux. Pour assurer la conduite sans heurts des travaux de démolition, nos confrères du Daily Post ont rapporté que des agents de sécurité ont été déployés sur les lieux pour maintenir l’ordre public.

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, new Obalende city, 2017"

 

Selon le président du groupe de travail de l’Etat de Lagos sur l’environnement, Olayinka Egbeyemi, les structures illégales, les bidonvilles et les magasins à conteneurs sont construits sur les canaux d’eau. Au regard de cette situation, Egbeyemi a déploré que ces ouvrages bloquent le drainage des eaux à Obalende et causent des inondations à chaque fois qu’il pleut. De la nécessite à détruire les constructions illégales à Oalebde, le président du groupe de travail sur l’environnement a précisé que les inondations perpétuelles dans certaines parties de l’État de Lagos ne sont pas naturelles, mais plutôt une «catastrophe causée par l’homme» due à l’imprudence des populations qui déchargent les déchets dans les canaux d’écoulement d’eau. 

 

Mensah, Lomé/ © koaci.com– Samedi 29 Juillet 2017 – 

 

http://koaci.com/m/nigeria-etat-lagos-demolition-constructions-illegales-bidonvilles-obalende-111632-i.html

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, Obalende, nigeria, 2017"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, internet, against corruption, ikeja, 2017"

 

4 – Nigeria / Etat de Lagos : Appel à signaler les crimes à la police et non les réseaux sociaux

 

La direction de la police dans l’Etat de Lagos au Nigeria a exhorté les habitants à alerter la police pour les crimes commis dans leurs quartiers plutôt que de les publier sur les réseaux sociaux. Cet appel a été lancé le vendredi dernier à Lagos en conférence de presse par la police. Pour son exhortation aux habitants, Fatai-Owoseni, le Commissaire de Police de Lagos a rappelé que sa structure dispose d’une application sur les téléphones pour les alertes mais aussi des lignes vertes qui sont accessibles au public à toute heure de la journée. Avec l’espoir que la population se réfère à la police pour les informations qu’elle dispose, le Commissaire Owoseni a fait observer que les alertes sont des informations à investiguer pour faire face aux crimes commis.

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, internet, against corruption, ikeja, 2017"

 

Eu égard aux difficultés que rencontre la police dans l’exercice de ses fonctions, le Commissaire Owoseni a révélé que les policiers sont souvent confrontés à des défis lorsqu’il s’agit de répondre aux appels de détresse. Sur ce point, il a ajouté que parfois quand des crimes sont signalés, le temps que la police se dépêche sur les lieux, les auteurs présumés des faits fuient les lieux. En rapport avec le boom que connaissent les smartphones, il est à préciser que beaucoup d’utilisateurs qui ont accès à l’internet peuvent publier des informations et les faits qui se passent autours d’eux et cette manière alerte les criminels à se cacher ou à s’évaporer dans la nature. 

 

Mensah, Lomé/ © koaci.com– Dimanche 21 Février 2016 – 

 

http://koaci.com/m/nigeria-etat-lagos-appel-signaler-crimes-police-reseaux-sociaux-96069-i.html

 

Résultat de recherche d'images pour "nigeria, police, collaboration, internet, against corruption, nigeria, 2017"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Lagos city buildings"

 

5 – PIB : Lagos plus fort que Cameroun, Côte d’Ivoire et Sénégal réunis ?

 

Une start-up spécialisée dans les services de livraison a indiqué que le Produit intérieur brut (PIB) de l’Etat de Lagos (Nigeria) est supérieur à ceux cumulés du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. Est-ce exact ?

Lagos, capitale économique du Nigeria, concentre une bonne partie des activités économiques du pays. Capture d’écran Youtube. Le 12 octobre 2017, KeyOpsTech a tweeté : « Le PIB de la ville de Lagos [Nigeria] est supérieur aux PIB cumulés de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun ». Africa Check a examiné cette affirmation.

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos, industries, industrial zone, lagos, 2016, 2017"

 

_ Quelles sont les preuves de la start-up ?

Quand nous leur avons demandé, en réponse à ce tweet, quelle était la source de cette information, il nous a été indiqué qu’elle ressort de l’«atelier businessfrance à #InnoGeneration » (Sic). Il s’agit précisément  de l’atelier Bpifrance Inno Génération 3 qui s’est tenu à Paris, le même jour. Le gestionnaire du compte Twitter de KeyOpsTech nous a ensuite précisé que l’information a été donnée par  Bertrand De La Forest Divonne, le responsable Nigeria de Business FranceContacté par courriel, le responsable Nigeria de Business France a indiqué à Africa Check qu’il s’est appuyé sur les statistiques de la Banque mondiale concernant les PIB du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos, port, port containers, lagos port,"

 

« Le PIB du Nigeria était d’environ 405 milliards USD en 2016, celui de l’Etat de Lagos oscille entre 90 et plus de 100 milliards USD selon le Service économique près l’ambassade de France au Nigeria », a-t-il ajouté. Cette comparaison entre le PIB de l’Etat de Lagos et ceux réunis de ces trois pays d’Afrique francophone figure effectivement dans un document du service économique de l’ambassade de France au Nigeria intitulé ‘‘Lagos, la Cité-Etat’’.

 

Image associée

 

_ Quel est le PIB de l’Etat de Lagos ?

En 2010, le PIB de l’Etat de Lagos était de l’ordre de 80,61 milliards de dollars et représentait 35,6% du PIB national du Nigeria selon une étude du Bureau des statistiques de Lagos. Une analyse comparative avec certains pays qui fonctionnent dans un système de gouvernement fédéral – comme les Etats-Unis – révèle que le PIB de l’Etat de Lagos en 2010 était supérieur à ceux de 14 Etats américains dont le Delaware (64 milliards de dollars US), Hawaii (65,5 milliards de dollars US) et la Virginie occidentale (61,9 milliards de dollars US), renseigne la même source.

 

En 2014, Lagos était « la 7e économie du continent » – avec un PIB estimé à 90 milliards de dollars US – derrière le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Algérie, l’Angola et le Maroc. Pour l’année 2016, la ville-Etat a atteint un PIB de 136 milliards de dollars, rejoignant ainsi « la ligue des mégalopoles les plus dynamiques du monde ».

 

Résultat de recherche d'images pour "dakar new airport, 2017"

 

_ PIB cumulé du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal

En 2016, d’après la Banque mondiale (BM), le PIB du Cameroun était évalué à 24,2 milliards de dollars US . Celui de la Côte d’Ivoire était de 36,1 milliards de dollars US, tandis que le Sénégal était crédité de 14,7 milliards de dollars US. Soit 75,1 milliards de dollars US pour les trois pays.

D’autre part, selon les estimations du World Factbook de l’Agence centrale du renseignement américain (CIA),  le PIB du Cameroun en 2016 était de 29,3 milliards de dollars US,  celui de la Côte d’Ivoire, 35,4 milliards de dollars US et celui du  Sénégal, 14,7 milliards de dollars US. Cela équivaut à 79,6 milliards en cumulant les trois estimations de PIB. En fonction de ces données, il faudrait ajouter aux PIB de la Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Sénégal, ceux du Gabon, du Burkina Faso et de la RD Congo pour égaler Lagos.

 

Résultat de recherche d'images pour "enterprise, Lagos, technologies, startups, nigeria, 2016, 2017"

 

_ Conclusion : l’information est vraie

Bertrand De La Forest Divonne, le responsable Nigeria de Business France, a indiqué que le PIB de Lagos est supérieur aux PIB cumulés de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun. Le PIB de l’Etat de Lagos est évalué à 136 milliards de dollars US. En cumulant ceux des trois pays cités, on obtient 75 milliards, selon les chiffres de la Banque mondiale, ou 79,6 milliards si l’on s’en tient aux estimations de la CIA. Dans les deux cas de figures, le PIB de l’Etat de Lagos est supérieur aux PIB réunis du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. A la lumière de ces données, l’affirmation est correcte.

 

Edité par Assane Diagne/ Par Hyppolite Valdez Onanina/ Publié: 19 octobre 2017 Modifié à 09:21

 

https://fr.africacheck.org/reports/pib-lagos-plus-fort-cameroun-cote-divoire-senegal-reunis/

 

Résultat de recherche d'images pour "new Lagos city"

 

——————————

 

Résultat de recherche d'images pour "Nigeria: le Governor Ambode, Lagos state, budget session, 2017"

 

6 – Nigeria: le Gouverneur Ambode valide le budget d’Etat de 2017

 

Le gouverneur de l’Etat de Lagos au Nigéria, Akinwunmi Ambode (photo), a validé le budget d’Etat pour 2017. Le responsable a affirmé, à cette occasion, qu’il renforcerait la discipline budgétaire dans le cadre de la mise en œuvre dudit budget.

 

Résultat de recherche d'images pour "Lagos House of Assembly"

 

D’après M. Ambode, ce budget ou « Golden Jubilee Budget » a pour objectif principal la consolidation des réalisations de son administration, sur les 18 derniers mois. Il a ajouté que son gouvernement continuerait à développer une économie inclusive en 2017. « Nous sommes très optimistes en ce qui concerne la reprise de notre économie cette année, en raison notamment du taux d’exécution budgétaire de 2016 qui était de 78% », affirme le gouverneur. Par ailleurs, le Commissaire d’Etat en charge des Finances, du Budget et de la Planification Economique, Akinyemi Ashade, a révélé que la mise en œuvre effective du budget reposait essentiellement sur les revenus internes qui incluent les impôts, prélèvements et taxes.

 

Résultat de recherche d'images pour "financial, Ikeja, Lagos state, budget session, 2017"

 

Rappelons que le projet de budget d’Etat 2017, qui est évalué à un montant de 812,998 milliards de nairas, a été soumis à l’Assemblée de l’Etat de Lagos, le 29 novembre 2016, puis adopté le 3 janvier 2017. Ce budget a subi une augmentation de 150,41 milliards nairas par rapport à celui de l’année précédente. Il sera en grande partie consacré aux dépenses en investissements, 507,816 milliards de nairas, tandis que 305,182 millions nairas seront alloués aux dépenses récurrentes. Le budget visera principalement les secteurs de la sécurité, de l’éducation, du transport, de la santé, de l’habitat et du développement des infrastructures sociales et physiques.

 

Anita Fatunji/ Mardi, 10 janvier 2017 / (Agence Ecofin) – 

 

https://www.agenceecofin.com/finances-publiques/1001-43755-nigeria-le-gouverneur-ambode-valide-le-budget-d-etat-de-2017

 

Résultat de recherche d'images pour "business, financial, Ikeja, Lagos state"

 

——————————

 

Image associée

 

7 – Nigeria : Budget des États Fédérés, Regard Comparatif

 

Aujourd’hui le Nigeria est une fédération de 36 États plus un territoire fédéral, Abuja. Au Nigeria un État est une entité politique fédérée qui partage la souveraineté avec l’État Fédéral. Avant 1960, le Nigeria était un État fédéré composé de trois régions : Nord, Ouest, et Est, correspondant grosso modo aux trois grands groupes ethniques du pays : Hausa/Fulani, Yoruba et Ibo. En 1967, par décret militaire, les régions sont remplacées par 12 états.(…)

 

Aujourd’hui, plus d’une année après la dernière conférence nationale qui, entre autres thèmes,  s’est penchée sur la structure fédérale du pays, deux théories divisent les partis politiques et régions du pays sur celle-ci. Il y a ceux qui souhaitent la fusion des micro-états régionaux pour revenir en gros au schéma d’avant 1960, et il y a ceux qui au contraire préconisent l’extension de la logique de division cellulaire, par création de nouveaux États. Les uns demandant plus de pouvoir et de liberté pour les États et les autres préférant conserver le statut quo. En gros les Nordiques sont pour le statut quo structurel et la création de nouveaux, tandis que les sudistes militent pour la régionalisation.

 

Résultat de recherche d'images pour "abuja, nigeria, House of Assembly"

 

Comme l’une des motivations de la prolifération des États a été le fantasme de la manne pétrolière provenant de l’État fédéral, celle-ci a été aussi l’une des sources de la corruption, dans un contexte porté à l’abus du pouvoir et à l’impunité des Gouverneurs, qui se comportent souvent comme des potentats voyous, voire criminels. Le tableau des budgets de l’année 2016 qui est présenté ici montre bien les différences de moyens de ces états, rapportées bien sûr à leur population ; soulignant par-là même le caractère artificiel de certains d’entre eux.

 

Résultat de recherche d'images pour "abuja, nigeria, House of Assembly"

 

Au passage, il n’est pas sans intérêt de faire la comparaison avec le Bénin, qui est certes un pays indépendant, mais dont l’économie est intimement liée à celle du Nigeria. Quand on enlève la part régalienne du budget du Bénin, qui doit entretenir une armée, une police et une diplomatie nationales ; quant on tient compte du fait que parce qu’inclus dans le concert des nations, le Bénin bénéficie plus directement de l’aide internationale dans la constitution de son budget que ne le peut un état fédéré inconnu sur l’échiquier international, force est de constater que corrigée de toutes ces données, le budget de nombre d’État du Nigeria est supérieur à celui du Bénin ! Du reste, en l’état, la différence entre le budget de Lagos et celui du Bénin tient dans un mouchoir de poche.

 

Résultat de recherche d'images pour "nigeria, oil revenue, oil industries, oil, gas, refinery, nigeria, 2016, 2017"

 

États Population

(en millions)

Budget (en milliards)
Naira FCFA
1. Abia 2,9  96.7 193
2. Adamawa 3,7  100.89 202
3. Akwa Ibom 4,8  426 852
4. Anambra 4,0  101.4 203
5. Bauchi 4,7  102 204
6. Bayelsa 2,0  150.6 301
7. Benue 2,8  133.4 267
8. Borno 6,0  155 310
9. Cross River 3,7  350 700
10. Delta 4,1  266 522
11. Ebonyi 1,7  101.1 202
12. Edo 3,3  111.5 223
13. Ekiti 2,7  67 134
14. Enugu 3,3  85.1 170
15. Gombe 2,4  76.5 153
16. Imo 3,9  141.2 282
17. Jigawa 5,0  137.2 274
18. Kaduna 6,1  171.7 343
19. Kano 9,4  275 550
20. Katsina 6,5  110 220
21. Kebbi 3,6  107 214
22. Kogi 3,6  75 150
23. Kwara 2,6  116.2 232
24. Lagos 17,6  662.5 1325
25. Nasarawa 2,0  77.9 156
26. Niger 4,0  74.7 149
27. Ogun 3,8  200 400
28. Ondo 3,4  118.9 238
29. Osun 2,2  150.7 301
30. Oyo 6,6  165.5 331
31. Plateau 3,2  154 308
32. Rivers 5,2  370 740
33. Sokoto 4,2  112.5 225
34. Taraba 2,7  68.8 138
35. Yobe 2,8  80.6 161
36. Zamfara 3,8  92.8 186
Nigeria 188,4 6 060 12120
Bénin (Rép. du) 10,0 776,5 1553

 

États Population

(en millions)

Budget (en milliards)
Naira FCFA

 

13. Ekiti 2,7  67,0 134
34. Taraba 2,7  68,8 138
26. Niger 4,0  74,7 149
22. Kogi 3,6  75,0 150
15. Gombe 2,4  76,5 153
25. Nasarawa 2,0  77,9 156
35. Yobe 2,8  80,6 161
14. Enugu 3,3  85,1 170
36. Zamfara 3,8  92,8 186
1. Abia 2,9  96,7 193
2. Adamawa 3,7  100,89 202
11. Ebonyi 1,7  101,1 202
4. Anambra 4,0  101,4 203
5. Bauchi 4,7  102,0 204
21. Kebbi 3,6  107,0 214
20. Katsina 6,5  110,0 220
12. Edo 3,3  111,5 223
33. Sokoto 4,2  112,5 225
23. Kwara 2,6  116,2 232
28. Ondo 3,4  118,9 238
7. Benue 2,8  133,4 267
17. Jigawa 5,0  137,2 274
16. Imo 3,9  141,2 282
6. Bayelsa 2,0  150,6 301
29. Osun 2,2  150,7 301
31. Plateau 3,2  154,0 308
8. Borno 6,0  155,0 310
30. Oyo 6,6  165,5 331
18. Kaduna 6,1  171,7 343
27. Ogun 3,8  200,0 400
10. Delta 4,1  266,0 522
19. Kano 9,4  275,0 550
9. Cross River 3,7  350,0 700
32. Rivers 5,2  370,0 740
3. Akwa Ibom 4,8  426,0 852
24. Lagos 17,6  662,5 1325
Bénin (Rép. du) 10,0 776,5 1553
Nigeria 188,4 6 060,0 12120

 

Bidemi Aderibigbe/ Publié 01/12/2016

 

https://babilown.com/2016/12/01/nigeria-budget-des-etats-federes-regard-comparatif/

 

Image associée

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "Lagos House of Assembly"

 

8 – Nigeria/ Finances : L’Etat de Lagos veut lever 291 millions $ pour financer des projets d’infrastructures

 

Le gouvernement de l’Etat de Lagos au Nigéria a annoncé vouloir mobiliser 100 milliards de nairas (291 millions $) via une émission d’obligations en vue de financer des projets d’infrastructures clés.

 

Lors de l’annonce, le commissaire aux finances, à la planification économique et au budget, Akinyemi Ashade (photo), a ajouté: « nous avons plusieurs projets dans le secteur touristique. Nous devons construire un stade pour attirer la jeunesse. Nous devons construire plusieurs routes majeures, des maisons de retraites pour les personnes âgées […] »

 

« En matière d’investissements directs étrangers (IDE), nous avons du retard mais Lagos est une destination viable. Nous sommes ouverts aux investissements. Il y a d’ailleurs des investisseurs étrangers qui développent actuellement plusieurs projets dans l’Etat.», a poursuivi le responsable. L’année dernière, révèle-t-il, l’Etat de Lagos avait réussi à lever 47 milliards de nairas (137 millions $) via des émissions d’obligations.

 

Par Africa24monde Avec Agenceecofin/

 

http://africa24monde.com/economie/view/l-etat-de-lagos-veut-lever-291-millions-s-pour-financer-des-projets-d-infrastructures.html

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos revenue house"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state assembly, 2016, 2017"

 

9 – Nigeria : l’Etat de Lagos rachète des obligations locales à hauteur de 183 millions $

 

Le gouvernement de l’Etat de Lagos a déboursé 57,5 milliards de nairas (183 millions $) pour racheter des obligations émises en monnaie locale en 2010, rapporteReuters, citant le commissaire d’Etat au ministère des finances, Akinwunmi Ashade.

 

Selon le responsable, le rachat de ces obligations entre dans le cadre de l’objectif de l’Etat visant à financer le développement d’infrastructures. En outre, Ashade a noté que l’Etat de Lagos a économisé plus de 103 milliards de nairas via le rachat des obligations qui arrivaient à maturité en 2019, 2020 et 2023. L’année dernière, l’Etat avait déjà racheté des obligations à hauteur de 167,5 milliards de nairas. Il faut rappeler que la ministre des finances, Kemi Adeosun, a récemment déclaré qu’investir dans les infrastructures et lutter contre la corruption permettront à l’économie nigériane de renouer avec la croissance.

 

Date: 25 avril 2017/ (BBCI FINANCE) –

 

https://www.bbci-finance.com/nigeria-letat-de-lagos-rachete-des-obligations-locales-a-hauteur-de-183-millions/

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos state, Ikeja city, development investments, 2016, 2017"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "new lagos city"

 

10 – Nigeria : Lagos, 20 millions d’habitants et 50 ans de chaos urbain

 

Ce n’est que lorsque l’épaisse couche d’humidité et de pollution se dissipe que Lagos dévoile son immensité: depuis les airs, la mégalopole de quelque 20 millions d’habitants s’étale à l’infini. Rien, pas même l’océan Atlantique, ne peut arrêter sa croissance exponentielle. Le 27 mai 1967, il y a tout juste 50 ans, le Nigeria devient un état fédéral et crée l’Etat de Lagos. A cette époque, la « ville des lacs » est une capitale tranquille, au bord d’une grande lagune verdoyante, où vivent un petit million d’habitants.

 

Mais rapidement, la croissance démographique du Nigeria explose, et l’on accourt de tout le pays pour venir tenter sa chance dans la capitale économique d’Afrique de l’ouest, mégalopole de tous les possibles. Cinquante ans plus tard, les estimations diffèrent entre 17 et 22 millions d’habitants. La dixième plus grande ville du monde ne compte même plus ses enfants. Comment loger, nourrir, transporter, apporter l’eau courante et l’électricité à 900 nouveaux habitants par jour, en moyenne, depuis 50 ans ?

« Chaque année, c’est l’équivalent de deux fois la métropole de Toulouse qui arrive à Lagos », explique Guillaume Josse, géographe pour le Groupe Huit, cabinet de recherche spécialisé sur les villes en développement.

 

Résultat de recherche d'images pour "new lagos city, 2016, 2017"

 

_ S’attaquer à l’impossible

« Toutes les villes africaines sont confrontées aux mêmes problèmes : urbanisation violente, gestion du foncier, pollution,… Mais Lagos est une caricature. Ses défis sont tellement immenses qu’ils paraissent insurmontables », poursuit-il. Ayo Assaf a pourtant décidé de s’attaquer à l’impossible. Pendant près de 7 ans, à la demande du gouvernement local, l’urbaniste nigérian qui a fait ses armes à New York, a arpenté les rues de Lagos Island, où la densité atteint 12.000 habitants au km2, pour tenter de repenser le coeur historique de Lagos.

 

Résultat de recherche d'images pour "new lagos city, roads, transport, urban train, lagos, 2016, 2017"

 

En jean et chemise blanche, décontracté, il ouvre la marche dans les ruelles bondées de cet ancien quartier d’affaires reconverti en un marché géant. Pas un seul centimètre carré n’est laissé au vide. Une vendeuse de bijoux utilise les grilles de la mosquée comme présentoir pour ses colliers, une ancienne bibliothèque a été transformée en magasin de robe de mariée, les trottoirs sont pris d’assaut par des photocopieuses, des mécaniciens, ou aménagés en cuisine où l’on vend des plats nigérians à emporter. « Il y a une telle énergie, un commerce qui draine des millions de nairas, on ne peut pas tout raser, mais il faut l’améliorer pour des raisons de sécurité et d’hygiène », explique l’urbaniste. « Il faut formaliser le commerce informel, améliorer leur condition de travail, construire des logements pour la classe supérieure, moyenne et pauvre pour favoriser la mixité sociale. » « Là, j’imagine une immense rue avec des petits commerces, ce sera nos Champs Elysées! », s’amuse-t-il. « Et là, je veux faire un grand hub de transports publics ».

 

Il n’y a aucune gare routière sur Lagos Island : des centaines de danfos, les célèbres minibus jaunes, embouteillent les rues des heures durant et déversent leurs passagers au milieu de la voie dans un flot continu. Assaf a rendu son rapport au gouverneur Babatunde Fashola qui lui avait commandé, mais en 2015, après les élections locales, l’administration a changé et peu de ses idées ont été mises en place.

 

Image associée

(Lagos Urban rail – Blue line)

 

_ Incroyable résilience

Les jalousies politiques entre les gouvernements successifs, mais aussi entre le pouvoir fédéral – désormais basé à Abuja – et la capitale économique ralentissent ou annihilent les ambitions. Mais les Lagosiens font preuve d’une ingéniosité à toute épreuve pour palier les défaillances d’un Etat souvent absent, notamment pendant deux décennies de dictatures militaires (1975-1999). Plus de terrains constructibles ?

 

Les plus riches construisent des digues, assèchent les marécages ou ensablent l’océan pour construire le « Dubaï de l’Afrique ». Les plus pauvres se construisent des parcelles de terre sur la lagune avec des tonnes de déchets mélangés à du sable. Le quartier d’Ilaje-Bariga a été construit ainsi, pendant les cinquante dernières années. Les rues se sont dessinées au hasard, au fil des nouveaux arrivants, il n’y a aucun système d’évacuation des eaux usées.

 

Image associée

 

Aujourd’hui, partout dans Lagos, le mètre carré vaut de l’or, et les dizaines de milliers d’habitants de d’Ilaje-Bariga ont reçu leur avis d’expulsion: ils ont huit jours pour quitter les lieux, sur ordre du gouvernement local. La police est déjà venue pour détruire les bateaux des pêcheurs et des « ramasseurs de sable », l’activité économique principale du quartier, aggravant de fait un chômage et une criminalité déjà très importants. Une manière, sans doute, de les pousser à partir. « Mais où est-ce qu’ils veulent qu’on aille? », s’interroge Oladipupo Aiveomiye, un résident, pendant qu’une femme hurle en soulevant les planches de bateaux détruits et qu’un vieillard tente de récupérer des morceaux de ferrailles au milieu des décombres.

 

Guillaume Josse, qui a étudié spécifiquement ce quartier, s’est étonné des demandes « basiques » des Lagosiens, qui « se plaignent finalement peu. » « Ce qu’ils voulaient, c’était juste ne plus avoir les pieds dans l’eau », se souvient le géographe. « Mais le jour où ils perdront leur capacité de résilience incroyable, il y aura un vrai risque d’émeutes. »

 

Par AFP/ le 26.05.2017 /

 

https://www.challenges.fr/societe/nigeria-lagos-20-millions-d-habitants-et-50-ans-de-chaos-urbain_476047

 

Résultat de recherche d'images pour "new lagos city, 2016, 2017"

 

———————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "Eko Atlantic city"

 

11 – Nigeria : à Lagos, Eko Atlantic, projet de ville dans la ville, est à la peine

 

Des milliers de résidents de Lagos ont lutté contre les inondations début juillet. Les quartiers résidentiels d’Ikoyi, Lekki et l’île Victoria ont été les plus touchés. Eko Atlantic a, lui, été épargné. Ce projet faramineux construit sur la mer doit accueillir un centre économique, des complexes de bureaux et des appartements de standing. En raison de la crise, sa construction tourne au ralenti.

 

Résultat de recherche d'images pour "Eko Atlantic city"

 

Sorti de terre – ou plutôt gagné sur la mer – en 2008, Eko Atlantic (Eko veut dire Lagos en yorouba) et son île artificielle de 10 km² a déjà coûté plusieurs dizaines de milliards de dollars à des investisseurs privés. Construite à côté de l’île Victoria, grâce aux milliers de tonnes de sable dragués dans l’Atlantique, cette future ville dans la ville-monde est protégée par «la Grande Muraille de Lagos» (8,5 km à terme), censée la protéger des coups de boutoir de l’océan et de ses «pires tempêtes», selon les développeurs du projet.

 

Eko Atlantic, projet inauguré en grande pompe en présence de l’ex-président américain Bill Clinton, inclut un plan directeur mesurant l’évaluation de son impact sur l’environnement. Pour autant, certains experts estiment que ce mur risque de favoriser les inondations dans plusieurs autres endroits de Lagos, mégapole construite sous le niveau de la mer, comme l’indique le site Quartz, d’autres pensent le contraire.

 

Résultat de recherche d'images pour "Eko Atlantic city"

 

_ Un projet pharaonique
Il s’agit du plus grand projet immobilier en cours sur le continent africain. Et d’un énorme défi pour le gouvernement confronté au changement climatique et à l’urbanisation galopante de Lagos, qui compte 22 millions d’habitants. «Rien, pas même l’océan Atlantique, ne peut arrêter sa croissance exponentielle», observe Le Point Afrique, qui retrace l’histoire de la ville africaine polluée où règne l’anarchie dans l’urbanisme et les transports, notamment.

 

Pourtant, dans un contexte de ralentissement économique, le projet de hub financier et de résidences de luxe semble s’essouffler. Et «le Dubaï de l’Afrique», comme on l’appelle souvent, perd des investisseurs. En cause, selon le site Le360, «la chute des cours du pétrole et les attaques rebelles incessantes sur les sites pétroliers dans le sud du pays (qui) ont durement impacté l’économie du géant ouest-africain en 2016, la monnaie nationale ne cessant de dégringoler face au dollar. Le pays, qui tire 75% de ses revenus du pétrole, souffre d’une importante pénurie de devises étrangères.»

 

Résultat de recherche d'images pour "new Lagos, Eko Atlantic, 2016, 2017"

 

_ Un quartier réservé aux très riches
Le programme anti-corruption du président Buhari a aussi mis fin à certaines pratiques douteuses dans le milieu de l’immobilier, mettant un coup d’arrêt à certains programmes neufs. Aujourd’hui, les panneaux «A louer» fleurissent aux fenêtres des immeubles flambant neufs qui peinent à trouver preneur. Un appartement à Eko Atlantic peut se vendre 2 millions de dollars, voire 5 ou même 10, alors même que la moitié des Nigérians vivent avec moins de 2 dollars par jour.

 

Toutefois, «malgré la crise, il y a encore énormément d’argent», écrit Le360, qui estime que le Nigeria, 180 millions d’habitants aujourd’hui, sera le 3e pays le plus peuplé au monde en 2050. Le pays manque déjà de 16 millions de logements, selon la banque nigériane Federal Mortgage, citée par le site (voir la vidéo ci-dessus). Aujourd’hui, Eko Atlantic attend donc des jours meilleurs. Ceux qui lui permettront, selon les promoteurs du projet, d’accueillir 300.000 visiteurs par jour dans une cité du futur où vivront au moins 500.000 personnes… qui en auront les moyens.

 

Par Catherine Le Brech@GeopolisAfrique/ Publié le 12/07/2017/ mis à jour le 12/07/2017/

 

http://geopolis.francetvinfo.fr/nigeria-a-lagos-eko-atlantic-projet-de-ville-dans-la-ville-est-a-la-peine-149725

 

Image associée

 

————————————-

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos banana island"

 

12 – Lagos: bienvenue à Banana Island, havre de richesse et de sécurité

 

Dans la capitale économique du Nigeria, les plus riches vivent désormais dans des « villes dans la ville » où le reste de la population ne peut pénétrer sans y être expressément autorisé. Banana Island. Derrière ce nom que l’on croirait tout droit sorti d’un film de Disney se cache l’une des citadelles les plus expugnables de Lagos. Banana Island doit son nom à sa topographie en forme de Banane.

 

En réalité, il s’agit d’une presqu’île et non d’une île : des terres gagnées sur les marécages entourant l’île d’Ikoyi. Victoria Island et Ikoyi sont les deux îles où vivent les plus riches des Lagotiens. Un pont de treize kilomètres, the Third Main Land Bridge, sépare les îliens du « mainland », le continent où vivent plus de 20 millions de Lagotiens : le reste de la population de la capitale économique du Nigeria.

 

Banana Island a vu le jour pour permettre aux riches de s’y sentir encore plus en sécurité. Banana Island a tout d’une ville dans la ville. On peut même y faire ses courses dans un supermarché. Ses avenues sont propres, bien pavées et rectilignes. Alors qu’à deux pas de là, à Ikoyi, en saison des pluies les rues se transforment en « marécage », faute de sytème d’évacution des eaux digne de ce nom. A Banana Island, tout est en ordre : la presqu’île donne un avant-goût de la Suisse à ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de s’y rendre.

 

Vous avez peu de risque d’écraser un Bananien. Il se déplace très peu à pied. Sauf pour faire un jogging le dimanche matin. A Banana Island, la vitesse des voitures est limitée à 10 km/h. Si jamais vous étiez tenté d’oublier cette loi d’airain de Banana Island, des dos d’ânes « monstrueux » se chargeraient de vous le rappeler rapidement. A quelques centaines de mètres de là, les règles du code de la route ne sont pas les mêmes. Sur le rond-point qui mène au pont de Lekki, comme ailleurs au Nigeria, il n’existe aucune priorité pour sortir ou rentrer sur le carrefour giratoire.

 

D’ailleurs, des automobilistes ont pris la « bonne habitude » de s’y garer, ce qui ne contribue pas vraiment à la fluidité de la circulation. A Banana, les coups de klaxon sont interdits alors qu’ils constituent la « bande son » de la circulation lagotienne. Banana Island est un monde à part.

 

 Résultat de recherche d'images pour "lagos banana island"

 

_ A Banana Island ne rentre pas qui veut

Impossible de pénétrer à Banana Island sans y avoir été expressément invité. A votre arrivée à l’entrée de la citadelle, vous devez donner votre nom aux services de sécurité. Ils appellent le Bananien qui vous a invité. Vous avez ainsi franchi le premier barrage. Vous traversez de longues avenues calmes. Puis vous arrivez devant un nouveau barrage : celui qui mène aux complexes résidentiels proprement dit. Là, il faut encore appeler le « Bananien » pour qu’il vous donne l’autorisation de pénétrer dans le saint des saints.

 

Vous pouvez alors constater que les immeubles de Banana Island seraient bien en peine de gagner un concours d’architecture. Peints en rose ou en mauve, ils pourraient rapidement donner une migraine ophtalmique à un esthète. Mais vous ne dites rien parce que vous avez compris depuis un certain temps que les Bananiens sont parfois des gens susceptibles. Dans le meilleur des cas, ils payent tout de même plus de 50 000 dollars par an pour occuper un simple appartement et doivent verser deux ans de loyer d’avance avant d’emménager. Alors si vous leurs dites qu’ils ont des goûts bizarres, votre visite risque de s’achever plus tôt que prévu. Les riches Lagotiens sont assez peu portés sur l’autodérision.

 

Dès lors que vous avez passé le deuxième barrage, vous avez vue sur les parkings avec les rutilants 4×4. Si vous voyez un véhicule banal, soyez sûr que c’est celui d’un domestique qui arrive au boulot. Si vous êtes un peu en avance à votre rendez-vous, approchez-vous de la piscine. Un calme olympien y règne : la présence d’animaux et de nourriture y est formellement interdite. Depuis la piscine, vous avez une belle vue sur la lagune.

 

Jetez un coup d’oeil à la salle de gym, selon toute probabilité vous y croiserez au moins une ou deux jolies femmes à n’importe quelle heure du jour. Chose étrange, partout dans le monde, il semble exister une corrélation entre la richesse et les jolies filles. Même à Banana Island. Achetez une bouteille d’eau pour vous remettre de vos émotions. Ici, elles sont très peu chères. En même temps, lorsque l’on vous fait payer un loyer de 50 000 dollars par an, ce serait tout de même un peu mesquin de vous assommer sur le tarif de l’eau.

 

Image associée

 

_ Ultime épreuve avant d’atteindre le Saint-Graal

Vous respirez un bon coup avant de vous lancer dans la troisième épreuve. L’ultime barrage, avant d’accéder au Saint-Graal : l’intimité d’un Bananien. Partout des vigiles circulent avec leurs talkies-walkies ; il semble qu’à Banana Island, il y ait plus de vigiles que d’habitants. Mais peut-être est-ce juste une impression d’optique due au fait que les Bananiens sortent rarement de leurs véhicules ou de leur appartement, sauf pour aller à la piscine ou jouer au tennis.

 

Au pied de chaque immeuble, d’autres vigiles veillent. Vous devez leur expliquer pour la énième fois que vous avez rendez-vous avec Monsieur X. Après vous avoir étudié de près au cas où vous seriez un individu particulièrement dangereux qui pourrait représenter un risque pour la société, pour leur sécurité et pour leur emploi, ils vous laissent passer comme à regret. A Banana Island, même le « gateman » éprouve un sentiment de supériorité et vous le fait sentir. Il est du côté des « boss », des « oga pata pata » (des grands patrons), comme l’on dit en yorouba. Pour être crédible dans son rôle de gardien du temple, il doit donc afficher une certaine morgue.

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos banana island"

 

_ Des riches et des pauvres de moins en moins amenés à se croiser

Il est aussi conscient d’être un privilégié : de vivre dans un monde de sécurité si rare à Lagos. Le concept de Banana Island a d’emblée séduit les riches nigérians mais aussi les expatriés. Chaque jour, les journaux sont emplis de faits-divers plus terrifiants les uns que les autres : attaques à mains armées, kidnappings et assassinats. A Lagos, dans le quartier populaire d’Ikorudu, personne n’est à l’abri : chaque jour, des gangs tuent des habitants. Ceux-ci commencent à s’organiser en milices populaires pour répliquer. Ils pratiquent ce qu’ils appellent la « jungle justice », les exécutions sommaires de présumés criminels. Malheureusement, ils se trompent souvent de cibles et assassinent des Lagotiens dont le seul crime est de présenter une prétendue ressemblance physique avec de prétendus criminels.

 

Résultat de recherche d'images pour "new lagos, banana island, 2016, 2017"

 

Dans les nouvelles églises évangéliques qui ont pignon sur rue à Lagos, l’une des prières les plus fréquentes est de pouvoir un jour acheter un appartement à Banana Island. Plus que le luxe des bâtiments, ce qui attire, c’est la sécurité espérée. Le concept de Banana Island a tellement séduit qu’il a donné des idées aux promoteurs. Aujourd’hui, une ville nouvelle régie par les mêmes principes voit le jour à proximité de Victoria Island. Là encore des terres gagnées sur l’océan.

 

Afin de les protéger, un barrage de quatre kilomètres de long a vu le jour : les premiers travaux d’aménagement de l’Eko Atlantic ont coûté près de deux milliards de dollars. Eko Atlantic est un projet à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Des immeubles sont déjà sortis de terre. A terme Eko Atlantic pourrait accueillir 100 000 habitants. Une ville dans la ville, ultra-sécurisée. Une « cité interdite » qui disposerait de ses propres services de sécurité.

 

Une cité où les millionnaires pourraient vivre entre eux. Pour les riches, la tentation de vivre séparément est de plus en plus forte. Certes, le Nigeria est la première économie du continent. Mais 70 % de son immense population de plus de 180 millions d’habitants vit avec moins de deux dollars par jour. Vivre ou survivre avec moins de deux dollars par jour, une prouesse d’autant plus difficile à réaliser que l’Etat n’offre pratiquement aucun service digne de ce nom. A Lagos, par exemple, inutile de compter sur les transports publics pour se rendre à son travail. « La cohabitation entre le Lagos des riches et celui des pauvres devient de plus en plus difficile », souligne John Uche, un ex-habitant de Banana Island. Il ajoute : « Les riches font désormais tout leur possible pour éviter les contacts avec les pauvres. Sauf avec leurs domestiques évidemment. Dans le Lagos du futur, tout est fait pour que les riches et les pauvres soient de moins en moins amenés à se croiser. »

 

Par Mandana Parsi/ Publié le 01-09-2017 / Modifié le 01-09-2017

 

http://www.rfi.fr/hebdo/20170901-chronique-lagos-nigeria-bienvenue-banana-island-havre-richesse-securite

 

Résultat de recherche d'images pour "ikeja lagos, new bridge, new roads, ikeja lagos,"

 

————————————–

 

Résultat de recherche d'images pour "lagos, eko atlantic city, 2016, 2017"

 

 

A propos de l'auteur

Moi meme

Soyez le premier à réagir à "NIGERIA/ ETAT DE LAGOS : l’Etat de Lagos au Nigeria, de grands projets pour transformer et moderniser le Nigeria"

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié